Archives pour la catégorie Galerie

JUSQU’AU 15 JUILLET 2018 : UN SOLO ARTISTIQUE DE CHLAG AMRAOUI AU NOUVEL ATELIER D’ART MÉTÈQUE DÉDIÉ À LA DIVERSITÉ :

En programmation du Magazine radio In situ du 4 juillet 2018, une entrevue spéciale avec Carolina Echeverria, directrice artistique d’un nouvel espace de diffusion dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, dédié à la diversité et nommé L’Atelier d’Art Métèque.  Et par la même occasion,  l’artiste peintre Chlag Amraoui qui présente un solo titré Danse avec la vie  jusqu’au 15 juillet 2018 est interviewé, de même que la commissaire Hanieh Ziaei, qui a écrit un texte significatif pour l’artiste, spécialement pour l’exposition.

Madame Carolina Echeverria présente  le mandat  et l’histoire récente de ce nouveau lieu de diffusion, qui fêtait le 14 juin dernier sa première année d’activités. Il est  souhaité  de réunir en ce lieu les différentes communautés immigrantes autour de leur réalité commune et de favoriser l’échange, notamment à travers l’art.

D’origine berbère et diplômé  en Algérie dans les disciplines de la photographie et des arts visuels, l’artiste Chlag Amraoui nous informe tant sur sa trajectoire d’immigrant, que sur sa pratique artistique très ancrée dans la terre, la pierre, le paysage de son enfance et ses habitants. Son œuvre rend hommage aux paysages, aux visages rencontrés sur sa route et aux femmes qui ont inspiré l’artiste, notamment sa mère.  Son héritage berbère le rend aussi solidaire des mouvements de résistance face à l’oppression.

Chlag Amraoui a à son actif, plusieurs expositions, dont une exposition solo à la Maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville en 2014 intitulée ParadoxÂmes et une participation à une exposition collective ayant eu lieu en 2011 à la mémoire de l’artiste pilier m’hamed issiakhem, à la Maison de la Culture Côte-Des-Neiges. En 2010, il gagne le prix concours pour la réalisation de l’affiche Rallye Expo Vues d’Afrique.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3 plus bas

L’Atelier d’art Métèque est situé au 5442 Côte Saint-Luc à Montréal.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU!

 

 

Publicités

JUSQU’AU 7 JUILLET 2018 : UNE EXPOSITION COLLECTIVE DE PEINTURE ACTUELLE ET UNE NOUVELLE GALERIE À DÉCOUVRIR DANS L’ÉDIFICE BELGO!

En programmation du Magazine radio In situ du 27 juin 2018, une entrevue spéciale avec l’artiste commissaire et consultant Benjamin Klein et avec la directrice de la Galerie Deux Poissons Katherine Bradshaw, à l’occasion de l’exposition collective d’artistes émergents montréalais qui proposent une démarche exploratoire du  médium de la peinture, dans le cadre d’une exposition titrée Laboratoire peinture jusqu’au 7 juillet 2018.

Une occasion d’échanger sur le mandat  de la nouvelle Galerie Deux Poissons, fondée  par Vincent McBride, un homme d’affaire américain passionné par l’art, qui  a décidé d’ouvrir une galerie d’art en terrain neutre à Montréal.  L’entrevue concerne aussi  la troisième exposition et toute première exposition collective présentée par ce nouveau lieu de diffusion qui suscite quelques espoirs, dans le contexte actuel de fermetures de plusieurs galeries dans un passé récent. Cet entretien  inclue quelques réflexions sur la situation de la peinture.

Le commissaire Benjamin Klein nous présente aussi sa démarche et son parcours d’artiste peintre, épris de faune nocturne et insolite, mise en scène dans des paysages fantasmagoriques colorés, qui nous transportent en plein rêve étranges. Benjamin Klein s’apprête à vivre une nouvelle étape artistique, avec un déménagement à New York. Il reviendra régulièrement à Montréal pour exposer et pour continuer à s’impliquer auprès de la Galerie Deux  Poissons à titre de consultant.

Pour en savoir plus, voir l’album photos et vous pouvez  écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3.

 

 

UN ARTISTE GALERISTE, ÉTABLI DANS LE QUARTIER HOCHELAGA-MAISONNEUVE, INVITÉ AU MAGAZINE RADIO IN SITU!

En programmation du Magazine radio In situ du 6 juin 2018, sur les ondes de Radio Centre-ville 102,3, une entrevue avec l’artiste galeriste Marc Gosselin, à la fois inspiré par le patrimoine urbain et par la diffusion des arts visuels toutes tendances.

Marc Gosselin est fasciné par la ville de Montréal, particulièrement par ses bâtiments emblématiques et ses immeubles abandonnés, depuis son adolescence passée en banlieue nord de Montréal. Il apprécie encore se perdre dans la ville et la photographier. Une étape importante de son travail artistique décrit dans l’entrevue et  qu’il finalise avec l’ajout de laine ou ficelle.

Parallèlement à sa pratique artistique, Marc Gosselin a décidé de transformer l’espace attenant à son atelier en galerie.  Il choisit les artistes qu’il expose, sans exiger de frais de location et en leur proposant plutôt une contribution volontaire. Chaque année, il organise plusieurs expositions d’une durée de 10 jours, qui débute chaque fois par un vernissage rassembleur et festif. À la mi-août prochain après la période de fermeture estivale,  il réunira une cinquantaine d’artistes qui auront réalisé une oeuvre sur planche. Une exposition à venir à ne pas manquer !

Autre événement important jusqu’au 2 juillet 2018 : l’exposition de Marc Gosselin dans  la nouvelle galerie du Quartier Latin  nommée la Galerie 175b, située au sous-sol vitré d’un café, qui permet d’avoir une vue en plongée des oeuvres exposées. Cette magnifique galerie est située au175 rue Ontario est, Montréal.

L’Atelier-galerie Marc Gosselin dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, est localisé au 3880 St Catherine est, Montréal.

Pour en savoir plus : voir l’album photos et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

JUSQU’AU 24 JUIN 2018 AU 1700 LA POSTE : UNE EXPOSITION INTROSPECTIVE À GRAND DÉPLOIEMENT!

À titre de Directrice du lieu de diffusion le 1700 La Poste  et commissaire, Madame Isabelle De Mévius est invitée à présenter au Magazine radio In situ du 13 juin 2018, l’exposition en cours de l’artiste néerlandaise Elly Strik qui présente une série d’oeuvres, réunies sous le titre To All The Long Gone Darlings, And To You au 1700 La Poste jusqu’au 24 juin 2018.

Le 1700 La Poste poursuit sa tradition de nous faire découvrir des artistes européens méconnus au Québec, particulièrement les corpus d’oeuvres sur papier. Actuellement la galerie présente une exposition à grand déploiement  en différentes sections et une artiste hollandaise aux larges horizons, habitée de plusieurs sources d’inspiration, dont certains hommes et artistes maîtres anciens qui l’ont marquée, notamment Darwin et surtout Sigmund Freud. À cette source d’inspiration importante, s’ajoute le retour aux origines, l’univers féminin imprégné de mystère et la relation dynamique au cosmique.

Elly Strik a opté pour le support papier et son matériau de prédilection est le graphite. Elle use aussi de la laque, de la craie, de l’huile, du crayon couleur et complète son parcours d’oeuvres avec une scénographie et des installations significatives et évocatrices.

Née en 1961, Elly Strik réside et oeuvre comme artiste à  Bruxelles, en plus d’enseigner à l’Académie Royal des Beaux-Arts de La Haye. Elle a participé à plusieurs grands événements, dont la Biennale de Lyon en 2011 et une exposition de huit pièces au Musée Reine Sofia à Madrid en 2014.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas, diffusée à Radio Centre-ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU!

 

JUSQU’AU 23 JUIN 2018 À LA GALERIE BERNARD : DES OEUVRES QUI EXPLORENT UN UNIVERS INDICIBLE!

En programmation du Magazine radio In situ du 20 juin 2018, une entrevue avec Suzanne Lafrance qui expose en duo avec Yannick De Serre, deux artistes qui présentent des oeuvres sur papier et réunis dans le cadre d’une exposition titrée Tracer le bois à la Galerie Bernard jusqu’au 23 juin 2018. Yannick De Serre est représenté par la Galerie Bernard.

Après un temps d’arrêt, Suzanne Lafrance fait un retour en force en galerie, à titre d’artiste invitée, avec ses enfants énigmatiques au visage effrayé et sans mots. L’entretien avec cette artiste nous permet de faire une plongée dans l’univers de cette artiste, qui demeure fascinée par la pensée, soumise aux aléas des événements le plus souvent salutaires et par les stades de la pensée. Une inspiration qui découle de ses études marquantes en philosophie et en anthropologie.

À voir en galerie des dessins au fusain et collages sur papier, ainsi que trois séries de dessins représentant la pensée au passé, présent et futur, à travers la figure de l’enfant. L’illusion du bois chez  Suzanne Lafrance, devient métaphore du corps vivant, à la fois vulnérable et résilient, telle une chair-écorce.

Pour en savoir plus, voir l’album qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

UNE QUATRIÈME ÉDITION DE LA BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN AUTOCHTONE CONVERGEANT VERS LA SOLIDARITÉ FÉMININE!

Le Magazine radio In situ du 6 juin 2018 fait place à la quatrième édition de la Biennale d’Art Contemporain Autochtone qui, d’édition en édition, prend de plus en plus d’envergure et élargit son réseau de partenaires, au nombre de sept cette année.

Au programme de l’émission, une entrevue spéciale avec Rhéal Olivier Lanthier, à la direction de la Galerie Art Mûr et de la quatrième Biennale d’Art Autochtone déployée cette année, dans plusieurs lieux de diffusion, dont quatre situés à Montréal(Art Mûr, La Guilde, Galerie Stewart Hall et Musée McCord).

Avec en toile de fond, les commissions amérindiennes sur la situation de la femme, telle que la Commission d’enquête sur les femmes autochtones au fonctionnement difficile, cet événement artistique s’avère d’autant plus significatif et devient l’occasion d’exprimer  une solidarité toute féminine dans la diversité des communautés, voire dans l’adversité, à travers la thématique de la sororité.

Cette thématique suscite en fait une réflexion sur le lien, la collaboration et la rencontre, particulièrement dans le travail artistique. La priorité des commissaires est de créer un espace artistique qui permet de prendre connaissance des voix, des intérêts et des communautés et ainsi, d’aller au-delà de l’opinion, encore trop répandue sur les femmes autochtones, qui sont  perçues comme victimes, traumatisées et marginalisées.

L’entrevue avec Rhéal Lanthier concerne l’histoire de la BACA, l’exposition en cours dans le cadre de la 4e BACA et les développements entrepris par la Galerie Art Mûr à Berlin. Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3 plus bas.

La 4e Biennale Internationale d’Art Contemporain de Montréal est /était en cours dans les lieux suivants:

-Du 3 mai au 22 juillet 2018 à La Guilde

-Du 4 mai au 16 juin 2018 à Art Mûr

-Du 5 mai au 22 juin 2018 à la Galerie Stewart Hall(finissage le 21 juin prochain, journée amérindienne).

-Du 5 mai au 9 septembre 2018 au Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke

-Les 9 mai(projection vidéo) et 19 mai(table ronde) au Musée McCord

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

UN CROISEMENT DES ARTS VISUELS ET DES DISCIPLINES DU YOGA ET DE LA MÉDITATION PROPOSÉ AU NOUVEAU STUDIO VOLVER !

À la découverte d’un nouveau et charmant lieu de diffusion L’Espace Volver dans le quartier Westmount, de même que l’exposition inaugurale titrée Racines de Zoé Boivin, en cours jusqu’au 11 juin 2018. Une galerie qui propose de faire l’expérience d’un croisement entre les arts visuels et les disciplines du yoga et de la méditation.

Dans le cadre du Magazine radio In situ du 30 mai 2018, une entrevue est diffusée avec la galeriste Sarah Rose, nièce du peintre André Pitre, fort sensibilisée et inspirée par l’univers des arts visuels, de même qu’avec l’artiste Zoé Boivin qui présente une série d’oeuvres aux couleurs d’une nouvelle floraison dans une terre en pleine transformation, à l’image du cheminement de l’artiste et des cycles de la vie.

Ces oeuvres de techniques mixtes de l’artiste Zoé Boivin, très investies et significatives, suscitent l’émotion et s’harmonisent tout à fait avec cette galerie axée sur l’épanouissement personnel. L’artiste autodidacte, oeuvrant à Montréal, se décrit comme étant une peintre expressionniste abstraite.  Ses tableaux sont des mises en scènes de créatures, êtres et idées habitant l’imaginaire de l’artiste inspiré par son enfance.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue avec l’artiste et la galeriste.

La galerie, le studio de yoga et le centre de méditation réunis sous le nom de Studio Volver sont situés au 359 Avenue Victoria, suite 4. L’EXPOSITION EST EN COURS JUSQU’AU 11 JUIN 2018.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

JUSQU’AU 27 MAI 2018 À LA GALERIE 1040 : ZOOM SUR LA PASSION DE LA SCULPTURE SUR PIERRE!

La Galerie 1040 est l’hôte d’une exposition fort inspirée  du Collectif Skulpt 303 et nommée La terre promise, titre faisant référence à la terre promise. Un regroupement d’artistes épris de matière brute, celle de la pierre et de tout le processus de sa transformation en oeuvre d’art.  L’exposition précédente du collectif Skulpt  303 fut aussi l’occasion d’apprécier leurs oeuvres sous l’éclairage étudié et  théâtral installé à la Maison de la Culture Rosemont-La Petite Patrie.

Une entrevue avec deux représentants du collectif Skulpt 303, soit Doris Bouffard et Serge Le Guerrier, est diffusée dans le cadre du Magazine radio In situ du 23 mai 2018. Cette entrevue nous informe du mandat et des activités du collectif, du rapport à la pierre des sculpteurs, du parcours artistique respectif des deux artistes invités, et de l’exposition en cours à la Galerie (locative) 1040 jusqu’au 27 mai 2018 et située au 1040 Marie-Anne.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville plus bas.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

 

 

JUSQU’AU 26 MAI 2018 À LA GALERIE STATION 16 : JAUNE QUI PEUT FACE À LA RÉVOLTE DES COLS BLEUS !

En programmation du Magazine radio In situ du 9 mai 2018 et à quelques semaines du sommet du G7 dans Charlevoix, une entrevue  spéciale avec l’artiste urbain Jaune de Bruxelles, en Belgique et ex-balayeur de rue, de passage à Montréal, à l’occasion de son exposition à la Galerie Station 16, titrée Jaune/Le festival des cônes oranges jusqu’au 26 mai 2018, laquelle exposition laisse entrevoir l’envers de l’objectif d’ordre social et de propreté visé par toute société et la frayeur de toute société, soit l’avènement du chaos!

Cette mise en scène quelque peu explosive et déroutante, imaginée par l’artiste à l’humour noir débordant, avec des cols bleus comme protagonistes et une multitude de cônes oranges, nous procure le grand plaisir de nous projeter dans une pseudo révolution future face à l’ordre actuel solidement établi et l’omniprésence des cônes oranges. Une exposition festive et ludique aux couleurs vivifiantes et qui fait une bonne place à la technique de prédilection de l’artiste, qu’est le pochoir!

Le oeuvres de l’artiste en galerie sont des théâtres de marionnettes aux ficelles tirées par Jaune, qui prend un malin plaisir à introduire du chaos dans ses mises en scène. Il ne se dit pourtant pas activiste, mais se plaît à créer l’effet du chien dans un jeu de quille bien ordonné. De quoi réjouir les militants! L’artiste occupe toute la galerie avec des oeuvres et une installation centrale!

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit (crédit : Yann Meurot) et vous pouvez écouter l’entrevue  avec l’artiste diffusée à Radio Centre-ville 102,3 qui suit, en cliquant le lien plus bas.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU!!!!

La galerie Station 16 est située au 3523 St Laurent, Montréal.

 

 

JUSQU’AU 27 MAI 2018 : LA CULTURE ET L’HISTOIRE ASIATIQUE À L’HONNEUR DURANT LE MOIS DE MAI !

En programmation de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 9 mai 2018, la 23e édition du festival multidisciplinaire Accès Asie qui bat son plein dans plusieurs lieux de diffusion à Montréal jusqu’au 27 mai 2018. Un festival dirigé par l’artiste flamboyant Khosro Berahmandi et qui réunit des artistes locaux et internationaux qui ont en commun de diffuser la culture et de l’histoire asiatique.

Une entrevue menée en duo par l’animateur Neil Armand et la chroniqueuse Chantal L’Heureux avec Milton Tanaka, secrétaire de l’événement et la commissaire Hanieh Ziaei de l’exposition Noeud,  proposée dans le cadre du festival  et en cours à la Galerie Mekic jusqu’au 27 mai 2018. L’entrevue est l’occasion de parler du mandat du festival, du volet arts visuels de l’événement (deux performances au Mai et à Oboro et une exposition à la Galerie Mekic) et de faire des suggestions d’événements dans le cadre du festival.

L’exposition Noeud explore notre rapport ambivalent aux liens qui peuvent être à la fois sources de vie, de ralliement, mais aussi de contraintes, voire d’aliénation et d’étouffement. L’artiste Parisa Rajabian propose une réflexion sur le sujet du nouement et du dénouement, à travers la peinture et l’utilisation de radiographies, ainsi qu’à travers une installation murale et un art vidéo d’impact  qui intègrent le fil, symbolisant à la fois le corps physique et social porteurs de noeuds. Cette démarche qui puise dans l’imaginaire et le monde réel témoigne des préoccupations identitaires certaines de l’artiste d’origine iranienne.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue plus bas diffusée à Radio Centre-ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN  SITU!