Archives pour la catégorie Galerie

JUSQU’AU 11 NOVEMBRE 2017 À LA CASTIGLIONE : DÉPLOIEMENT DE PHOTOGRAMMES ATTRACTIFS EN GALERIE !

Le Magazine radio In situ du 8 novembre diffuse une entrevue avec la photographe Janie Julien Fort qui expose plusieurs séries de photogrammes aux couleurs attractives, incluant une installation de grand format, présentées sous le titre évocateur Faire rouler la machine à la Galerie La Castiglione jusqu’au 11 novembre 2017. La machine en  question étant une développeuse argentique, qui automatise le développement des photos.

En marge des procédés photographiques immédiats et instantanés qui inondent le web et fascinée par la matérialité et la fabrication de l’image,  l’artiste opte pour un retour aux sources et des expérimentations sans captation directe, qui s’élaborent lentement et qui peuvent faire place à l’inattendu, démontrant ainsi tout son intérêt pour les particularités de la matière photosensible et pour la thématique du passage du temps.

Cette démarche longitudinale qui demande  un investissement de temps, une disposition pour s’adapter à l’imprévisibilité du médium et une disponibilité pour s’adonner à de nombreuses expériences en laboratoire ou à l’extérieur, l’amène à se qualifier d’artisane et d’aventurière dans le domaine de la photographie.

Janie Julien-Fort est titulaire d’une maîtrise et d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques, ainsi que d’un baccalauréat en éducation à l’Université du Québec à Montréal.  Récipiendaire de plusieurs prix, le plus récent obtenu est celui de la relève en photographie à Montréal en 2017. Elle s’est impliquée dans plusieurs projets avec les centres d’artistes DARE DARE, Verticale et l’écart. Elle travaille comme technicienne photo en travaux pratiques à l’école des arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Un boulot qui lui a ouvert tout un espace d’expérimentations.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée plus bas. À noter, que Janie Julien Fort exposera à nouveau bientôt à la Galerie d’Art Outremont une nouvelle série de photos intitulée Paysages éphémères à partir du 7 décembre 2017.

UNE FORTE RECOMMENDATION DE IN SITU!

1E PARTIE D’ENTREVUE DIFFUSÉE À RADIO CENTRE-VILLE :

2E PARTIE D’ENTREVUE :

Publicités

JUSQU’AU 5 NOVEMBRE 2017 : RETOUR EN FORCE DU SCULPTEUR LAJEUNIE!

In Situ est allé à la rencontre du sculpteur Lajeunie, longtemps concepteur visuel à Télé-Québec et qui nous revient en force avec une série d’œuvres à apprécier à la Galerie 1040 dans le Plateau Mont-Royal jusqu’au dimanche 5 octobre 2017. La Galerie Gala qui représente l’artiste depuis plusieurs années, bien qu’elle n’ait plus pignon sur rue, a organisé cette exposition spéciale.

Le Magazine radio In situ du 1e novembre 2017 diffuse un entretien avec cet artiste épris de son art, de géométrie, d’architecture et des ses médiums de prédilection. Il nous présente son processus créatif, certains défis relevés et quelques unes de ses œuvres magnifiques exposées. UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU!

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entretien avec l’artiste diffusé à Radio Centre-Ville. La galerie 1040 est située au 1040 Marie-Anne.

 

JUSQU’AU 4 NOVEMBRE 2017 À LA GALERIE LACERTE : UN PARCOURS DE SCULPTEUR EXPOSÉ, CELUI DE YVES TRUDEAU!

Les éditions du Magazine radio In situ du 11 et 18 octobre 2017 diffusent en deux parties, une entrevue spéciale avec le sculpteur Yves Trudeau, longtemps enseignant, artiste engagé et l’un des fondateurs en 1961 du Conseil de la Sculpture du Québec(auparavant nommée L’Association des sculpteurs du Québec) ce, à l’occasion d’une exposition d’oeuvres choisies de 1960 à 2005 en cours à la succursale montréalaise de la Galerie Lacerte et prolongée jusqu’au 4 novembre 2017.

Auparavant en 2008, une exposition rétrospective de ses oeuvres (1958-2008) lui était consacrée au Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke en 2008.  En 1984, il obtient une attestation d’excellence de l’Université du  Québec, pour sa contribution exceptionnelle en arts plastiques et en 1995, il devient membre de l’Ordre du Canada.

L’artiste nous présente les différentes périodes de son parcours de sculpteur, en plus de sa logique spatiale et commente sa participation à l’événement désormais mythique EXPO 67 avec une oeuvre intitulée Le phare du cosmos. Un des rares témoignages d’artiste en ce 50e anniversaire de EXPO 67. Il termine cet échange en abordant le volet art public de sa carrière prolifique, totalisant 42 oeuvres et partage sa réflexion sur les matériaux utilisés à travers les périodes suivantes :

La Figuration de 1950 à 1962, l’Abstraction(1959-1966), Fers et bois(1960-1967), Hard edge et minimalisme(1969-1987), Parvis et portails(1988-2005) et Vestiges de 2005 à nos jours.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit, prises pour la plupart à la Galerie Lacerte et écoutez l’entrevue spéciale avec l’artiste. La Galerie Lacerte est située au 6345 Boul. Saint-Laurent à Montréal.

 

ALBUM-SOUVENIR DE TROIS EXPOSITIONS MARQUANTES JUSQU’AU 14 OCTOBRE 2017!

TROIS EXPOSITIONS MARQUANTES SÉLECTIONNÉES PAR IN SITU:

LA FORÊT NOIRE DE ANNA JANE MCINTYRE AU MAI JUSQU’AU 14 OCTOBRE 2017 :

Une invitation de l’artiste Anne Jane McIntyre a pénétrer dans une obscure forêt sonore, traversée d’ombres et de nuances, recrée en galerie. Par extension, l’artiste proposait un voyage dans la part d’ombre présente en nous, où les règles de conduites deviennent diffuses et malléables et où les points de repères se perdent momentanément. Au coeur de cette installation sculpturale immersive et envoûtante loge une cabane de chasse féérique, habitée de multiples objets significatifs, tel un trésor de mémoire.

OMBRES ET TRACES/CHARLES DAUDELIN(1920-2001) À LA GALERIE ÉRIC DEVLIN JUSQU’AU 14 OCTOBRE 2017:

Hommage rendu par un fils  à son père, tous les deux artistes à la Galerie Éric Devlin. L’artiste Éric Daudelin proposait une sélection des oeuvres de son père, choisies avec soin dans l’atelier de son père,  le réputé sculpteur, peintre et dessinateur québécois Charles Daudelin décédé en 2001. Une exposition qui se rapprochait de la rétrospective et un ravissement pour les yeux et le coeur!

 

ÉNIGMES DE L’OMBRE ET DE LA LUMIÈRE DE CAROLINE CLOUTIER ET MARTIN DÉSILETS À PLEIN SUD JUSQU’AU 14 OCTOBRE 2017(COMMISSAIRE : FRANCINE PAUL) :

La commissaire  de cette exposition a choisi de réunir deux photographes explorateurs reconnus qui proposaient aux visiteurs un exercice de perception, pour comprendre leurs démarches respectives nous amenant à la frontière de l’abstraction. Deux artistes qui nous présentaient des oeuvres nous transportant dans de nouveaux lieux, grâce à des effets d’ombre et de lumière, d’échelle et de perspective, d’illusions de profondeur ou de mouvement. Un duo  d’artistes qui exposaient ensemble pour la première fois et qui sont devenus complices.

 

UNE NOUVELLE GALERIE DÉDIÉE À LA RELÈVE DANS LE SUD-OUEST DE MONTRÉAL!

Le Magazine radio In situ du 23 août 2017 s’est intéressé à une galerie AVE ( pour Artistes Visuels Émergents ) au mandat spécial d’importance de se consacrer à la relève, en soutenant les artistes émergents dans leur intégration au milieu arts visuels et leur adaptation à la réalité du marché de l’art.

Le Magazine radio In situ est allé à la rencontre du galeriste André Masson, ex-artiste et ex-enseignant, afin de réaliser une entrevue  qui transmet les informations essentielles aux artistes de la relève, en plus de renseigner sur l’approche du  galeriste. Une entrevue que vous pouvez écouter plus bas.

À ceci s’ajoute un album souvenir commenté de l’exposition estivale qui a eu lieu jusqu’au 7 septembre 2017 et titrée Écologies Écologies par les jeunes commissaires Marie-Charlotte Carrier et  Joséphine Rivard qui ont eu à faire preuve d’autonomie. Cette exposition réunissait les artistes Jessica Slipp, Julie Roch-Cuerrier et Caroline Mauxion qui avaient en commun de s’intéresser au vécu émotif que suscitent les  éléments naturels.

Coup de coeur pour la démarche de l’artiste Julie Roch-Cuerrier qui s’est rendue sur l’île d’Inis Môr en Irlande, afin d’y retrouver une couleur bleue turquoise de son atlas familial en pleine nature, dans un célèbre bassin d’eau naturel The Worm Hole agité par l’océan.

La petite galerie AVE est localisée à Montréal au 901 rue Lenoir, espace B-105. À noter qu’un vernissage des oeuvres d’Ella Morton aura lieu ce jeudi 12 octobre 2017 à 18h.

LE CENTRE DES MÉTIERS DU CUIR DE MONTRÉAL FAIT SON ENTRÉE AU MBAM!

En programmation du Magazine radio In situ du 16 août 2017 et dans le cadre d’un spécial mode/design en lien avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal, une entrevue en studio avec deux représentantes du Centre des Métiers du Cuir de Montréal est diffusée.

Claire Kinsy, Directrice générale  du CMCM et Laurence Dubrigny, Adjointe à la direction sont rencontrées, à l’occasion d’un événement spécial. L’établissement a fait son entrée au MBAM le 11 avril 2017, avec une exposition collective orchestrée par la commissaire Diane Charbonneau, Conservatrice, arts décoratifs modernes et contemporains et photographie au Musée des beaux-arts de Montréal. L’exposition  intitulée Plaisirs renouvelés se poursuit jusqu’au 1e mars 2018.

L’entrevue est aussi une occasion de  présenter le mandat d’importance de cet établissement crée en 1989  et situé dans le centre-nord de Montréal. Une institution désormais, qui a le mérite d’être la seule école des métiers du cuir au Canada et qui plus est, loge une galerie présentant plusieurs expositions d’intérêt annuellement.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée plus bas.

LE FESTIVAL PRÉSENCE AUTOCHTONE ET SON VOLET ARTS VISUELS!

Le Magazine radio In situ du 2 août 2017 fait place à un entretien avec le fondateur du Festival Présence Autochtone, monsieur André Dudemaine, au sujet du volet arts visuels de l’événement du 2 au 9 août 2017.

Les expositions se poursuivent jusqu’au 6 août dans le cas des projections murales du Collectif AM et du duo d’artistes établis Caroline Monnet et Sébastien Aubin de 21h à 23h sur la Place des Festivals, mais les expositions en galerie  sont accessibles jusqu’au 9 août à l a Galerie Carte Blanche(Taku) et à L’Espace culturel Ashukan. Dans le cas de la Guilde Canadienne des métiers d’art, la magnifique exposition durera jusqu’au 19 août 2017.

L’exposition en cours du maître-sculpteur inuvialit (Arctique du nord canadien) Abraham Anghik Ruben et titrée Les esprits se rencontrent : interactions Vikings-inuits est incontournable. Récipiendaire de l’Ordre du Canada en 2016, l’artiste présente 15 sculptures qui puisent leur inspiration dans les mythes et légendes. Les oeuvres sont accompagnées de leur dessin prépararoire. À voir aussi la démarche d’intérêt de l’artiste numérique, intégrant les traditions et les nouvelles technologies, Carmen Hathaway intitulée From Smoke to Cyber Signals.  Quant à  la Galerie Carte Blanche, on peut apprécier sur place une exposition d’artistes inuits émergents et en besoin d’accompagnement.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter l’entretien avec André Dudemaine qui suit.

ZOOM SUR LES ACTIVITÉS DU LIVART, UN JEUNE LIEU DEDIÉ À L’ART :

En vedette au Magazine radio  In situ du 5 juillet 2017, un jeune lieu de diffusion Le Livart en plein cœur du Plateau Mont-Royal et son exposition collective Transformation jusqu’au 14 juillet 2017, particulièrement, la démarche de l’artiste Marc Dupuis. Une entrevue est donc diffusée avec la co-directrice de l’espace Cindy Tessier-Trudeau et l’artiste Marc Dupuis.

Le Livart est un centre d’art contemporain et actuel  multifonctionnel et multidisciplinaire qui propose des activités diversifiées en ces lieux : des expositions,  des échanges, une école d’art pour adultes et enfants, des ateliers, des stages et des studios d’artistes. Le lieu est donc présenté comme un lieu d’échanges, de rencontres et de création.

Le Livart invite donc tous les publics et les regroupements d’artistes à expérimenter cet espace et interagir, dans un souci de démocratiser et de rendre accessible l’art contemporain et actuel.

Le centre d’art s’est établi dans un ancien sanctuaire du Rosaire et de Saint-Jude, rattaché à l’église paroissiale Saint-Jude et  qui était une propriété de l’Ordre des Dominicains. La transformation du lieu ne fait pas l’unanimité, mais a le mérite d’être certainement spectaculaire, comme vous pouvez le constater plus bas.

L’exposition Transformation est inégale, mais les œuvres sélectionnées par In situ valent le déplacement, particulièrement, celle de l’artiste autodidacte Marc Dupuis et ex-musicien qui fait dans la technique mixte,  intègrant à son approche des éléments parfois figuratifs et d’autres  puisés dans le mouvement de l’expressionnisme abstrait.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et écoutez l’entrevue diffusée.

JUSQU’AU 18 JUIN 2017: LE MÉDIUM PERCUTANT À L’HONNEUR!

Le Magazine radio In situ du 14 juin 2017 fait place à deux artistes qui usent de médiums originaux.

En première partie d’émission, l’artiste et commissaire Naimo Dupere  est interviewé au sujet d’une exposition collective étonnante et des plus fantaisistes regroupant 38 artistes dans une section du lieu de diffusion Artgang. Le prétexte pour réunir ces artistes : créer à partir de la fameuse canette de peinture, d’où le titre Spray Can Art. Une présentation du collectif Chrome Mtl en collaboration avec Artgang qui participe activement cette année au Festival MURAL qui se termine ce dimanche 18 juin 2017. Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et écoutez l’entrevue avec Naomi Dupere.

 

En deuxième partie d’émission, entrevue avec  l’artiste et architecte Federico Carbajal au sujet de son exposition Dissecting Thoughts à la Galerie Dominique Bouffard dans l’édifice Belgo jusqu’au 18 juin 2017. Après avoir exploré l’anatomie humaine dans le cadre de sa précédente exposition à la Galerie Dominique Bouffard, voilà que l’artiste nous revient avec plusieurs séries d’oeuvres qui s’intéressent à la psyché humaine et à l’histoire de l’art, à travers le visage  et le buste classique. Son médium de prédilection est le fil d’acier et de cuivre! Pour en savoir plus, voir l’album photos et l’entrevue qui suit.

EXPOSITION À GRAND DÉPLOIEMENT JUSQU’AU 10 JUIN 2017 À LA GALERIE BATTAT CONTEMPORARY

La  Galerie Battat Contemporary a malheureusement annoncé sa fermeture à la fin de l’année 2017, après 10 ans d’activité intense. Elle présentera une exposition collective estivale et en automne en clôture, une exposition de l’artiste de renom et un des piliers de la galerie, madame Marion Wagschal.

Dans l’immédiat, cette  troisième exposition de l’artiste multidisciplinaire de Toronto Beth Stuart à la galerie  jusqu’au 10 juin 2017 et  titrée LE GOLEM, SON AMANT, se distingue des précédentes expositions de par l’ambitieux concept qui transforme complètement la galerie et crée un effet théâtral et immersif, absolument mystérieux, intrigant et exotique. L’artiste fait aussi dans la référence à l’architecture et à des techniques artisanales exploratoires, avec des couleurs terre et chaleureuses. Ce déploiement en galerie s’accompagne d’un ouvrage de fiction conceptuel écrit par l’artiste qui fait un lien, à travers le personnage central, entre des maux physiques, psychologiques, une panne de créativité et les défaillances du capitalisme.  Une vision quelque peu déroutante, mais qui n’atténue en rien le plaisir d’explorer la scénographie singulière crée par l’artiste.

Les œuvres d’ampleur présentées et produites selon la technique traditionnelle du plâtre vénitien, traduisent la condition du personnage en crise existentielle, créant une impression de huis clos, voire de labyrinthe, dans cette installation digne d’un décor des contes mille et une nuits qui fait se rencontrer l’art visuel, l’art appliqué et le métier d’art. Une exposition qui nous permet de découvrir une part de l’univers qui habite et stimule l’artiste présentement.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU!