Archives pour la catégorie vidéos

JUSQU’AU 6 JANVIER OU JUSQU’EN MARS 2020 À L’ARSENAL : TROIS RÉSIDENCES ARTISTIQUES FRUCTUEUSES, EXPOSÉES À ARSENAL ART CONTEMPORAIN !

En programmation de l’édition  du 27 novembre 2020 du Magazine radio In situ, une triple exposition percutante à L’Arsenal, réunissant trois artistes, ayant réalisé chacun une résidence et trois commissaires.

Il s’agit de Jean-François Bouchard et son exposition In Guns We Trust(commissaire : Douglas Coupland), prolongée jusqu’au 6 janvier 2020, de l’exposition Migrations de Mat Chivers, interviewé par In situ(commissaires : Jean-François Belisle et Anne-Marie St-Jean Aubre du Musée d’Art de Joliette), extensionnée jusqu’en mars 2020 et de l’exposition Kali Yuga de Tasman Richardson (date de prolongation à venir), commissariée par Shauna Jean Doherty et organisée  par le directeur artistique David Liss.

Jean-François Bouchard a fait une plongée dans l’univers d’une communauté marginale qui voue un culte aux armes à feu et propose des images suréelles et de facture cinématographique. Tasman Richardson invite le public à pénétrer dans une installation immersive et multimédia qui suscite un questionnement sur l’impact du paradoxe technologique sur nos vies, jouant  par exemple sur deux front :  l’expérience privée et publique. Mat Chivers propose une démarche multidisciplinaire qui explore les rapports entre le développement humain et la technologie. La pratique de l’artiste se caractérise par un travail en équipe, incluant des spécialistes dans le domaine de la science, la technologie et le milieu universitaire. Cette exposition s’avère être l’aboutissement d’une résidence estivale de l’artiste Mat Chivers à Arsenal Art Contemporain en 2019.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et écoutez plus bas l’entrevue de l’artiste Mat Chivers, ainsi que le compte rendu du chroniqueur Pierre Archambault, de l’équipe In situ.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE  IN SITU !

 

Entrevue avec l’artiste Matt Chivers (traduction simultanée : Robert Locas)

Compte rendu de l’expo de trois artistes de Pierre Archambault  à L’Arsenal :

DU 19 AU 29 DÉCEMBRE 2019 AU CENTRE BELL : UN UNIVERS FANTASTIQUE RECRÉÉ SUR GLACE !

 

 

 

 

En programmation de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 4 septembre 2019, des extraits d’un échange avec un duo de concepteurs du nouveau spectacle sur glace du Cirque du Soleil, titré Axel,  sous la direction artistique de Yasmine Khalil qui dirige au total 16 créateurs. L’entrevue intégrale a été diffusée au Magazine radio In situ le 18 décembre 2019, la veille de la première à Montréal de ce spectacle, qui a d’abord été présenté à Cornwall au Ed Lumley Arena et à Québec au Centre Vidéotron.

Geneviève Lizotte, conceptrice/scénographe et Adam Hummel/concepteur du contenu vidéo ont été rencontrés, à l’occasion d’un événement organisé,  pour donner un aperçu aux médias de cette nouvelle production sur glace.  Ils nous informent tant sur leur mandat premier, leur processus créatif, adapté aux contraintes du travail sur glace, que sur leur parcours artistique respectif.

Un spectacle à grand déploiement, réunissant 41 artistes de 22 nationalités et qui capte toute l’attention, avec des numéros de patinage spectaculaires, dont de nouveaux de type freestyle, des acrobaties de haut calibre, des performances musicales du chanteur australien Jayden Sierra, qui interprète des chansons pop-rock et des effets visuels créatifs inspirés par le monde de la bédé, des superhéros et des mangas, notamment des jeux de lumière , des laser et  des vidéos, qui ont particulièrement intéressé In situ, allé à la rencontre en coulisse de ces deux créateurs d’expérience.

Le spectacle propose douze mondes et univers fantastiques recréés, qui font s’entremêler l’univers graphique et la musique, dans lesquels évoluent différents personnages, dont Axel, un jeune artiste introverti passionné de dessin et de musique et Lei, une jeune femme aux pouvoirs mystérieux, dont Axel tombe amoureux.

Pour en savoir plus, voir un album photos(à venir) et vous pouvez écouter l’entrevue intégrale diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, en cliquant le lien plus bas.

UN SPECTACLE GRAND PUBLIC, RECOMMANDÉ PAR IN SITU, EN CETTE PÉRIODE DES FÊTES !

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrevue intégrale avec le duo de créateurs Geneviève Lizotte et Adam Hummel :

JUSQU’AU 8 DÉCEMBRE 2019 À LA FONDERIE DARLING : UNE SÉLECTION D’ARTISTES D’INTÉRÊT SOULIGNENT LES 10 ANS DE LA RÉSIDENCE DES AMÉRIQUES !

En programmation du Magazine radio In situ du 4 décembre 2019, une entrevue avec Milly-Alexandra Déry assignée à la programmation de la Fonderie Darling, qui est l’hôte actuellement de deux expositions présentées par deux ex-résidents, dans le cadre de l’événement Archipel des Invisibles jusqu’au 8 décembre 20119, soulignant les 10 ans du programme formateur, qu’est la Résidence des Amériques.

Il s’agit  de l’artiste chilienJavier Gonzalez Pesce (résident en 2014) qui présente sa première exposition personnelle en  Amérique du Nord dans la grande salle et titrée Two Ways to Disappear Without  Losing the Physical Form, dont la commissaire est Ji-Yoon Han et de l’exposition Resisting Paradise  de la commissaire Marina Reyes Franco(résidente en 2016) qui réunit trois artistes(Deborah Anzinger et Leasho Johnson de la Jamaique et de Joiri Minaya de la République Dominicaine).

Deux expositions percutantes qui nous plongent dans l’histoire et l’actualité, notamment chilienne, ainsi que dans la réalité vécue dans ces pays ayant été colonialisés, devenus très touristiques et cherchant parallèlement à s’affranchir des stéréotypes persistants, qui biaisent le regard de l’autre.  Des artistes et commissaires proposant des réflexions pertinentes sur la question de l’heure, celle de l’identité, ainsi que sur le manque et l’excès de visibilité actuelle, qui caractérise la situation de la diversité.  L’exposition de Javier Gonzales Pesce, empreinte de poésie, est particulièrement recommandée.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

JUSQU’AU 20 OCTOBRE 2019 : DOUBLE EXPOSITION RECOMMANDÉE À LA MAISON DE LA CULTURE JANINE SUTTO !

L’édition du Magazine radio In situ du 9 octobre 2019 a fait place à la double exposition d’intérêt,  en cours jusqu’au 20 octobre 2019, à la Maison de la Culture Janine Sutto, attenante au métro Frontenac, dans le quartier montréalais Hochelaga-Maisonneuve ce, en diffusant deux entrevues de Pierre Archambault avec les quatre artistes qui exposent.

EXPO DE FRANCIS MONTILLAUD/FIGURES :

L’artiste multidisciplinaire propose un corpus de sculptures figuratives inspiré des procédés techniques classiques, auxquels les artistes et artisans ont eu recours dans l’histoire, allant jusqu’à emprunter  l’effet de distanciation employé dans le théâtre, tout en établissant un dialogue avec les nouvelles technologies contemporaines, telle que la reconnaissance faciale.

Ce parallèle vient susciter une réflexion sur les modes de présentation de l’art statuaire dit traditionnel et le processus de réalisation des oeuvres, qui fascine particulièrement l’artiste. Il faut de plus mentionner que Francis Montillaud a mené une recherche sur la communication non verbale qu’on associe à l’espace urbain et à l’intimité du quotidien. En intégrant la grimace et la caricature, il démocratise ainsi le portrait.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec l’artiste réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPO DU TRIO D’ARTISTES GEORGES AUDET, DAVID GAGNON ET PIERRE GAUVIN/TRAVAUX DOMESTIQUE :

Une exposition réjouissante qui se caractérise d’une part,  par son hétérogénéité et une abondance d’oeuvres, de matériaux et d’archives et  d’autre part,  par  trio d’artistes troubadours inspirés par la sphère domestique, dans laquelle les oeuvres peuvent être disposées librement, sans  contrainte de thématiques, à la façon d’un babillard.

Les trois artistes ont toutefois travaillé à une cohabitation significative et anonyme de leurs oeuvres, dans le lieu de diffusion et à insuffler une touche de poésie, voire des relents du mouvement dadaiste,  à tout ce foisonnement domestique qui émerveille !

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec les artistes réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE SITU, DANS LE CAS DE CES DEUX EXPOSITIONS !

De gauche à droite : le chroniqueur Pierre Archambault, ex-réalisateur de l’émission Espace Visuel à Radio Centre-Ville, Georges Audet, David Gagnon et Pierre Gauvin, lors de leur entrevue, dans le cadre du Magazine radio In situ, à Radio Centre-Ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

DEUX PHOTOGRAPHES ET CINÉASTES ENGAGÉS QUI FONT UN RETOUR AUX SOURCES !

JUSQU’AU 10 MARS 2019 À LA MAISON DE LA CULTURE PLATEAU MONT-ROYAL : VICTOR VARGAS VILLAFUERTE ET SON EXPOSITION INTITULÉE LA MOITIÉ LOINTAINE :

Le photographe et cinéaste engagé Victor  Vargas Villafuerte, né au Mexique et vivant à Montréal depuis 11 ans, expose actuellement une série de photographies et un vidéo filmé au Mexique, relativement à la situation hautement d’actualité de ses compatriotes et travailleurs saisonniers au Québec.  Un projet financé par le programme Vivacité Montréal du Conseil des Arts et Lettres du Québec.

Une démarche hautement significative qui a permis au photographe de renouer avec son pays en sol québécois et mexicain et présentée au Magazine radio In situ du 20 février 2019.  L’artiste nous informe tant sur son vécu d’immigrant, son expo en cours et sur son parcours artistique, qui se caractérise par deux séries de photographies ( de reportage et expérimentale).

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

ALBUM SOUVENIR DE L’EXPO DE LA CINÉASTE ET PHOTOGRAPHE ZAYNE AKYOL À L’ESPACE MILE-END  DU 22 NOVEMBRE 2018 AU 2 MARS 2019, TITRÉE ROJEKÉ/UN JOUR :

En programmation de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 5 décembre 2019 animée par Neal Armand, une entrevue téléphonique avec  la cinéaste Zayne Akyol  relativement à une exposition photographique titrée Rojekê, Un jour, sur le quotidien des guérilleras (soldates) kurdes à la défense de  leur peuple malmené depuis près de 40 ans qui été présentée à Espace Mile End jusqu’au  2 mars 2019. L’entrevue a été rediffusée le 23 janvier 2019, dans le cadre du Magazine radio In situ.

Zayne Akyol réside à Toronto et nous raconte qu’elle a eu besoin de faire un retour au pays de ses parents, attirée par les récits de sa gardienne, quand elle était enfant. Elle nous a présenté sa plus récente exposition qui a eu lieu et l’impact récent au Canada de sa nouvelle série de photos exposée à L’Espace Mile End. Zayne Akyol a plusieurs succès à son actif dans la discipline du cinéma, dont son premier long métrage documentaire, Gulîstan, Terre de roses, qui a récolté plus de 80 nominations dans des festivals internationaux et 12 prix.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

JUSQU’AU 2 MARS 2019 À LA GALERIE MC CLURE : UNE ARTISTE VISUELLE EXPLORATRICE DU GRAND NORD !

Une entrevue avec l’artiste visuelle et engagée Jessica Houston, originaire de New York et représentée par la Galerie Art Mûr, est diffusée au Magazine radio In situ du  27 février 2019, à l’occasion d’une exposition d’oeuvres multimédias qu’elle a réalisées, représentatives de ses dix dernières années dans le Grand Nord. Une exposition titrée Suspended in a Sunbeam à la Galerie Mc Clure jusqu’au 2 mars 2109.

L’artiste réunit en galerie des fragments de l’Arctique qu’elle a exploré, en compagnie de son conjoint scientifique et de l’équipe de travail de celui-ci, sur terre et en expédition océanique. Elle est allée à la rencontre de la communauté sur place et de ses préoccupations actuelles et passées, relatives à des questions d’écologie et des événements marquants de l’histoire, selon la disposition des résidents qu’elle a visité.

L’artiste se confie sur son inspiration pour le Grand Nord et la cause écologique qu’elle défend, ainsi que sur le processus de réalisation de ses oeuvres, dont certaines ont été crées en collaboration avec des scientifiques, notamment un vidéo en accéléré(le time-lapse)  qui nécessite deux caméras pour élargir l’horizon.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU ET NOTEZ QUE L’ARTISTE PRÉSENTERA UNE CONFÉRENCE À LA GALERIE MCCLURE CE JEUDI 28 FÉVRIER 2019 À 18H.

 

JUSQU’AU 9 FÉVRIER 2019 À LA GALERIE DU CDEX ET DANS LE CADRE DU MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS : UNE EXPOSITION QUI FAIT PLACE AU VÉCU FÉMININ ET SA DIVERSITÉ !

Le Magazine radio In situ du 6 février 2019 souligne le MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS,  en diffusant une entrevue avec un duo de jeunes commissaires (Diane Gistal et Michaelle Sergile) d’une exposition engagée,  qui donne la parole et les mots aux femmes noires, dans toute leur diversité. Une sélection ambitieuse d’oeuvres inspirantes, réunies sous le titre Subalternes, à la Galerie CDEX jusqu’au 9 février 2019.

À voir sur place différentes propositions artistiques émouvantes qui ont en commun la volonté de faire tomber les obstacles à la prise de parole et à la considération, pour ainsi laisser la femme noire exprimer son vécu directement et sans intermédiaire.  Des oeuvres de plus, d’une esthétique qui maximise l’impact du message.

Cette entrevue est l’occasion de transmettre la prise de position des commissaires et de présenter cette exposition qui rassemble des femmes artistes oeuvrant sur la scène locale et/ou internationale, incluant l’artiste vedette Zanele Muholi et sa série photographique marquante de plus de 300 portraits. Une des deux commissaires, l’artiste visuelle émergente Michaelle Sergile, partage de plus sa réflexion sur son oeuvre de tissages, qui fait partie de cette exposition spéciale. Quant à Diane Gistal, sa formation en littérature a orienté ses choix de commissaire.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

La galerie, située au 405 Ste-Catherine Est, Jr940, sera ouverte jusqu’à 20h ce jeudi et vendredi et se terminera samedi 15h.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

JUSQU’AU 5 JANVIER 2019 À LA TOHU : PASSAGERS/UN SPECTACLE DE CIRQUE MULTIDISCIPLINAIRE À GRAND DÉPLOIEMENT !

 

 

 

Le troupe Les 7 doigts  fait escale à la Tohu jusqu’au 5 janvier 2019 et présente un spectacle multidisciplinaire titré Passagers  à propos de la thématique très actuelle du voyage, de l’aventure et de la découverte, mais aussi la migration.  Le voyage étant présenté en fait comme une métaphore de la vie.

Un spectacle qui intègre un volet arts visuels déployé sur grand écran, avec des projections somptueuses et d’ampleur qui nous plongent dans l’univers du train et qui captive tout autant que les numéros de cirque, de théâtre et de chant, ainsi que la musique  originale ponctuant la prestation circassienne du réputé collectif Les 7 doigts.

Les représentations affichent complet pour la plupart durant les fêtes, d’où la décision d’ajouter une supplémentaire le 3 janvier 2019. Il reste encore des places pour le spectacle du 31 décembre 2018 à 14h.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter la critique du spectacle diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 28 novembre 2018, animée par Neal Armand.

DOUBLE EXPOSITION EN AUTOMNE 2018, DANS LE CAS DE L’ARTISTE ED PIEN !

Le Magazine radio du 5 décembre 2018 a proposé une entrevue spéciale du chroniqueur Pierre Archambault avec l’artiste vedette Ed Pien, qui était alors de passage à Montréal et avec le  galeriste Pierre-François Ouellet qui le représente à Montréal. Celui-ci traduira les propos de l’artiste Ed Pien qui vit et travaille à Toronto. L’occasion se présente ainsi d’échanger sur les deux expositions automnales des oeuvres de Ed Pien en cours à Montréal.

JUSQU’AU 22 DÉCEMBRE 2018 : EXPOSITION DE L’ARTISTE ED PIEN À LA GALERIE PIERRE-FRANÇOIS OUELLETTE.

L’exposition propose un corpus d’oeuvres variées, soit des photographies et vidéos du corps nu et performant de l’artiste, ainsi qu’une installation spectaculaire en vitrine. Cette série d’oeuvres exploratoires, expriment la vision de l’artiste du corps, traversé de forces politiques et sociales. Une thématique centrale dans l’oeuvre de Ed Pien.

PHOTO prise à la Galerie Pierre-François Ouellette lors de l’entrevue (de gauche à droite : le galeriste Pierre-François Ouellette, l’artiste Ed Pien et le chroniqueur Pierre Archambault).

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 20 JANVIER 2019 : UNE EXPOSITION D’AMPLEUR  DE L’ARTISTE ED PIEN AU 1700 LA POSTE

En continuité avec plusieurs de ses expositions antérieures, la commissaire Isabelle De Mévius fait une grande place à la pratique du dessin de Ed Pien,  qui se veut d’exécution rapide, spontanée et sans censure.

Inspiré des mythes asiatiques et des contes occidentaux, ainsi que de l’oeuvre de Jérôme Bosch et de Francisco Goya, Ed Pien transpose dans ses dessins des univers fantastiques inventés, peuplés de créatures inquiétantes, amalgamées et enchevêtrées, qui se transforment en une nouvelle entité, à l’image d’un  monstre, comme pour donner figure à l’inhumain. Cette démarche de l’artiste, qui s’intéresse aussi au monde pulsionnel de l’enfance, vise à  dénoncer toute forme d’aliénation et  de souffrance vécue, qu’elle soit morale ou physique.

À voir aussi sur place plusieurs oeuvres de techniques variées : photos, vidéos et installations, en lien avec la recherche en dessin de cet artiste multidisciplinaire et qui découlent d’un questionnement sur son héritage culturel. Ed Pien est reconnu internationalement, particulièrement pour ses installations de taille monumentale, de même que ses dessins et papiers découpés.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

ENTREVUE DU CHRONIQUEUR PIERRE ARCHAMBAULT AVEC L’ARTISTE ED PIEN ET LE GALERISTE PIERRE-FRANÇOIS OUELLETTE

JUSQU’AU 15 DÉCEMBRE 2018 À OPTICA : LE REGARD D’UNE ARTISTE ANTHROPOLOGUE !

Dans le cadre du Magazine radio In situ du 5 décembre 2018, nous rencontrons l’artiste Virginie Laganière qui s’intéresse de longue date aux architectures en transformation. Jusqu’au 15 décembre 2018, elle présente une exposition immersive titrée Le Prisme au Centre d’Art Contemporain Optica, dans le Complexe de Gaspé, en plein quartier Mile-End de Montréal.

Cette nouvelle exposition s’avère être l’aboutissement d’une résidence réalisée au Studio de Québec à Rome  qui a porté sur l’évolution des colonies marines à travers l’histoire, incluant l’époque de Mussolini et à travers la situation actuelle, déterminée par le tourisme de masse. Il en résulte une exposition globale et fascinante, qui nous transporte dans l’univers  d’architectures monumentales et significatives, qui restent encore maintenant gravées dans l’imaginaire italien.

L’élément central de l’exposition, est l’oeuvre vidéo envoûtante qui met en scène les  architectures étudiées, en explorant leur texture matérielle et affective, dans le paysage idylliques de ces cités balnéaires. Cette oeuvre hypnotisante, acccompagnée de musique et d’une sélection de textes par l’artiste fort inspirée, est accompagnée de photographies, bas-reliefs, petites constructions et d’une légère brume odorante qui recrée le climat maritime des lieux visités par l’artiste.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec l’artiste diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE FORTE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU!