Tous les articles par chantalheureux

Blogueuse depuis octobre 2014 Chroniqueuse culturelle depuis 2008 Chroniqueuse arts visuels depuis 2010, à Radio Centre-Ville et Radio Ville-Marie depuis septembre 2014. Productrice d'une émission en arts visuels à CIBL de septembre 2010 à août 2014 et depuis le 23 juillet 2015 à Radio Centre-ville.

JUSQU’AU 8 DÉCEMBRE 2019 À LA FONDERIE DARLING : UNE SÉLECTION D’ARTISTES D’INTÉRÊT SOULIGNENT LES 10 ANS DE LA RÉSIDENCE DES AMÉRIQUES !

En programmation du Magazine radio In situ du 4 décembre 2019, une entrevue avec Milly-Alexandra Déry assignée à la programmation de la Fonderie Darling, qui est l’hôte actuellement de deux expositions présentées par deux ex-résidents, dans le cadre de l’événement Archipel des Invisibles jusqu’au 8 décembre 20119, soulignant les 10 ans du programme formateur, qu’est la Résidence des Amériques.

Il s’agit  de l’artiste chilienJavier Gonzalez Pesce (résident en 2014) qui présente sa première exposition personnelle en  Amérique du Nord dans la grande salle et titrée Two Ways to Disappear Without  Losing the Physical Form, dont la commissaire est Ji-Yoon Han et de l’exposition Resisting Paradise  de la commissaire Marina Reyes Franco(résidente en 2016) qui réunit trois artistes(Deborah Anzinger et Leasho Johnson de la Jamaique et de Joiri Minaya de la République Dominicaine).

Deux expositions percutantes qui nous plongent dans l’histoire et l’actualité, notamment chilienne, ainsi que dans la réalité vécue dans ces pays ayant été colonialisés, devenus très touristiques et cherchant parallèlement à s’affranchir des stéréotypes persistants, qui biaisent le regard de l’autre.  Des artistes et commissaires proposant des réflexions pertinentes sur la question de l’heure, celle de l’identité, ainsi que sur le manque et l’excès de visibilité actuelle, qui caractérise la situation de la diversité.  L’exposition de Javier Gonzales Pesce, empreinte de poésie, est particulièrement recommandée.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

JUSQU’AU 8 DÉCEMBRE 2019 ET EN DÉBUT 2020 : UNE EXPOSITION COLLECTIVE D’ARTISTES INSPIRÉS PAR LA MUSIQUE ENVOÛTANTE DE KATIA MAKDISSI-WARREN !

Le Magazine radio In situ du 13 novembre 2019 reçoit à nouveau Julianna Joos et Élisabeth Dupond, commissaires  des expositions qu’elles ont organisées depuis plusieurs années, en collaboration avec  la Société de Musique Contemporaine du Québec et dans le cadre de leur Série Hommage annuelle. Des expositions auxquelles elles participent aussi comme artistes.

Cette année, 11 artistes ont fait une immersion dans l’univers, voire les mondes de Katia Makdissi-Warren et dans le processus de création contemporain de cette compositrice, qui intègre à sa musique envoûtante, une fusion de sonorités de différentes cultures occidentales, autochtones et moyen-orientales. Cette exposition collective d’oeuvres inédites fort inspirées, est présentée à la Maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville jusqu’au 8 décembre 2019 et titrée Les mondes de Katia Makdissi-Warren.

Cette année de plus, l’artiste Gilles Morissette, qui a été de toutes les éditions dans le cadre des Séries Hommage jusqu’à présent et du premier jury  pour l’exposition du compositeur Gilles Tremblay, se joint au duo de commissaires pour nous présenter une oeuvre séduisante et spectaculaire au sol du lieu d’exposition, représentative de sa pratique encore imprégnée de ses études au niveau du doctorat, dans le domaine de l’esthétique des sciences et technologies des arts.

Après la Maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville et les fêtes, cet événement prendra place au  musée de l’Oratoire St-Joseph du 12 janvier au 22 mars 2020, avec un concert fixé le 22 mars 2020.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Entrevue avec le duo de commissaires (Julianne Joos et Élisabeth Dupond) et un des artistes (Gilles Morissette) exposant une oeuvre spectaculaire.

À L’AFFICHE À PARTIR DU 29 NOVEMBRE 2019 : UN FILM INTIMISTE SUR LE LÉGENDAIRE ARMAND VAILLANCOURT !

En programmation du Magazine radio In situ du 13 novembre 2019, un retour sur le film du cinéaste québécois John Blouin, relativement à l’artiste de renom Armand Vaillancourt et  titré Vaillancourt : Regarde comme c’est beau.

Présenté d’abord en première mondiale dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma, ce film sera enfin projeté en salle à Montréal, aux Cinémas Beaubien, Du Musée et Moderne,  à partir du 29 novembre 2019.  Sculpteur, peintre, performeur, animateur fort apprécié par le grand public et artiste rassembleur, qui a été de plusieurs époques marquantes du Québec, aussi Chevalier de l’Ordre national du Québec et lauréat du prix Paul-Émile-Borduas,  Armand Vaillancourt demeure une figure de proue sur la scène arts visuels, au franc parler et au discours militant.

Le cinéaste a fait le choix de faire un retour aux sources avec cet artiste vedette flamboyant, en pleine campagne où l’artiste a grandi et qui a l’effet de ressourcer l’homme. Un film intimiste et détonnant, qui a nécessité sept ans de préparation.

Vous pouvez écouter plus bas le retour, qui transmet des avis partagés sur ce film, dans le cadre du Magazine radio In situ, diffusé à Radio Centre-Ville 102,3. Et ne manquez pas une projection spéciale du film, en présence du cinéaste et de l’artiste ce samedi 30 novembre 2019 à 19h au Cinéma Beaubien.

Photo récente prise par In situ, lors du dévoilement des oeuvres de l’artiste Armand Vaillancourt, à l’occasion de l’inauguration des places Michel Brault et Pierre Falardeau (angle Molson et Masson dans le quartier Rosemont) le 15 octobre 2019.
Photo récente prise par le Journal Métro.

Retour sur ce film au Magazine radio In situ,  avec la participation de Robert Locas, Guy Boutin et l’animatrice Chantal L’Heureux.

JUSQU’AU 27 NOVEMBRE 2019 À LA GALERIE WARREN G. FLOWERS : UN TRIO DE FEMMES ARTISTES DE LA DIVERSITÉ EXPOSÉ !

En ouverture d’émission, l’édition du Magazine radio In situ du 20 novembre 2019 a fait place à la diversité, en proposant une entrevue avec la commissaire Cécilia Bracmort,  au sujet d’une exposition titrée Reclaiming my Place réunissant trois femmes artistes : Shana Strauss, Cedar-Eve et Sharon Norwood, qui se démarquent par leur percée internationale. Une exposition en cours à la Galerie Warren G. Flowers du Collège Dawson jusqu’au 27 novembre 2019.

L’entrevue est l’occasion de connaître le parcours, l’approche féministe  et la réflexion de Cécilia Bracmort,  aux origines caribéennes ( Guadeloupe et Martinique) qui imprègnent sa vision  de commissaire et sa sélection d’artistes. Une commissaire avant tout préoccupée par le manque de visibilité suffisante  de la communauté artistique féminine. Par la suite, celle-ci nous présente la pratique de chacune des artistes réunies dans le cadre de cette exposition, qui suscite plusieurs questionnements.

À noter, que Shanna Strauss est d’origine tanzanienne/américaine, alors que Cedar-Eve est une artiste visuelle Anishnaabe(objiwé) et que Sharon Norwood est née en Jamaique et a grandi à Toronto. Shanna Strauss et Cedar-Eve résident et oeuvrent à Montréal.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas, diffusée à Radio Centre-Ville 102,3. Des extraits d’entrevue ont aussi été transmis, dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neil Armand, la même journée, au même poste.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

CHRONIQUE SPÉCIALE AU MAGAZINE RADIO IN SITU, SUR LA 58E BIENNALE DE VENISE EN COURS JUSQU’AU 24 NOVEMBRE 2019 :

L’édition du Magazine radio In situ du 26 juin 2019 a fait place à un compte rendu sur la 58e Biennale de Venise, que notre chroniqueuse  Camille Bourgeois a pu visiter et apprécier.

Une vaste exposition  collective orchestrée par  le commissaire Ralph  Rugoff et déployée à travers un nombre record, cette année, de 90 pavillons. Un événement d’ampleur au titre énigmatique Puissiez-vous vivre à une époque intéressante…

Une exposition éclatée qui invite à  une réflexion sur les différents aspects à considérer pour entrevoir la condition humaine dans sa globalité, au plan sociologique, politique et  artistique.

À l’approche de la fin de cet événement, qui s’avère être la plus ancienne des biennales d’art,  nous rediffusons ce compte rendu transmis sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

JUSQU’AU 17 NOVEMBRE 2019 À LA MAISON DE LA CULTURE CÔTE-DES-NEIGES : UN RETOUR À UNE ÉPOQUE MYTHIQUE !

La Maison de la Culture Côte-Des-Neiges propose une exposition spéciale organisée par François Gauthier de la Fondation Serge Lemoyne, qui recrée une période mythique :  le New York des années 60 et toute son influence, à travers les  oeuvres de deux artistes qui se sont cotoyés : Gilles Boisvert et Serge Lemoyne, décédé en 1998, d’où le titre Gilles Boisvert et Serge Lemoyne, l’influence de New York dans les années 60 jusqu’au 17 novembre 2019.

À voir sur place, des oeuvres  inédites et provenant de collections privées, ainsi que de nombreux documents d’archive (photos, articles de journaux, affiches d’expositions de l’époque, documents personnels) qui nous font revivre toute  l’effervescence de cette époque.

Serge Lemoyne et Gilles Boisvert ont étudié ensemble à l’École des Beaux-Arts de Montréal et ont marqué l’histoire récente de l’art, en collaborant étroitement à des projets collectifs, des happenings et des manifestations artistiques engagées.  Serge Lemoyne en particulier, s’est démarqué par ses performances sonores, visuelles et électroniques audacieuses, comme artiste, animateur, agitateur social.

UN ÉVÉNEMENT RECOMMANDÉ PAR IN SITU !

 

ALBUM SOUVENIR/JUSQU’AU 10 NOVEMBRE 2019 AU MBAM : UNE EXPOSITION D’AMPLEUR DE L’ARTISTE ENGAGÉ OMAR BA !

En programmation du Magazine radio In situ du 6 septembre 2019, une entrevue du chroniqueur Pierre Archambault avec Mary-Dailey Desmarais, conservatrice de l’art moderne et contemporain international au Musée des Beaux-Arts de Montréal et commissaire de la présentation montréalaise de l’exposition de Omar Ba, titrée Vision partagée, au MBAM jusqu’au 10 novembre 2019;

Une première exposition monographique en sol canadien, qui a été dédiée à cet artiste engagé de notoriété internationale et qui a été réalisée en collaboration avec la galerie d’art contemporain de Toronto The Power Plant.

L’artiste transmet à travers son oeuvre une critique de la tyrannie qui assaillent les pays en voie de développement, tout en souhaitant susciter un questionnement sur des problèmes et enjeux sociaux à l’échelle  planétaire, tels que la répartition inégale de la richesse et du pouvoir, la crise de l’immigration et  la question environnementale.

En contrepartie, cette oeuvre, imprégnée des couleurs et des textures des lieux où l’artiste a vécu ( à Dakar, au Sénégal, à Genève et en Suisse ), est un véritable ode aux forces vives présente dans ces mêmes pays. Omar Ba  a recours à des matériaux pauvres pour créer ses oeuvres percutantes sur fond noir, qui mettent de l’avant des personnages biomorphiques, entourés de nature exotique sénégalaise et parties intégrantes d’une plus large cosmogonie.

Pour en savoir plus, voir l’album photos d’une bonne partie de l’exposition et vous pouvez écouter l’entrevue de Pierre Archambault diffusée, en cliquant le lien plus bas.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

 

ÉCHANGE AVEC LA DIRECTRICE DE LA NOUVELLE GALERIE D’ART ARCHIVE CONTEMPORAIN :

Le Magazine radio In situ du 6 novembre 2019  a fait place à une entrevue avec Maela Ohana, directrice de la nouvelle galerie  d’art Archive contemporain, localisée depuis quatre mois dans un coquet espace, en plein coeur de Pointe St-Charles. Un quartier en développement artistique.

Maela Ohana a acquis une expertise et crée un réseau, grâce à son implication dans les magazines Earth Issue et Archives Collective, nom dont elle s’est inspirée pour sa propre galerie, ce qui l’amène à ouvrir les portes de son lieu de diffusion aux artistes dits environnementalistes. Maela Ohana souhaite toutefois, durant sa première année, rester ouverte à la diversité du milieu arts visuels et représenter des artistes émergents, au stade mi-carrière et établis, de façon collaborative.

La galerie a organisé quatre expositions depuis son ouverture, que la directrice a présenté à la radio, dont celle en cours réunissant plusieurs des oeuvres de Beaver Sheppard. Une exposition, dont le finissage aura lieu ce samedi 9 novembre 2019 de 13h à 16h. D’autres activités, tels que des ateliers et des conférences sont proposées dans cet espace artistique et convivial de la rue Centre.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

La galerie est située au 2471 rue Centre, dans le quartier Pointe St-Charles.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

JUSQU’AU 10 NOVEMBRE 2019 AU CENTRE DE DESIGN DE L’UQAM : RENCONTRE AVEC UN DUO D’ARCHITECTES HUMANISTES !

Le Magazine radio In situ du 30 octobre 2019 diffuse en ouverture d’émission, une entrevue de fond relative à l’exposition en cours au Centre de Design de l’UQAM, titrée Entre-Deux/Une Architecture de la Résonnance jusqu’au 10 novembre 2019.

Les architectes français Jacques Ferrier et Pauline Marchetti, une des deux commissaires (avec Philippe Lupien) de cette exposition spéciale, ont été rencontrés à  leur retour à Montréal, pour participer à une conférence, en lien avec l’exposition, qui a eu lieu le 30 octobre 2019.

Ce duo d’architectes nous transmet  tant leur vision globale et humaniste de l’architecture en milieu urbain, accompagnant leurs réalisations, que leur prise de position de placer l’humain et ses besoins, au coeur de leur processus, de là toute la signification du titre de l’exposition. Ils travaillent à ce que leur objectif de développement durable et d’intégration de nouvelles technologies, aillent de pair avec un bien-être et des plaisirs urbains.

Pour en savoir plus sur leur approche, leur réflexion et leur production au sein de Ferrier Marchetti Studio dans divers pays, vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Le Centre de Design de l’UQAM est situé au 1440 rue Sanguinet à Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 26 OCTOBRE 2019 AU MAI : UN PARCOURS EXPOSÉ MENANT À LA RÉSILIENCE !

En programmation du Magazine radio In situ du 16 octobre 2019, une entrevue avec un duo féminin complice, composée de l’artiste Julie Robinson et de la commissaire Fabienne Parisien, relativement à l’exposition titrée L’Exhumée, en cours au Mai jusqu’au 26 mai 2019

Celles-ci nous invitent à faire une plongée dans l’intimité d’un drame : une rupture d’anévrisme, que Julie Robinson a subie à l’âge de 18 ans et qui a laissé des séquelles. Au coeur de la démarche présentée : le corps affecté et sa mémoire.

Les oeuvres réunies « composent la généalogie d’un drame », selon les propos de la commissaire et tracent le parcours de la résilience, selon l’artiste. Tel un processus archéologique, Julie Robinson a choisi d’exhumer son drame enseveli depuis 20 ans, en déterrant des oeuvres significatives : des peintures, des sculptures, une installation, un tableau vivant et un film projeté, commenté par le duo.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, en cliquant le lien qui suit. L’exposition se terminera par un finissage, qui proposera une performance, accompagnée de théâtre et de danse, ce samedi 26 octobre à 15h.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Julie Robinson et son oeuvre L’Exhumée 23/Pièce finale, huile sur toile, 2017(photo tirée de la page Facebook de l’artiste et prise par Virginie Maltais).