JUSQU’AU 3 DÉCEMBRE AU QUARTIER LATIN : UN FILM D’ART INTENSE EN PROGRAMMATION !

Les Cinémas  Cinéplex proposent une programmation de films d’art  jusqu’en juin prochain et le documentaire italien en cours titré Klimt & Schiele/Eros & Psyché sur ces deux peintres  figuratifs marquants s’avère particulièrement inspiré.

Un film somptueux qui prend place à Vienne durant une époque faste, avant la première guerre mondiale et la grippe espagnole de 1918, qui emportera une grande partie de la population vulnérable, femmes, enfants, personnes âgées et artistes. Le protégé de Klimt, Schiele,  succombera à ce fléau à l’âge tendre de 28 ans, alors que le peintre et dessinateur symboliste Klimt  dominera la scène artistique durant 18 ans de 1900 à 1918. Il décèdera à l’âge de 53 ans.

Le film a le grand mérite de nous faire découvrir un regroupement d’artistes nommé L’Union des peintres autrichiens, plus connu sous le nom de Sécession. qui s’opposait à l’art et à la société traditionnels. Ce mouvement est décrit comme le pendant viennois de l’Art Nouveau. Klimt a été  le membre le plus influent de ce mouvement, qui incluait Mahler et le mythique Freud. Klimt a aussi contribué à l’avènement de la sexualité féminine moderne et libérée.

Un film captivant, intense et d’une beauté éblouissante. Ce documentaire couvre toutefois plusieurs aspects qui auraient pu être davantage approfondis. Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter de plus le retour diffusé à Radio Centre-Ville 102,3, avec la participation de Chantal L’Heureux et Robert Locas.

INFORMEZ-VOUS DES DATES ET HEURES DE PROJECTION QUI SERONT INSCRITS SUR LA LISTE D’ÉVÉNEMENTS ARTS VISUELS IN SITU!

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Publicités

JUSQU’AU 9 NOVEMBRE 2018 À LA SAT : HOMMAGE AU CÉLÈBRE ROMAN FRANKENSTEIN ET À SON AUTEURE!

Dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel du 7 novembre 2018, l’événement spécial Illuminations Frankenstein : Voyage au coeur du mythe est présenté et commenté, accompagné d’extraits d’entrevue  avec Luc Courchesne, un des artisans, avec Yan Breuleux, de cette conférence immersive à grand déploiement présentée dans le dôme de la SAT.

L’Halloween se poursuit à la SAT cette semaine avec des représentations spéciales soulignant le 200e anniversaire de la publication du célèbre roman Frankeinstein écrit en 1818, par une jeune auteure Mary Shelley, âgée à peine de 19 ans.

Le concept de conférences immersives permet de découvrir ou redécouvrir tant le contexte de création du livre, écrit à la suite d’un défi lancé par le réputé Lord Byron, que l’histoire marquante de l’auteure et les questionnements scientifiques de celle-ci à l’époque victorienne, transmis à travers l’oeuvre de Frankenstein et qui sont maintenant plus d’actualité que jamais. L’histoire de Mary Shelley présentée est d’importance, car celle-ci a subi elle aussi le destin très tragique de sa famille, de génération en génération, celui d’une naissance qui cause la mort de la mère, ce qui peut expliquer les fortes préoccupations morbides de Mary Shelley.

Claire Lafontaine, sociologue dans le domaine de la science et auteure de plusieurs livres, aux Éditions du Seuil, s’est donné comme mandat de rédiger une présentation qui démontre toute la résonnance actuelle des réflexions de Mary Shelley, à une époque où les développements de la science et les histoires d’horreur fascinaient. Elle qualifie Mary Shelley de visionnaire. En effet, ce roman suscite déjà au 19e siècle un questionnement sur la manipulation du vivant et la dévastation du monde.

Pour en savoir plus, voir l’album photo et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue intégrale avec Luc Courchesne, qui présente tant l’oeuvre que les nouveaux développements, dans le cas de l’institution existant depuis plus de 20 ans, qu’est la Société des Arts Technologiques. Les représentations se poursuivent jusqu’à vendredi 9 novembre 2018 et ont lieu à 19h.

UNE RECOMMANDATION DE  IN SITU !

 

JUSQU’AU 4 NOVEMBRE 2018 : LES REINES D’ÉGYPTE À L’HONNEUR AU MUSÉE POINTE-À-CALLIÈRE

ALBUM SOUVENIR :

En programmation du Magazine radio In situ du 11 avril 2018 et rediffusée dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, une entrevue avec Élizabeth Côté, chargée de projet, qui nous présente les splendeurs de l’exposition dédiée aux Reines d’Égypte au musée Pointe-À-Callière jusqu’au 4 novembre 2018.

À voir sur place, une exposition spéciale et itinérante intégrant des sections immersives et qui réunit plus de 350 objets rares précieux, représentatifs de l’époque du nouvel empire égyptien, l’époque la plus prospère de toute l’histoire égyptienne, de 1500 à 1000 avant Jésus-Christ, formée de trois dynasties. Les Ramsès et Toutankhamon sont notamment de cette époque.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui résumé l’exposition et vous pouvez écouter l’entrevue avec Élizabeth Côté, préparatoire à la visite et incluant, une intervention de madame Alizia Fasone, conservatrice au Musée Egizio de Turin.

UNE EXPOSITION INCONTOURNABLE!

 

JUSQU’AU 28 OCTOBRE 2018: UNE PREMIÈRE EXPOSITION D’ART URBAIN DANS LE QUARTIER DES SPECTACLES!

Le Magazine radio In situ du 17 octobre 2018 fait place à une exposition collective d’art urbain titrée Surfaces, son but  et son processus de réalisation  présentée par Madame Pascale Daigle, directrice de la programmation du partenariat du Quartier des Spectacles et aussi commentée par un des collectifs d’art urbain participants, représenté par André Bathalon de LNDMRK.

À voir sur place, 16 artistes/collectifs et 14 oeuvres de grand format. Une première exposition d’art urbain, d’ampleur par surcroît, dans le quadrilatère du quartier des spectacles qui s’avère être rassembleuse. Une occasion de plonger dans l’univers et l’imaginaire de plusieurs artistes de la rue.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter la double entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3 plus bas.

Entrevue avec Pascale Daigle:

Entretien avec André Bathalon:

 

LES 24 ET 29 OCTOBRE 2018, DANS LE CADRE D’UNE PROGRAMMATION DE FILMS D’ART AU CINÉMA QUARTIER LATIN : SALVADOR DALI LE GRAND !

À l’occasion d’un spécial cinéma mettant en vedette des artistes excentriques, retour sur le film Salvador Dali : In search of immortality réalisé par la Fondation Gala Salvador Dali, qui fait partie d’une  programmation spéciale de films d’art aux cinémas Cineplex Odeon.

Salvador Dali est connu pour ses débuts avec le mouvement surréaliste parisien, pour son amitié, entre autres, avec le poète Garcia Lorca et le cinéaste Luis Bunuel, avec qui il réalisera Le chien d’Andalou en 1929, Il appliquera dans sa vie l’approche  surréaliste, qui vise à éviter les pièges de la pensée rationnelle et libérer le subconscient. Il sera plus tard exclus du mouvement surréaliste parisien, en raison de ses opinions marxistes.

Sa peinture nous présente un univers empreint d’onirisme où les objets du quotidien transformés, sont disposés dans des paysages lunaires et désertiques.

Dali parvient au statut de vedette, quand il se rendra aux États-Unis en 1940, grâce à ses multiples collaborations avec le milieu du théâtre, de la mode, de la publicité et du cinéma, notamment avec le réputé cinéaste Alfred Hitchcock. Il attirera toutefois les critiques ultérieurement lors de sa phase inspirée de l’univers scientifique, mystique et religieux.

Ce documentaire  a le mérite de nous faire découvrir l’enfance, la jeunesse et lieux de vie ensoleillés de la famille de Salvador Dali. Il nous présente les différentes étapes de l’oeuvre de Dali et s’attarde longtemps sur l’intérêt démesuré de l’artiste pour des projets grandioses, ce qui est à l’image des sources d’inspirations et des obsessions ce ce personnage, habité par une pulsion créatrice débordante. À titre d’exemple, Salvador Dali modifiera une demeure de pêcheur à Port Lligat en Espagne  pendant une longue période de sa vie, interrompue par la seconde guerre mondiale et ornementera un château(de Pubol) du Moyen-Âge offert à son épouse Gala. Il se consacrera corps et âme à son théâtre musée à Cadaques en Espagne.

Toutefois, ce film dense et long, aux magnifiques images, passe étonnamment presque sous silence les critiques émises à l’endroit de Dali et de son épouse, notamment les prises de position changeantes de Dali et les tensions de Dali avec certains artistes, tel que Picasso.  Il ne parle pas non plus du caractère difficile de Gala, muse et conjointe idéalisée de Dali. De quoi se questionner sur les intentions de ce trop beau film réalisé par une fondation et sur la sélection de films  proposées dans le cadre de cette programmation spéciale titrée La Galerie, à vérifier lors des prochains visionnements.

Ce film contentera toutefois le grand public qui souhaite faire un survol de l’oeuvre et de la vie de cet artiste exceptionnel.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui suit et écoutez de plus la critique des chroniqueurs Pierre Archambault et Robert Locas, transmise dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neal Armand, du 17 octobre 2018 à Radio Centre-Ville 102,3.

UN FILM AUX IMAGES MAGNIFIQUES RECOMMANDÉ, MAIS AVEC QUELQUES RÉSERVES.

PROCHAIN FILM : KLIMT & SCHIELE/ EROS & PSYCHE À PARTIR DU 7 NOVEMBRE 2018.

 

JUSQU’AU 14 OCTOBRE 2018 AU MUSÉE MC CORD: DÉPLOIEMENT DE L’UNIVERS DE BALENCIAGA AU MUSÉE MCCORD!

ALBUM SOUVENIR :

En programmation du Magazine radio In situ du 11 juillet 2018 et en rediffusion dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour le 15 août 2018, à l’occasion du Festival Mode & Design, une entrevue avec Cynthia Cooper, conservatrice au Musée McCord qui nous présente l’exposition dédiée au maître espagnol incontesté de la haute couture Balenciaga, au Musée McCord jusqu’au 14 octobre 2018.

Une exposition qui rend hommage aux robes  et aux chapeaux du célèbre couturier, accompagnés de croquis, photos, échantillons de tissus, radiographie, toiles et films. La grande salle en fin de parcours vaut à elle seule le déplacement, pour découvrir toute l’influence et de Balenciaga sur les designers d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

JUSQU’AU DIMANCHE 14 OCTOBRE 2018 À LA MAISON DE LA CULTURE MERCIER : EN VEDETTE, LE VERRIER D’ART DE HAUT NIVEAU STEPHEN PON !

L’émission Montréal pluriel Le Retour du 3 octobre 2018 fait place à une exposition d’ampleur, à une mise en place et une mise en scène d’oeuvres spectaculaires du verrier d’art d’expérience  Stephen Pon. Une exposition titrée Les destins du possible qui occupe tout le vaste lieu de diffusion de la Maison de la Culture  Mercier jusqu’au 14 octobre 2018.

Une exposition propice à la déambulation et à l’appréciation, sous un éclairage sophistiqué,  de multiples personnages expressifs qui naviguent dans des embarcations d’une époque antique et  sur les mers du destin, selon les propos de l’artiste, récipiendaire d’un prix  du CALQ, celui d’oeuvre de l’année en région pour sa sculpture extérieure Via Solaris. Un ravissement pour les yeux!

L’artiste, enseignant et conférencier Stephen Pon est interviewé au sujet de son exposition grand déploiement,  des techniques du verre qui caractérisent sa pratique artistique : celles du verre soufflé, du verre coulé et de la pâte de verre, ainsi que sur le marché du verre.  Les oeuvres de Stephen Pon ayant d’ailleurs été acquises par des collectionneurs autant au Canada qu’aux États-Unis.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neal Armand et diffusée Radio Centre-Ville.

JUSQU’AU 13 OCTOBRE À LA GALERIE B-312 : UNE RÉSIDENCE D’ARTISTE FRUCTUEUSE, CELLE DE SIMON BERTRAND!

En programmation du Magazine radio In situ du 10 octobre 2018, une entrevue de fond du chroniqueur Pierre Archambault de l’équipe In situ, avec l’artiste et enseignant Simon Bertrand, représenté par la Galerie René Blouin, qui  présente l’aboutissement d’une résidence estivale d’artiste réalisée à la Galerie B-312. Une exposition spéciale réunissant huit oeuvres et titrée Atlas : Constellation II à la Galerie B-312, dans l’édifice Belgo jusqu’au 13 octobre 2018.

In situ fait donc place à la rigoureuse démarche de Simon Bertrand à la Galerie B-312, qui fait suite à l’expo Atlas présentée à la Galerie René Blouin en 2017. À ce travail acharné et intériorisé de l’artiste  correspond la vaste sphère céleste ou l’ampleur de textes fondateurs de la littérature. Un artiste ambitieux   qui réunit un temps par la voie de la transcription et du recours aux codes, ces deux dimensions que sont le macro et le micro, à la base de l’expérience humaine.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3. UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

SPÉCIAL ARCHITECTURE AU MAGAZINE RADIO IN SITU (1E PARTIE):

Dans le cadre d’un spécial architecture au Magazine radio In situ du 22 août 2018 et rediffusée à l’émission Montréal Pluriel Le Retour, une entrevue avec Arturo Galansino, Directeur de la Fondation du musée Palazzo Strozzi en Florence est transmise au sujet du célèbre mouvement florentin d’architecture Radicali durant la décennie 1966 à 1976. Un mouvement qui  a marqué l’histoire et qui aura eu un impact planétaire, dont on perçoit encore maintenant toute l’influence.

Une exposition en cours au Centre  Canadien d’Architecture titrée Utopie Radicali/1966-1976 jusqu’au 7 OCTOBRE 2018. Une deuxième escale pour cette exposition qui a été présentée auparavent au musée Palazzo Strozzi en Florence.

Pour en savoir plus, voir l’album photo et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102, 3.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU!

JUSQU’AU 7 OU 8 OCTOBRE 2018: LE VOLET ARTS VISUELS DU FESTIVAL LATINARTE 2018 RECOMMANDÉ!

En programmation du Magazine radio In situ du 3 octobre 2018, une entrevue spéciale sur le volet arts visuels de la 10e édition du FESTIVAL LATINARTE, incluant deux expositions titrée Passages convergents ayant réuni trois artistes ( Beatriz Herrera, Frederico Carbajal et Santiago Tavera) en deux lieux :  au Conseil des Arts de Montréal jusqu’au 27 septembre 2018 et à la salle de diffusion Parc Extension jusqu’au 7 octobre 2018.

À cette exposition déployée dans deux sites, s’ajoute une présentation de bijoux argentins à la Galerie Noel Guyomarc’h jusqu’au 8 octobre 2018, rassemblés par la commissaire Ana Catalina Montoya, au cours d’une résidence réalisée en Argentine.

La commissaire, chercheuse, historienne de l’art et artiste Mariza Rosales Argonza a été invitée en studio pour présenter l’exposition Passages convergents dans son ensemble et les artistes, accompagnée de Beatriz Herrera, une des trois artistes de cette exposition collective multidisciplinaire, proposant des dessins, des sculptures, notamment suspendues, des oeuvres robotiques et une installation numérique, dont plusieurs de grand format.

Une exposition immersive éclatante de couleurs et de lumière, ainsi qu’une profusion de fins matériaux, qui transforme les lieux de diffusion en un jardin artistique qui émerveille et invite à la déambulation et à la rêverie, particulièrement dans le cas de la salle de diffusion parc extension accessible jusqu’au dimanche 7 octobre 2018.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

%d blogueurs aiment cette page :