Archives pour la catégorie films arts visuels

2E PARTIE D’UN SPÉCIAL FRIDA KHALO AU MAGAZINE RADIO IN SITU : UN NOUVEAU FILM D’ART À L’AFFICHE, QUI S’INSCRIT DANS LE MOUVEMENT FÉMINISTE ACTUEL!

En programmation du Magazine radio In situ du 22 janvier 2020 et à l’occasion d’un spécial Frida Khalo, incluant deux sujets : un retour en équipe sur le nouveau film d’art titré FRIDA/Viva La Vida, présenté par Cineplex Events et à l’affiche dans deux cinémas à Montréal,  au Quartier Latin et au Quartier Cavendish.

Un film d’art du cinéaste Giovanni Troilo qui présente les étapes importantes de la vie de l’artiste, à travers des entrevues avec des spécialistes, des extraits de lettres, journaux, confessions et des commentaires sur des oeuvres phares. À ceci, s’ajoute  la participation de l’intense vedette italienne Asia Argenton (actrice, réalisatrice, scénariste, mannequin, DJ), ainsi que deux jeunes femmes, représentatives de la dualité de Frida Khalo.

Le film est d’ailleurs axé sur cette dualité qui caractérise Frida Khalo  :  la révolutionnaire en elle, artiste pionnière, libre et féministe, devant composer avec la victime, vulnérable et aux prises avec des souffrances physiques, qu’elle doit subir depuis un grave accident subi à 18 ans.  Frida commencera à peindre sa réalité de femme durant sa longue convalescence. Cet angle en fait un film, qui se greffe au mouvement féministe actuel.

Rappelons que Frida Khalo est réputée pour son style naif s’inspirant de la peinture ex-voto et pour sa série d’auto-portraits visant à réinventer le moi. Elle était de plus l’épouse de l’artiste vedette en son temps Diego Rivera.  Elle a réalisé 150 toiles qui intègre un éventail de symboles visuels et différentes influences, autant du Mexique traditionnel, de d’autres cultures, que des courants artistiques outre-mer qui l’ont influencée. Elle était de plus admirée par les surréalistes.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter le panel sur le film, avec le participation de Pierre Archambault et Robert Locas, diffusé à Radio Centre-Ville 102,3.

Prochaines représentations du film :

-Dimanche 26 janvier à 18h55 au Quartier Latin et 19h au Quartier Cavendish

-Mardi 28 janvier 12h55 au Quartier Latin.

UN FILM RECOMMANDÉ PAR IN SITU !

 

 

Frida Kahlo
âgée de 25 ans *gelatin silver print
*Oct. 16 / 1932

 

 

 

 

 

 

À L’AFFICHE À PARTIR DU 29 NOVEMBRE 2019 : UN FILM INTIMISTE SUR LE LÉGENDAIRE ARMAND VAILLANCOURT !

En programmation du Magazine radio In situ du 13 novembre 2019, un retour sur le film du cinéaste québécois John Blouin, relativement à l’artiste de renom Armand Vaillancourt et  titré Vaillancourt : Regarde comme c’est beau.

Présenté d’abord en première mondiale dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma, ce film sera enfin projeté en salle à Montréal, aux Cinémas Beaubien, Du Musée et Moderne,  à partir du 29 novembre 2019.  Sculpteur, peintre, performeur, animateur fort apprécié par le grand public et artiste rassembleur, qui a été de plusieurs époques marquantes du Québec, aussi Chevalier de l’Ordre national du Québec et lauréat du prix Paul-Émile-Borduas,  Armand Vaillancourt demeure une figure de proue sur la scène arts visuels, au franc parler et au discours militant.

Le cinéaste a fait le choix de faire un retour aux sources avec cet artiste vedette flamboyant, en pleine campagne où l’artiste a grandi et qui a l’effet de ressourcer l’homme. Un film intimiste et détonnant, qui a nécessité sept ans de préparation.

Vous pouvez écouter plus bas le retour, qui transmet des avis partagés sur ce film, dans le cadre du Magazine radio In situ, diffusé à Radio Centre-Ville 102,3. Et ne manquez pas une projection spéciale du film, en présence du cinéaste et de l’artiste ce samedi 30 novembre 2019 à 19h au Cinéma Beaubien.

Photo récente prise par In situ, lors du dévoilement des oeuvres de l’artiste Armand Vaillancourt, à l’occasion de l’inauguration des places Michel Brault et Pierre Falardeau (angle Molson et Masson dans le quartier Rosemont) le 15 octobre 2019.
Photo récente prise par le Journal Métro.

Retour sur ce film au Magazine radio In situ,  avec la participation de Robert Locas, Guy Boutin et l’animatrice Chantal L’Heureux.

FILM D’ART RECOMMANDÉ PAR DEUX DUOS DE CHRONIQUEURS : L’INCROYABLE HISTOIRE DU FACTEUR CHEVAL !

 

 

 

 

 

 

En programmation des émissions Montréal Pluriel Le Retour animée par Neal Armand du 3 juillet 2019 et du Magazine radio In situ du 10 juillet 2019, un retour par deux duos de chroniqueurs sur le film d’art L’incroyable histoire du facteur Cheval du cinéaste Nils Tavernier et qui concerne un fait vécu, celui d’un dénommé Joseph-Ferdinand Cheval qui a vécu de 1836 à 1924.

Facteur de métier, il s’est consacré toute sa vie et avec une détermination inébranlable à une seule oeuvre, celle de construire sans plans, durant 33 ans et en pierre des champs, un palais monumental et hors norme à Hauterives en France, pour sa fille adorée. Un palais idéal aux yeux de cet artiste, considéré comme un maître de l’art brut, inspiré par son expérience de la nature et une collection de cartes postales d’architecture hindoue et égyptienne.

Pour en savoir plus, écoutez les deux retours ci-bas des duos (Robert Locas /Chantal L’Heureux  et  Pierre Archambault/Chantal L’Heureux) diffusé à Radio Centre-Ville 102,3

UNE FORTE RECOMMANDATION  DE FILM D’ART À VOIR, ENCORE À L’AFFICHE AUX CINÉMAS BEAUBIEN, QUARTIER LATIN ET GUZZO PONT-VIAU LAVAL !

 

 

 

 

 

UN FILM ORIGINAL POUR CLORE LA SAISON DES FILMS D’ART CINEPLEX : VAN GOGH & JAPAN !

MAGAZINES RADIO IN SITU DU 12 ET 19 JUIN 2019 :

Un quatuor de chroniqueurs du Magazine radio In situ a vu le dernier film de la saison CINEPLEX titré Van Gogh & Japan du réalisateur David Bickerstaff, qui concerne la relation du peintre  réputé à un pays qu’il n’a jamais visité,  qu’il a imaginé et rêvé,  à partir de cartes postales ou d’oeuvres. Un documentaire basé sur une exposition spéciale qui a eu lieu au Musée Van Gogh d’Amsterdam titrée Van Gogh et le Japon.

Van Gogh a inspiré bien des cinéastes ces dernières années. Ce nouveau film a le mérite d’explorer un aspect très particulier de l’oeuvre de Van Gogh : sa passion du Japon, allant jusqu’à écrire à son frère Théo qu’il enviait cette société. Van Gogh a succombé, comme d’autres artistes (Monet, Degas) au japonisme en vogue à l’époque, mais cette inspiration a atteint un tel niveau, que la société japonaise se reconnaît  dans l’oeuvre de Van Gogh, qui interpelle encore maintenant différentes générations. Le cinéaste se rend d’ailleurs au Japon pour interviewer des personnes clés, telles que la calligraphe Tomoko Kawao et l’artiste expérimental Tatsumi Orimoto.

En plus des peintures de Van Gogh présentées, qui puisent dans la tradition japonaise, ce documentaire nous informe sur l’évolution de la société japonaise et son ouverture tardive au monde occidental.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter les commentaires des quatre participants à cette chronique spéciale en deux temps (Robert Locas, Chantal L’Heureux, Pierre Archambault et Sophie Pardo), diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.  Informez-vous des moments de projection aux cinémas Quartier Latin et Cavendish, à des heures irrégulières, en consultant la liste d’événements arts visuels In situ !

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

 

 

 

 

 

 

PORTRAIT D’UN ARTISTE PASSIONNÉ, CELUI DE KOKOSCHKA, AU CINÉMA DU MUSÉE !

Dans le cadre du Magazine radio In situ du 22 mai 2019, le chroniqueur Pierre Archambault nous recommande fortement le documentaire biographique  Kokoschka/Oeuvre-Vie réalisé par le cinéaste suisse Michel Rodde.

Un film vu dans le cadre du Festival International du Film sur l’Art 2019 et qui a repris l’affiche au Cinéma du Musée.  Un portrait fascinant du peintre, auteur, voyageur et libre-penseur qu’a été Oskar Kokoschka(1886-1980), de sa vie mouvementée et de son époque.

En plus d’être une célébration de la vie, l’oeuvre de Kokoschka  est représentative de la résilience et de la réflexion de ce peintre engagé et penseur, au destin semé  d’épreuves.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas le compte rendu de PIerre Archambault diffusé à Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 29 MAI 2019 : UN FILM D’ART QUI REND HOMMAGE À REMBRANDT PRÉSENTÉ PAR CINEPLEX EVENTS !

En programmation de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 1e mai 2019, avec la participation d’un trio de chroniqueurs(Pierre Archambault, Robert Locas et Chantal L’Heureux) et dans le cadre du Magazine radio In situ du 15 mai 2019, avec la participation, cette fois, d’un duo de chroniqueurs(Robert Locas et Chantal L’Heureux), un retour est transmis à Radio Centre-Ville 102,3, relativement au film d’art, actuellement à l’affiche, consacré au grand maître flamand de la peinture REMBRANDT.

Une présentation de  Cineplex Events dans deux cinémas à Montréal: Cineplex Odeon Quartier Latin et Cavendish et un film réalisé à l’occasion d’une exposition sur les oeuvres de fin de vie organisée par la Galerie Nationale de Londres et le Rijksmuseum Amsterdam. Le retour retrace le parcours de cet artiste prolifique, avide d’exploration picturale, qui a connu la gloire et la pauvreté de son vivant.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter le compte rendu plus bas diffusé le 15 mai 2019, mais malheureusement, le retour du 1e mai n’a pu être enregistré, en raison d’une panne d’électricité survenue dans le secteur de Radio Centre-Ville.

 

 

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU ! ET PROCHAINES REPRÉSENTATIONS LE LUNDI 29 MAI 16H30 ET LE MERCREDI 29 MAI(HEURES : 16H10 ET 16H30) !

 

Le syndic de la guilde des drapiers, Rembrandt (1662). // Source : Wikimedia/Domaine public (photo recadrée). Oeuvre commentée à plusieurs reprises dans le film.

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME DOUBLE DE FILMS RELATIFS AUX ARTS VISUELS RECOMMANDÉ, À L’AFFICHE AU CINÉMA DU PARC !

En programmation du Magazine radio In situ du 20 mars 2019 et de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 3 avril 2019,  une chronique cinéma, recommandant un programme double de films relatifs au x arts visuels, présentement à l’affiche au Cinéma du Parc.

Il s’agit du film fleuve titré Never Look Away du cinéaste allemand vedette Florian  Henckel Van Donnersmack sur la vie et l’oeuvre de l’artiste réputé Gerard Ritcher et du film d’animation et d’action  intitulé Ruben Brandt Collector du réalisateur slovène d’origine hongroise Milorad Krstic, inspiré de l’histoire  de l’art.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter la chronique diffusée dans le cadre du Magazine radio In situ qui suit, sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3 et à laquelle Pierre Archambault et Chantal L’Heureux ont participé.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

 

 

 

 

 

SPÉCIAL FIFA (JUSQU’AU 31 MARS 2019) EN PROGRAMMATION DE DEUX ÉMISSIONS À RADIO CENTRE-VILLE !

Radio Centre-Ville 102,3 a diffusé un spécial dédié à la 37e édition du FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR L’ART,  qui en est à sa deuxième semaine, dans le cadre des deux émissions Magazine radio In situ et Montréal Pluriel Le Retour du mercredi 27 mars 2019.

Un festival qui fait une bonne place aux arts visuels, aux côtés de bien d’autres disciplines. Le FIFA réunit cette année 200 films en provenance de 40 pays. Durant la première semaine, l’événement proposait de plus des événements spéciaux, ainsi qu’un volet expérimental, interactif et virtuel.

Le spécial proposait une entrevue de Pierre Archambault avec madame Jacynthe Brisebois, à la direction de la programmation du festival et qui a longtemps oeuvré à la chaîne ARTV. Par la suite, un trio de chroniqueurs a fait des recommandations de films vus (Pierre Archambault, Robert Locas et Chantal L’Heureux au Magazine radio In situ  et Pierre Archambautl, Sophie Pardo et Chantal L’Heureux pour l’émission Montréal Pluriel Le Retour).  Vous pouvez écouter plus bas l’entrevue réalisée et les commentaires sur les films sélectionnées en arts visuels pour l’émission Magazine radio In situ et dans différentes disciplines pour l’émission Montréal Pluriel Le Retour).

LA SÉLECTION DE FILMS ARTS VISUELS DE SOPHIE PARDO :

-L’Art de la chasse : Chantal Harvey du réalisateur Bruno Bouliane    Jean-Pierre Larocque : Le fusain et l’argile de Bruno Bouliane (films présentés à nouveau en programme double samedi 30 mars 18h à 20h)

-Guy Ferrer, de la matière à l’esprit des cinéastes Christophe Soupirot et Régine de Lapize(film de 12 min. à nouveau présenté vendredi 29 mars 18h).

-John Heward : Words and silence de l’artiste et réalisateur Mario Côté.

-Miro, dans les couleurs de ses rêves de Jean-Michel Meurice(à voir samedi 30 mars 10h)

LA SÉLECTION DE FILMS ARTS VISUELS DE ROBERT LOCAS :

-Art in the twenty-first century : Johannesburg de Ian Foster(projeté à nouveau samedi 30 mars 20h30)

-Living for Art de Sookoon Ang

-Degas : Passion for Perfection de David Bickerstaff

LA SÉLECTION DE FILMS ARTS VISUELS DE CHANTAL L’HEUREUX :

-Fondations du cinéaste Olivier D. Asselin

-Les guerre de Coco Chanel de Jean Lauritano (à nouveau à l’affiche samedi 30 mars 10h)

-Vasarely/L’illusion pour tous de Catherine Benazeth

-Miro, dans les couleurs de ses rêves de Jean-Michel Meurice(à voir samedi 30 mars 10h)

-Escher : Journey into Infinity : Narrated by Stephen Fry du cinéaste Robin Lutz

 

 

 

 

LA SÉLECTION DE FILMS ARTS VISUELS DE PIERRE ARCHAMBAULT :

-Shiro Tackatani/Entre nature et technologie de Giulio Boato (à nouveau à l’affiche vendredi 29 mars 20h30)

-Creations From the Obscure de Tomoya Ise(en programmation dimanche 31 mars  18h)

-Le Messager de Guilhem Rondot

-Mario Botta/The Space beyond (film architecture projeté à nouveau dimanche 31 mars 20h30)

-Vasarely/L’illusion pour tous de Catherine Benazeth

-Hitler vs Picasso and the others de Claudio Poli (projeté à nouveau vendredi 29 mars 12h30)

-Miro, dans les couleurs de ses rêves de Jean-Michel Meurice(à voir samedi 30 mars 10h)

-Escher : Journey into Infinity : Narrated by Stephen Fry du cinéaste Robin Lutz

-Carte blanche à Pascale Reynaud du Musée du Louvre(programme double) :

Être là de Joele Van Effenterre et Le Collectioneur de Thomas Lévy-Lasne

-Zapata Songs In Stone de Diego Garcia-Moreno

-Cy Dear de Andrea Bettinetti

 

 

 

 

 

 

 

Entretien de Pierre Archambault avec madame Jacynthe Brisebois à la direction de la programmation :

 

Retour sur les films vus dans le cadre du FIFA (Magazine radio In situ) :

 

Retour sur les films vus dans le cadre du FIFA (Montréal Pluriel Le Retour) :

ZOOM SUR LA JEUNESSE D’UN INSATIABLE ARTISTE ! UN FILM D’ART CAPTIVANT RECOMMANDÉ : YOUNG PICASSO !

Né à Malaga, Espagne, le 25 octobre 1881, Pablo Ruiz, dit Picasso (suivant le patronyme italien de sa mère) a eu tôt fait dans sa vie de démontrer des talents artistiques hors du commun. C’est d’ailleurs sur cette période, sur les années formatives, que focalise le film Young Picasso. Il faut dire que l’artiste catalan a eu la chance, dès son plus jeune âge, de bénéficier des conseils avisés d’un père professeur d’art qui l’a encouragé à développer ses dons, allant même jusqu’à lui payer des modèles. Esprit rebelle, Picasso n’en a pas moins été formé dans la plus pure tradition académique. Dès l’âge de 13 ans il est comparé à Giotto et Raphaël : de son propre aveu, il peignait, enfant, comme Vélasquez avant de se mettre, adulte, à peindre comme un enfant, faisant ainsi exploser les limites de l’art pictural.

Établi à Paris en 1904, il continuera d’affirmer son talent, comme en témoignent les œuvres hautement maîtrisées de ses périodes bleue et rose, suite auxquelles il commencera à connaître le succès. Picasso aura vécu une vie artistique des plus prolifiques: à l’aube de son trentième anniversaire, il aurait déjà créé quelque 8 000 oeuvres. Quant au bilan artistique de l’ensemble de son existence, il s’établirait à quelque 50 000 œuvres, dont 1 885 tableaux, 1 228 sculptures, 2 880 céramiques, 7 089 dessins, 342 tapisseries, 150 carnets de croquis et 30 000 estampes (gravures, lithographies, etc.).

Le documentaire de Phil Grabsky fait grand cas de l’année 1907, celle-ci devant marquer un tournant dans la vie de Picasso, certes, mais aussi et surtout dans la redéfinition de l’art pictural. C’est cette année-là que Picasso aurait en effet fait découvrir à certaines personnes triées sur le volet la toile connue sous le nom des Demoiselles d’Avignon. Construction dépouillée en partie géométrique, influence de l’art primitif, des masques africains… Ébauche du cubisme, le style esquissé devait choquer même l’intelligentsia parisienne… Il faudra attendre près de 10 ans avant que l’oeuvre ne soit véritablement acceptée. La toile se retrouvera finalement dans la collection du Museum of Modern Art (MOMA) de New York.

texte : Robert Locas

Un film recommandé, projeté actuellement aux Cinémas Cineplex Odéon Quartier Latin et Cavendish à des heures variables et deux à trois fois par semaine. Les représentations sont inscrites sur la liste d’événements arts visuels In situ. Une présentation de Cineplex Events.

Et pour en savoir plus sur l’appréciation du film par le trio de chroniqueurs qui a vu le film(Pierre Archambault, Robert Locas et Chantal L’Heureux), retour transmis au Magazine radio In situ du 6 mars 2019, vous pouvez écouter plus bas le compte rendu diffusé à Radio Centre-Ville 102,3.

À L’AFFICHE AU CINÉMA BEAUBIEN : UN FILM SUR VAN GOGH RÉALISÉ PAR UN PEINTRE RÉPUTÉ !

 

 

 

 

 

 

 

En programmation de l’émission Montréal Pluriel Le Retour du 12 décembre 2018, un commentaire sur le film titré À la porte de l’éternité, toujours à l’affiche au Cinéma Beaubien et auparavant, aussi projeté au Quartier Latin.

Un autre film sur le célèbre peintre Vincent Van Gogh, dont  le parcours artistique a décidément la cote actuellement, tant auprès du public, que des cinéastes.  Mais cette fois, le film est réalisé par Julian Schnabel, à  la fois cinéaste et peintre réputé, ce qui l’amène à s’intéresser de près à l’expérience artistique . Ce dernier ayant réalisé un film marquant, qui est passé à l’histoire : Le Scaphandre et le Papillon.

Un film introspectif qui fait le choix de se concentrer sur le vécu émotif et tourmenté des deux dernières années de vie de Van Gogh à Arles dans le sud de la France et qui fait une plongée profonde dans le processus créatif de l’artiste.

On se rapproche du peintre, au point de faire fusion avec lui, en le suivant dans ses randonnées à la recherche d’une nature inspirante et lors de ses moments de communion, voire d’exaltation , devant la beauté des paysages. Le peintre transmet de plus des réflexions sur sa peinture et ses techniques, à travers notamment des échanges intenses avec son ami peintre Paul Gauguin,  choisissant de peindre  un portrait attentivement, rapidement et d’un seul trait, selon ses confidences.

Oeuvre titrée À la porte de l’éternité de Vincent Van Gogh, d’où le titre du film.

On accompagne aussi le peintre maudit , dans les aléas de son humeur instable,  dans ses crises d’angoisse et ses périodes d’internement, dans sa relation au divin omniprésente depuis son enfance, dans une famille très pieuse de l’ancienne bourgeoisie,  dirigée par un père pasteur.

La prestation intense de l’acteur Willem Dafoe, primée à Venise vaut à elle seule le déplacement. Sa ressemblance avec le peintre  Van Gogh est étonnante. D’autre part, l’emploi abondant  de la technique de la caméra à l’épaule, afin de suggérer le vécu émotif de l’artiste  peut irriter par moments et nécessite de maintenir toute notre attention.  La forte charge émotive déployée par le personnage central, alourdit le climat du film, mais les scènes de nature offre une pause agréable et vivifiante.

UN FILM RECOMMANDÉ PAR IN SITU, AVEC CERTAINES RÉSERVES !