Archives pour la catégorie Maison de la culture

JUSQU’AU DIMANCHE 14 OCTOBRE 2018 À LA MAISON DE LA CULTURE MERCIER : EN VEDETTE, LE VERRIER D’ART DE HAUT NIVEAU STEPHEN PON !

L’émission Montréal pluriel Le Retour du 3 octobre 2018 fait place à une exposition d’ampleur, à une mise en place et une mise en scène d’oeuvres spectaculaires du verrier d’art d’expérience  Stephen Pon. Une exposition titrée Les destins du possible qui occupe tout le vaste lieu de diffusion de la Maison de la Culture  Mercier jusqu’au 14 octobre 2018.

Une exposition propice à la déambulation et à l’appréciation, sous un éclairage sophistiqué,  de multiples personnages expressifs qui naviguent dans des embarcations d’une époque antique et  sur les mers du destin, selon les propos de l’artiste, récipiendaire d’un prix  du CALQ, celui d’oeuvre de l’année en région pour sa sculpture extérieure Via Solaris. Un ravissement pour les yeux!

L’artiste, enseignant et conférencier Stephen Pon est interviewé au sujet de son exposition grand déploiement,  des techniques du verre qui caractérisent sa pratique artistique : celles du verre soufflé, du verre coulé et de la pâte de verre, ainsi que sur le marché du verre.  Les oeuvres de Stephen Pon ayant d’ailleurs été acquises par des collectionneurs autant au Canada qu’aux États-Unis.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neal Armand et diffusée Radio Centre-Ville.

Publicités

JUSQU’AU 7 OU 8 OCTOBRE 2018: LE VOLET ARTS VISUELS DU FESTIVAL LATINARTE 2018 RECOMMANDÉ!

En programmation du Magazine radio In situ du 3 octobre 2018, une entrevue spéciale sur le volet arts visuels de la 10e édition du FESTIVAL LATINARTE, incluant deux expositions titrée Passages convergents ayant réuni trois artistes ( Beatriz Herrera, Frederico Carbajal et Santiago Tavera) en deux lieux :  au Conseil des Arts de Montréal jusqu’au 27 septembre 2018 et à la salle de diffusion Parc Extension jusqu’au 7 octobre 2018.

À cette exposition déployée dans deux sites, s’ajoute une présentation de bijoux argentins à la Galerie Noel Guyomarc’h jusqu’au 8 octobre 2018, rassemblés par la commissaire Ana Catalina Montoya, au cours d’une résidence réalisée en Argentine.

La commissaire, chercheuse, historienne de l’art et artiste Mariza Rosales Argonza a été invitée en studio pour présenter l’exposition Passages convergents dans son ensemble et les artistes, accompagnée de Beatriz Herrera, une des trois artistes de cette exposition collective multidisciplinaire, proposant des dessins, des sculptures, notamment suspendues, des oeuvres robotiques et une installation numérique, dont plusieurs de grand format.

Une exposition immersive éclatante de couleurs et de lumière, ainsi qu’une profusion de fins matériaux, qui transforme les lieux de diffusion en un jardin artistique qui émerveille et invite à la déambulation et à la rêverie, particulièrement dans le cas de la salle de diffusion parc extension accessible jusqu’au dimanche 7 octobre 2018.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

JUSQU’AU 19 AOÛT 2018 : DÉPLOIEMENT D’OEUVRES D’ANDRÉ FOURNELLE À LA MAISON DE LA CULTURE PLATEAU MONT-ROYAL!

En programmation du Magazine radio In situ du 1e août 2018, une entrevue du chroniqueur Pierre Archambault avec André Fournelle, à l’occasion d’une exposition de ses oeuvres, sculptures et installation, réalisées de 2013 à 2018 et réunis à la Maison de la Culture Plateau Mont-Royal jusqu’au 19 août 2018, sous le titre  Les choses sont, et nous il faut que l’on revienne,

Des oeuvres de cet artiste, se dégage un questionnement toujours d’actualité sur la précarité des choses, la fragilité de la vie et le destin humain. Une réflexion qui se poursuit et s’approfondit depuis les années 60.  Inspiré par le feu et la lumière, éléments au fondement de l’existence humain, André Fournelle met et remet en scène le charbon, le métal,  le néon et fait surgir des mots clés, parfois chocs, puisés dans un univers symbolique recrée en galerie.

Artiste et professeur, André Fournelle a enseigné la sculpture à l’Université d’Ottawa et exposé  tant au Québec, au Canada, qu’à l’international. Il oeuvre à intégrer à sa démarche, les éléments naturels, des formes géométriques simples, certains courants de l’histoire de l’art, l’actualité préoccupante, telle que la situation des migrants  et des  performances.

Pour en savoir plus, voir l’album des oeuvres de l’exposition et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue de Pierre Archambault avec André Fournelle diffusée à Radio Centre-ville.

 

 

JUSQU’AU DIMANCHE 13 MAI 2018 : UNE NOUVELLE ÉTAPE POUR LA MAISON DE LA CULTURE DE L’ARRONDISSEMENT VILLERAY, ST-MICHEL, PARC-EXTENSION :

Le Magazine radio In situ du 18 avril 2018 fait place à un échange avec l’agent culturel  CLaude Morissette, au sujet d’une nouvelle étape de la maison de la culture dans l’arrondissement Villeray Saint-Michel Parc-Extension inaugurée récemment et nommée la Maison Claude Léveillé, en l’honneur de cet artiste réputé qui était enraciné dans le quartier Villeray.

La maison de la culture, établie à l’adresse où se trouvait les bureaux, a maintenant pignon sur rue et est située au rez-de-chaussée du Centre Jean-Marie Gauvreau, au 911, rue Jean-Talon est. Elle comprend une salle de spectacle de calibre professionnel de 260 places, une salle d’exposition et de médiation, ainsi qu’un grand foyer pour accueillir les visiteurs et des bureaux administratifs. Une conception de l’architecte vedette Éric Gauthier de la firme FABG qui a aussi crée la maison de la culture  le Quai 5160 à Verdun et qui a gagné récemment le concours pour la réalisation de la future salle de spectacle  à Repentigny, soit le Théâtre Alphonse Desjardins .

L’inauguration a été l’occasion pour l’agent culturel Claude Morissette de réaliser un rêve d’exposer une sélection d’oeuvres puisées dans les collections du Musée d’Art de Joliette et d’en faire une exposition spéciale pour souligner le nouvel espace de diffusion, laquelle a été titrée Le Musée s’expose/Regards sur les collections du Musée d’art de Joliette.

Pour en savoir plus sur l’inauguration de la Maison Claude Léveillé et l’exposition inaugurale, voir l’album photos qui suit et écouter plus bas l’entrevue avec Claude Morissette diffusée à Radio Centre-ville 102,3

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU

JUSQU’AU 6 MAI 2018 À LA MAISON DE LA CULTURE PLATEAU MONT-ROYAL : UNE APPROCHE PHOTOGRAPHIQUE INSPIRÉE DE L’OEUVRE ILLUSTRÉE ET TEXTUELLE DE SEBALD !

En ouverture du Magazine radio In situ du 2 mai 2018, une entrevue de Pierre Archambault avec la photographe Josée Pellerin, inspirée par l’oeuvre illustrée et textuelle de l’écrivain et essayiste allemand Winfried Georg Maximilian Sebald (1944-2001) et exposant une série de photos évocatrices de l’univers de l’auteur à la Maison de la Culture Plateau Mont-Royal jusqu’au 6 mai 2018.

Affligé par la souffrance humaine, ce promeneur solitaire et mélancolique du vingtième siècle et de la littérature germanique,  invite, à travers ces récits, à la méditation sur les ombres de l’histoire du XXe siècle.

Josée Pellerin a emprunté le sentier de l’auteur et marcheur Sebald, en usant d’un assemblage documentaire et fictif mis en scène dans espace qu’elle a recrée et selon une approche similaire à l’auteur qui intègre nombre d’archives visuelles : films, photographies personnelles et trouvées, cartes postales, documents historiques et bien d’autres documents hautement significatifs.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue de Pierre Archambault avec l’artiste diffusée à Radio Centre-ville 102,3.

JUSQU’AU 15 AVRIL 2018 : UN LABORATOIRE D’OBSERVATION DU PIGEON BISET AU QUAI 5160 À VERDUN!

En programmation du Magazine radio In situ du 4 avril 2018, une entrevue avec Audrey Kinkead, inspirée par l’univers des êtres vivants urbains et impopulaires que nous côtoyons chaque jour et que nous remarquons si peu, dont le pigeon biset, oiseau en vedette dans le cadre d’une exposition spéciale titrée L.O.V. : La cybornithologie au Quai 5160 à Verdun jusqu’au 15 avril 2018. L.O.V. signifiant le Laboratoire d’Observation du Vivant, étudiant les êtres vivants indésirables en milieu urbain fondé en 2013.

L’artiste multidisciplinaire Audrey Kinkead a observé de près une communauté de pigeons bisets et nous propose une immersion dans l’univers pourtant fascinant du pigeon biset, à travers un laboratoire recrée sur place au Quai 5160, un regard artistique et poétique, ainsi qu’une pincée d’humour. Cette démarche s’est réalisée grâce à l’implication d’une mystérieuse cybornithologue Raelle Ranger.

Au coeur de l’exposition, qui se présente comme une installation, un vidéo  d’une dizaine de minutes captivant, accompagné de photos et d’objets démontrant des résultats scientifiques insolites, prouvant la possibilité d’une cohabitation harmonieuse, avec un peu de bonne volonté.

L’artiste a constaté un grand intérêt pour ce mal aimé de nos villes, dans le cadre des ateliers scolaires dans le quartier de Verdun, dont certains secteurs sont défavorisés. Les enfants étaient en quelque sorte enclins à s’identifier au sort de ces oiseaux de notre quotidien qui pourraient être davantage appréciés. Cette entrevue a été réalisée quelques jours avant une visite commentée suivie d’un atelier créatif qui s’adressera aux citoyens de tous âges et qui aura lieu ce samedi 7 avril de 10h à 12h au Quai  5160, sur réservation au  514.872.5691.

Et pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas diffusée à Radio Centre-ville.

 

JUSQU’AU 25 MARS 2018 : UNE EXPOSITION COLLECTIVE QUI REND HOMMAGE AU COMPOSITEUR EVANGELISTA!

En programmation du Magazine In situ du 14 mars 2018, une exposition collective spéciale dédiée au compositeur  d’origine espagnole José Evangelista, dans le cadre de la série Hommage de la Société de Musique Contemporaine du Québec, qui en est à sa sixième édition. Les deux artistes et commissaires de l’événement Élisabeth Dupond et Julianne Joos ont été invitées à présenter cet événement qui propose des oeuvres pour la plupart inédites et inspirées de la musique de ce compositeur.  Un exposition multidisciplinaire en art contemporain titrée Le temps d’Evangelista en cours à la Maison de la Culture Côte-Des-Neiges jusqu’au 25 mars 2018.

José Evangelista est né à Valence et a émigré au Canada en 1969, deux ans après la désormais mythique Expo 67. Il est allé à la rencontre de la musique et des instruments de d’autres cultures, comme celles du folklore espagnol, des traditions arabes et orientales et celle du gamelan indonésien. Ces explorations auront été déterminantes dans sa façon de composer et l’amèneront à accorder une place centrale à la mélodie et au rythme, créant des compositions à la fois simples et complexes.

Les artistes visuels ont fait la démarche de s’inspirer de l’oeuvre musicale du compositeur qu’ils ont rencontré en début de processus. Les deux artistes et commissaires interviewées nous présentent tant le processus de réalisation de l’exposition, qu’une sélection d’oeuvres, dont leur propre expérience et leurs oeuvres crées. Pour en savoir plus, voir la sélection des oeuvres de l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville en cliquant le lien plus bas.

L’exposition se démarque  cette année par la qualité des oeuvres  réunies, par un étage consacré aux oeuvres vidéo et par la participation d’artistes de différents regroupements.  Des aspects qui renouvellent la proposition artistique. UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

Entrevue diffusée avec les deux artistes et commissaires de l’événement Élisabeth Dupond et Julianne Joos

 

Musique O Bali de José Evangelista, Ensemble Pléïade direction Jean-Paul Odiau

EN VEDETTE, LE NOUVEAU LIEU DE DIFFUSION DE LA MAISON DE LA CULTURE VERDUN:

En programmation du Magazine radio In situ du 24 janvier 2018, le nouveau lieu de diffusion Le Quai 5160 à Verdun et visité à l’occasion de l’ouverture d’une nouvelle exposition de l’artiste sonore Sonia Paço-Rocchia, titrée Hélix/parcours sonore pour orchestre d’hélixophones automates. In situ a alors interviewé un représentant de la maison de la culture : monsieur Marc Daoust, agent de soutien et coordonnateur aux arts de la scène. Une entrevue que vous pouvez écouter plus bas.

La Maison de la Culture Verdun  vient enfin d’emménager dans un splendide lieu de diffusion  de calibre professionnel conçu par la firme d’architectes FABG et inauguré en août 2017. Le Quai 5160 est situé au 5160 boulevard Lasalle, à l’angle de l’avenue Desmarchais dans l’édifice Guy-Gagnon, espace attenant à l’École du cirque de Verdun. L’édifice se démarque par une vaste vitrine sur le fleuve qui émerveille.

À la fine pointe de la technologie, la Maison de la Culture offre  de plus une très bonne accessibilité, avec un lieu complètement adapté aux personnes à mobilité réduite et un stationnement en face de l’immeuble.  Il est aussi projeté de réaménager les espaces extérieurs, déjà habité par l’oeuve de Yan Pocreau titrée Archéologies(voir photo), en développant notamment la terrasse, ainsi qu’un mail piétonnier du boulevard Lasalle jusqu’à la rive du fleuve St-Laurent.

À voir aussi sur place à la salle d’exposition Denis Juneau,  le jardin d’automates sonores et dansants crée par l’artiste Sonia Paçco-Rocchia. Il s’agit d’hélixophones, soit des instruments constitués d’un slinky et d’un résonnateur. Une artiste qui fait dans la composition, l’installation sonore interactive, la performance et l’improvisation. Vous pouvez écouter une pièce composée par l’artiste plus bas.  Elle présentera son exposition Helix, un parcours pour orchestre d’helixophones automatesau public ce samedi 3 février de 10h à 12h.

À noter, que Sonia Paço Rocchia a été la compositrice de la symphonie portuaire sur l’arrivée de Jeanne Mance et de Paul de Chomedey sur l’île de Montréal pour quintette de cuivres, égoines, traitement en temps réel en quadriphonie, bateaux et basilique, dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

 

ENTREVUE

MUSIQUE

JUSQU’AU 12 NOVEMBRE 2017 : DERNIER DE TROIS VOLETS D’UNE TRIPLE EXPO CONSACRÉE À LA COLLECTION DE LA VILLE DE MONTRÉAL!

Le Magazine du 13 septembre 2017 a diffusé une entrevue avec l’agente culturelle Caroline Richard et le muséologue Claude Brault, au sujet d’une triple exposition dans le sud-ouest qui rendait hommage à la Collection de la Ville de Montréal et qui a permis de redécouvrir avec plaisir une sélection d’oeuvres acquises. Il est souhaité que cet événement spécial se renouvelle dans le futur.

Un événement d’envergure qui a présenté une soixantaine d’oeuvres d’art contemporain puisées dans cette collection composée de quelques mille oeuvres d’art contemporain ou historiques. Cette exposition spéciale était présentée dans trois lieux de diffusion du sud-ouest :

-Du 14 septembre 2017 au 5 novembre 2017,  ont été présentées les 20 ans des prestigieux Prix d’excellence Pierre Ayot et Louis Comtois en arts visuels, crées avec L’Association des Galeries d’Art Contemporain ce,  à la Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce;

-Du 9 septembre 2017 au 5 novembre 2017, ont été exposés les 20 ans des prix d’excellence François Houdé en métiers d’art, crées par la Ville de Montréal avec le Conseil des Métiers d’Art du Québec ce, au Centre Culturel Notre-Dame-de-Grâce;

-Du 16 septembre 2017 au 12 novembre 2017, ont été soulignés les 5 ans d’acquisition d’oeuvres du réseau Accès culture, avec une sélection d’oeuvres proposée à la Maison de la Culture Côte-Des-Neiges. Le Plan d’Acquisition des Oeuvres d’Art du Réseau Accès Culture (PADORAC), en opération depuis 2011, ayant permis d’enrichir la collection municipale de quelque 150 oeuvres, choisies à  même la programmation culturelle de  ses 24 diffuseurs.

Pour en savoir plus, voir la sélection d’oeuvres dans l’album qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée plus bas.

 

JUSQU’AU 4 NOVEMBRE 2017 À LA CHAPELLE HISTORIQUE DU BON-PASTEUR : UN PANORAMA DE L’ART BRUT EXPOSÉ !

Le Magazine radio In situ du 1e novembre 2017 couvre une des rares expositions collectives d’art brut en milieu urbain en cours à la Chapelle historique jusqu’au samedi 4 novembre 2017, en diffusant une entrevue avec l’auteur, enseignant, collectionneur et commissaire  Hugues Brouillet, qui  consulté trois personnes clés possédant une solide expertise dans l’art brut, pour l’orienter dans sa sélection d’oeuvres : les galeristes Robert Poulin et Jean-Robert Bisaillon, ainsi que le sculpteur, écrivain et psychanalyste Patrick Cady, qui participe d’ailleurs à l’exposition.

Le commissaire prend part en quelque sorte au débat sur les caractéristiques de l’art brut, en  se distanciant du réputé Jean Dubuffet, qui s’est consacré à l’art réalisé uniquement en institution psychiatrique et  en  englobant dans l’art brut différents regroupements d’artistes s’adonnant à un art hors norme et autodidacte,  avec des médiums variés ( art marginal, art singulier, art thérapie ). Leur grand point en commun est la nécessité vitale de créer ressentie par les artistes. Il distingue donc tout à fait l’art thérapie et sa fonction curative de l’art brut qui devient une extension de l’artiste.

En plus de nous faire part de son processus de commissaire, Hugues Brouillet nous présente quelques artistes de l’exposition en commentant leur pratique artistique, ainsi que la situation générale de l’art brut. Une exposition fascinante et poignante d’une vingtaine d’artistes du Québec, de la France et des États-Unis réunis dans une salle attenante à la Galerie Les Impatients et titrée Attention : État brut/Regards croisés sur l’art hors normes.

En complément de cette visite, le commissaire Hugues Brouillet conseille de visiter deux expositions  incontournables en cours à la Maison de la Culture Frontenac, deux expos vues et recommandées fortement par In situ :

-Expo hommage à DANIEL ERBAN, La beauté de la laideur, commissaire : David Erban, Maison de la Culture Frontenac;

-Expo collective, Marginaux et francs-tireurs, catalyseur : Robert Poulin, Maison de la Culture Frontenac.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit sur l’expo Attention  : État brut ! et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec Hugues Brouillet diffusée à Radio Centre-Ville.