Archives pour la catégorie Galerie

JUSQU’AU 31 MARS 2020 : UNE ENTREVUE SPÉCIALE AVEC L’ARTISTE INSPIRÉ ALEX COMA, EN PÉRIODE DE PANDÉMIE !

Le Magazine radio In situ du 18 mars 2020 a fait place à une entrevue avec l’artiste émergent Alex Coma, diplômé en art  visuel de l’Université Concordia en 2014 et qui a bénéficié dernièrement d’une  période de haute visibilité durant plusieurs mois.

Après avoir présenté un solo au Livart en 2018 et au lieu de diffusion Ubisoft en automne 2019, après avoir exposé à la Galerie  AVE (Artistes Visuels Émergents), ainsi que dans le cadre de l’exposition collective extérieure ARTCH dédiée à la relève en automne 2019, à la Galerie  Stewart Hall, qui proposait une exposition de groupe Trousse Mystique de janvier à mars 2020, Alex Coma a fait partie récemment, à la mi-mars, d’une exposition spéciale organisée par la Galerie Archive Art Contemporain, interrompue quelques jours plus tard par la crise de la covid 19.

Cette entrevue tombait à point en cette période trouble, car cet artiste inspiré par certaines démarches artistiques spirituelles et ses expériences de résidences, s’intéresse à des dimensions qui nous englobent et qui donnent un sens à la vie humaine. Son intérêt premier étant la transformation de soi par l’art, sujet sur lequel il se penche notamment en étudiant la numérologie et les sciences ésotériques et en se référant à ses propres pratiques qui puisent dans le mysticisme oriental et occidental.

Pour en savoir plus sur cet artiste qui a d’abord exploré  la photographie,  avant de s’orienter en peinture pour créer des paysages spirituels, remplis de symboles et métaphores. Un artiste qui projette de plus de faire l’expérience d’oeuvres  médiums mixtes, privilégiant l’installation, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue avec l’artiste diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

Il est aussi question de l’artiste Alex Coma, dans le cadre de l’article sur l’exposition collective Trousse Mystique, intégrant une entrevue avec la commissaire Anaïs Castro, sur le blog Magazine In situ.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

ENTREVUE AVEC L’ARTISTE ALEX COMA :

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 22 MARS 2020 : L’ART CONTEMPORAIN EN MILIEU URBAIN SOUTERRAIN, QUI SUSCITE UN QUESTIONNEMENT D’ACTUALITÉ !

Le Magazine radio In situ du 11 mars 2020, a fait place à la 12e édition du Festival Art Souterrain qui propose cette année 5 km de circuit souterrain du centre-ville montréalais, 7 lieux de diffusion, 55 artistes locaux et internationaux. On avait organisé 60 activités, dont les dernières ont été annulées, en raison de la crise du coronavirus. Un événement ayant débuté lors de la Nuit Blanche le 29 février 2020 et qui se poursuit jusqu’au 22 mars 2020.

À la direction générale de ce festival dédié à l’art contemporain, Frédéric Loury, qui a invité un quatuor de commissaires d’ici et d’ailleurs : Marie Perreault et Lynn Bannon du Canada, Dulce Pinzon du Mexique et Juliette Bibasse de la France, interviewée par le Magazine radio In situ.

Une édition qui explore la riche thématique du renouveau (RESET). Un titre qui apparaît maintenant prémonitoire, représentatif de la situation actuelle, avec une société forcée de prendre une pause et en attente d’un renouveau, au sortir de la crise.

Une exposition qu’on peut visiter en solo et qui respecte relativement les directives médicales, car les oeuvres sont distancées et disposées sur un long trajet, en plus d’être présentées dans un vaste lieu public ouvert, plutôt que dans un lieu de diffusion clos, ce qui minimise les regroupements.

À apprécier en particulier, la grande salle du Palais des congrès et son aménagement convivial (accès par l’entrée Bleury/St-Antoine ou Bleury/Viger). Parmi les oeuvres incontournables, une sculpture de bois de Arkadi-Lavoie qui s’intègre au mobilier. Il s’agit d’un banc de style artisanal,  crée dans le but de favoriser l’échange, dans une société de plus en plus individualiste.

Tout près de cette salle du Palais des congrès, à voir les quatre oeuvres féériques de Sabrina Ratté, réunies sous le titre Undream et sous forme d’installation multimédia qui nous fait visualiser un futur imaginaire et ondulant, inspiré du design radical de la fin des années 60.

À ne pas manquer, l’installation géante du sculpteur et photographe Daniel Corbeil, qui suscite une réflexion sur les conséquences des perturbations environnementales, causées par l’industrialisation et l’urbanisation intenses. L’artiste nous propose un laboratoire spectaculaire, installé en plein Complexe Guy Favreau.

La chroniqueuse Lena Ghio y va aussi de ses suggestions d’oeuvres d’art numérique(segment qui sera intégré sous peu à l’article).

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec Juliette Bibasse diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

Infos pratiques : artsouterrain.com, (438)385.1955, info@artsouterrain.com

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

ENTREVUE AVEC LA COMMISSAIRE JULIETTE BIBASSE :

JUSQU’AU 29 FÉVRIER 2020 À ART MÛR : UN ARTISTE DE LA DIVERSITÉ CONFRONTANT !

En programmation du Magazine radio In situ du 5 février 2020, une entrevue de Pierre Archambault  de l’équipe In situ, avec Eddy Firmin dit Ano, originaire de La Guadeloupe et en vedette actuellement au premier étage de la Galerie Art Mûr, avec une exposition titrée Carillon décolonial/Une histoire de famille, prévue jusqu’au 22 février 2020 et prolongée jusqu’au 29 février 2020 !

Un artiste visuel profondément inspiré par son ancrage familial, à l’époque de la colonie française esclavagiste des Antilles, devenue par la suite département d’outre-mer français. Descendant d’une bossale, c’est-à-dire d’une esclave née en Afrique et non dans la colonie, cet aspect de son histoire nourrit sa réflexion, dans le cadre de sa quête d’identité et de  son travail d’artiste, d’activiste et de penseur.

L’entrevue nous informe sur les études et la réflexion  de l’artiste, qui s’est intensifiée au stade du doctorat, tout en survolant son parcours accompli en Guadeloupe et au Québec. L’artiste nous présente de plus l’exposition en cours à la Galerie Art Mûr, en commentant les oeuvres sélectionnées par le chroniqueur Pierre Archambault et ex-réalisateur de l’émission Espace Visuel durant plus de 15 ans à Radio Centre-Ville 102,3

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit, incluant des images d’une exposition récente l’été dernier au Quai 5160 à Verdun. Et pour écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, cliquer le lien plus bas

UNE FORTE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

2E PARTIE DU SPÉCIAL NOUVELLES GALERIES EN JANVIER 2020 : VISITE DE L’ESPACE PAOLI !

Dans le cadre d’un spécial nouvelles galeries en janvier 2020 et en  programmation du Magazine radio In situ et de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 15 janvier 2020, une rencontre avec l’artiste galeriste Maria Fernanda Paoli,  qui chérissait depuis longtemps le rêve d’offrir un nouvel espace d’exposition à son entourage artistique d’ici et d’Amérique Latine.

Son rêve s’est enfin réalisé, au moment où elle a trouvé un espace localisé en plein coeur du quartier Plateau Mont-Royal. Un lieu de diffusion spatieux et charmant, nommé Espace Paoli,  qui a l’avantage d’avoir pignon, de même que vitrine sur la réputée rue Rachel.

L’entrevue permet de prendre connaissance des objectifs de galeriste de Paoli qui gère un premier lieu de diffusion, ouvert récemment le 19 décembre dernier. Cette dernière nous présente de plus les artistes qu’elle représente actuellement et les oeuvres de l’exposition inaugurale, dont ses propres tableaux exposés sur un des murs de la galerie.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue intégrale transmise au Magazine radio In situ à Radio Centre-Ville 102,3. Des extraits d’entrevue ont aussi été  diffusées à l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neal Armand.

La galerie est localisée au 807 Rachel est à Montréal.

 

SPÉCIAL NOUVELLES GALERIES AU MAGAZINE RADIO IN SITU EN JANVIER 2020 : PREMIÈRE ENTREVUE AVEC LA GALERIE ROBERTSON-ARÈS !

Dans le cadre d’un spécial sur des nouvelles galeries en début janvier 2020, le Magazine radio In situ fait d’abord place le mercredi 8 janvier à une entrevue avec le duo de fondateurs Emily Robertson et François Arès, à  la direction de la toute nouvelle Galerie d’art contemporain Robertson Arès, qui a pignon sur la rue Sherbrooke, dans le mythique quartier Mille Carré Doré. Des extraits d’entrevue ont aussi été diffusés, dans le cadre d’un autre spécial sur des nouvelles galeries à l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 15 janvier 2020.

L’exposition inaugurale du 20 septembre 2019 a donné un bon aperçu du mandat que s’est donné le duo de galeristes expérimentés et du profil d’artiste recherché, tant à l’échelle locale, nationale qu’internationale.

L’entrevue permet de découvrir l’histoire de cette jeune galerie, l’approche plutôt audacieuse qui a orienté le duo de fondateurs dans leur choix d’artistes et leurs oeuvres,  l’expérience des deux galeristes qui leur a permis de rapidement mettre sur pied ce nouveau joueur dans le milieu arts visuels et leurs projets à venir. Enfin, les deux fondateurs nous commentent quelques-unes des oeuvres de la vingtaine artistes représentés par la galerie et exposées présentement dans cet agréable et spacieux lieu de diffusion.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

JUSQU’AU 5 JANVIER 2020 AU 1700 LA POSTE : UN TRIO D’ARTISTES RENOMMÉS DE LA GRAVURE EXPOSÉS !

Le Magazine radio In situ du 11 décembre 2019 a fait place à une émission spéciale sur l’exposition en cours au 1700 La poste jusqu’au 5 janvier 2020,  titrée Les États Limites et réunissant les artistes Guy Langevin, Tracy Templeton et Ariane Fruit, avec la participation d’un trio de chroniqueur : Pierre Archambault, Sophie Pardo et Chantal L’Heureux.

Une exposition qui nous transporte dans  l’univers et le milieu de la gravure, à travers la vision  et les techniques choisies par ces trois artistes reconnus internationalement. Au coeur de leur pratique respective exposée, la thématique du corps empreinte de poésie, qui  relie  ces trois artistes : le corps mythologique, le corps social et le corps intime.

Ce spécial présente d’abord une entrevue avec Ariane Fruit, suivie d’un compte rendu de Sophie Pardo sur l’artiste  Tracy Templeton,originaire de la Saskatchewan et d’un retour de Pierre Archambault sur l’artiste  pilier au Québec Guy Langevin, l »un des fondateurs de l’Atelier Presse Papier et de la Biennale Internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières. En clôture, un commentaire est transmis sur la publication de qualité qui accompagne l’exposition.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’émission spéciale diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

À noter que cette exposition se terminera ce dimanche par un finissage de 15h à 18h.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

Spécial 1700 La Poste au Magazine radio In situ le 11 décembre 2019 :

 

 

 

JUSQU’AU 6 JANVIER OU JUSQU’EN MARS 2020 À L’ARSENAL : TROIS RÉSIDENCES ARTISTIQUES FRUCTUEUSES, EXPOSÉES À ARSENAL ART CONTEMPORAIN !

En programmation de l’édition  du 27 novembre 2020 du Magazine radio In situ, une triple exposition percutante à L’Arsenal, réunissant trois artistes, ayant réalisé chacun une résidence et trois commissaires.

Il s’agit de Jean-François Bouchard et son exposition In Guns We Trust(commissaire : Douglas Coupland), prolongée jusqu’au 6 janvier 2020, de l’exposition Migrations de Mat Chivers, interviewé par In situ(commissaires : Jean-François Belisle et Anne-Marie St-Jean Aubre du Musée d’Art de Joliette), extensionnée jusqu’en mars 2020 et de l’exposition Kali Yuga de Tasman Richardson (date de prolongation à venir), commissariée par Shauna Jean Doherty et organisée  par le directeur artistique David Liss.

Jean-François Bouchard a fait une plongée dans l’univers d’une communauté marginale qui voue un culte aux armes à feu et propose des images suréelles et de facture cinématographique. Tasman Richardson invite le public à pénétrer dans une installation immersive et multimédia qui suscite un questionnement sur l’impact du paradoxe technologique sur nos vies, jouant  par exemple sur deux front :  l’expérience privée et publique. Mat Chivers propose une démarche multidisciplinaire qui explore les rapports entre le développement humain et la technologie. La pratique de l’artiste se caractérise par un travail en équipe, incluant des spécialistes dans le domaine de la science, la technologie et le milieu universitaire. Cette exposition s’avère être l’aboutissement d’une résidence estivale de l’artiste Mat Chivers à Arsenal Art Contemporain en 2019.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et écoutez plus bas l’entrevue de l’artiste Mat Chivers, ainsi que le compte rendu du chroniqueur Pierre Archambault, de l’équipe In situ.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE  IN SITU !

 

Entrevue avec l’artiste Matt Chivers (traduction simultanée : Robert Locas)

Compte rendu de l’expo de trois artistes de Pierre Archambault  à L’Arsenal :

JUSQU’AU 27 NOVEMBRE 2019 À LA GALERIE WARREN G. FLOWERS : UN TRIO DE FEMMES ARTISTES DE LA DIVERSITÉ EXPOSÉ !

En ouverture d’émission, l’édition du Magazine radio In situ du 20 novembre 2019 a fait place à la diversité, en proposant une entrevue avec la commissaire Cécilia Bracmort,  au sujet d’une exposition titrée Reclaiming my Place réunissant trois femmes artistes : Shana Strauss, Cedar-Eve et Sharon Norwood, qui se démarquent par leur percée internationale. Une exposition en cours à la Galerie Warren G. Flowers du Collège Dawson jusqu’au 27 novembre 2019.

L’entrevue est l’occasion de connaître le parcours, l’approche féministe  et la réflexion de Cécilia Bracmort,  aux origines caribéennes ( Guadeloupe et Martinique) qui imprègnent sa vision  de commissaire et sa sélection d’artistes. Une commissaire avant tout préoccupée par le manque de visibilité suffisante  de la communauté artistique féminine. Par la suite, celle-ci nous présente la pratique de chacune des artistes réunies dans le cadre de cette exposition, qui suscite plusieurs questionnements.

À noter, que Shanna Strauss est d’origine tanzanienne/américaine, alors que Cedar-Eve est une artiste visuelle Anishnaabe(objiwé) et que Sharon Norwood est née en Jamaique et a grandi à Toronto. Shanna Strauss et Cedar-Eve résident et oeuvrent à Montréal.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas, diffusée à Radio Centre-Ville 102,3. Des extraits d’entrevue ont aussi été transmis, dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour, animée par Neil Armand, la même journée, au même poste.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

ÉCHANGE AVEC LA DIRECTRICE DE LA NOUVELLE GALERIE D’ART ARCHIVE CONTEMPORAIN :

Le Magazine radio In situ du 6 novembre 2019  a fait place à une entrevue avec Maela Ohana, directrice de la nouvelle galerie  d’art Archive contemporain, localisée depuis quatre mois dans un coquet espace, en plein coeur de Pointe St-Charles. Un quartier en développement artistique.

Maela Ohana a acquis une expertise et crée un réseau, grâce à son implication dans les magazines Earth Issue et Archives Collective, nom dont elle s’est inspirée pour sa propre galerie, ce qui l’amène à ouvrir les portes de son lieu de diffusion aux artistes dits environnementalistes. Maela Ohana souhaite toutefois, durant sa première année, rester ouverte à la diversité du milieu arts visuels et représenter des artistes émergents, au stade mi-carrière et établis, de façon collaborative.

La galerie a organisé quatre expositions depuis son ouverture, que la directrice a présenté à la radio, dont celle en cours réunissant plusieurs des oeuvres de Beaver Sheppard. Une exposition, dont le finissage aura lieu ce samedi 9 novembre 2019 de 13h à 16h. D’autres activités, tels que des ateliers et des conférences sont proposées dans cet espace artistique et convivial de la rue Centre.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

La galerie est située au 2471 rue Centre, dans le quartier Pointe St-Charles.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

JUSQU’AU 26 OCTOBRE 2019 AU MAI : UN PARCOURS EXPOSÉ MENANT À LA RÉSILIENCE !

En programmation du Magazine radio In situ du 16 octobre 2019, une entrevue avec un duo féminin complice, composée de l’artiste Julie Robinson et de la commissaire Fabienne Parisien, relativement à l’exposition titrée L’Exhumée, en cours au Mai jusqu’au 26 mai 2019

Celles-ci nous invitent à faire une plongée dans l’intimité d’un drame : une rupture d’anévrisme, que Julie Robinson a subie à l’âge de 18 ans et qui a laissé des séquelles. Au coeur de la démarche présentée : le corps affecté et sa mémoire.

Les oeuvres réunies « composent la généalogie d’un drame », selon les propos de la commissaire et tracent le parcours de la résilience, selon l’artiste. Tel un processus archéologique, Julie Robinson a choisi d’exhumer son drame enseveli depuis 20 ans, en déterrant des oeuvres significatives : des peintures, des sculptures, une installation, un tableau vivant et un film projeté, commenté par le duo.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, en cliquant le lien qui suit. L’exposition se terminera par un finissage, qui proposera une performance, accompagnée de théâtre et de danse, ce samedi 26 octobre à 15h.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Julie Robinson et son oeuvre L’Exhumée 23/Pièce finale, huile sur toile, 2017(photo tirée de la page Facebook de l’artiste et prise par Virginie Maltais).