Archives pour la catégorie Sculpture

UNE EXPOSITION RÉTROSPECTIVE CONSACRÉE À PINK FLOYD : UN GROUPE MULTIDISCIPLINAIRE !

La première partie du Magazine radio In situ du 12 novembre 2022, a fait place à l’exposition d’envergure Pink Floyd L’exposition/Their mortal Remains. Un groupe britannique mythique, des plus créatifs et influents, associé à ses débuts, dans les années 60, au psychédélisme et au rock progressif.

Mentionnons qu’au départ, Nick Mason, Roger Waters et Richard Wright se sont rencontrés à Londres, alors qu’ils étaient étudiants en art et en architecture, ce qui les a amené à collaborer ultérieurement avec des architectes, concepteurs, artistes, ingénieurs pour créer des environnements favorisant l’écoute de leur musique et de leurs textes critiques.

L’exposition au parcours chronologique, qui retrace les 40 ans de carrière du groupe, inclut une collection de plus de 350 artefacts, instruments et éléments scéniques, ainsi qu’un volet arts visuels consistant, telles que des photographies, des oeuvres d’art originales, des illustrations, des affiches, pochettes de disque, représentatifs de leurs projets conceptuels de la fin des années 70, de leurs sources d’inspiration et des légendaires spectacles visuels de Pink Floyd, qui ont hissé leurs albums et leurs spectacles au statut de forme d’art.

Vous pouvez écouter plus bas, une entrevue avec Guy Laforce, le Directeur Général du lieu de diffusion montréalais Arsenal Art Contemporain, qui a travaillé activement à la présentation de cette exposition en sol montréalais. Le groupe s’est produit plusieurs fois à Montréal et a développé une relation de proximité avec le public d’ici et tenait à présenter leur exposition à Montréal. Le deuxième segment diffuse le commentaire de Pierre Archambault et Léna Ghio sur leur visite de l’exposition.

L’exposition qui devait se terminer le 31 mars 2022, a été prolongée à deux reprises, vu son succès et s’est prolongée jusqu’au 5 mars 2023.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Pink Floyd L’exposition/Their Mortal Remains à L’Arsenal jusqu’au 5 mars 2023.

Une des attractions de l’expo : Têtes de métal de The Division Bell(répliques); Design par Sterm Thergerson of Keith Breeder. Originaux réalisés par John Robertson, 1994; Répliques réalisées par Diagon Ltd, 2018 (de la collection Pink Floyd)
Photo prise par Léna Ghio, de l’équipe In situ, lors du vernissage de l’exposition (au centre. à gauche, Nick Mason et à sa droite, Guy Laforce, Directeur Général de l’Arsenal)

Entrevue avec Guy Laforce, diffusée le 12 novembre 2022, à Radio Centre-Ville 102,3

Retour des chroniqueurs Pierre Archambault et Léna Ghio de l’équipe In situ sur l’exposition Pink Floyd/Their mortal Remains

Publicité

CATHERINE SHEEDY : ARTISTE JOAILLIÈRE, SCULPTEURE ET GLANEUSE À APPRÉCIER À LA GALERIE NOEL GUYOMAR’C

En deuxième partie du Magazine radio In situ du 11 février 2023, une entrevue avec l’artiste joaillière et sculpteure Catherine Sheedy, inspirée par le fleuve et qui trouve sur ses berges des matériaux pour créer ses bijoux contemporains.

Basée à Lévis, elle détient trois diplômes : une formation à l’École de Joaillerie de Québec, ainsi qu’un baccalauréat et une maîtrise en arts visuels obtenus à l’Université de Laval, en plus de s’être perfectionnée après ses études dans le bijou contemporain, auprès de maîtres au Québec et à l’international. Elle a plusieurs expositions solos et collectives à son actif et a participé à plusieurs résidences à l’international, dont une résidence au studio du Québec à Londres. Mentionnons enfin qu’elle a obtenu le prestigieux prix Jean-Marie Gauvreau.

À ce parcours, s’ajoute une expérience de commissaire de l’exposition rétrospective d’envergure de l’École de Joaillerie de Montréal titrée 40 ans de passion, création, formation qui rassemblait les pièces de 52 artistes, présentée en 2015 au Centre Materia à Québec et au MUMAQ à Montréal. Actuellement, Catherine Sheedy travaille de plus activement comme pédagogue dans le domaine du bijou contemporain.

Catherine Sheedy est représentée par la Galerie Noël Guyomarc’h, qui propose actuellement une exposition titrée Animal/Vegetable/Mineral, en cours jusqu’au 25 février 2023, d’abord présentée à Toronto au Harbourfont, dans le cadre d’un événement qui réunissait des artistes de pays nordiques. Cette exposition est commissariée par Mélanie Egan, la directrice du Craft & Design au Harbourfton, une importante résidence d’artistes au Canada, dédiée à la céramique, au verre, aux textiles, à la bijouterie et au design.

Vous pouvez écouter plus bas une entrevue avec l’artiste joaillière et sculpteure qui complète les informations transmises sur son parcours artistique, qui nous présente sa pratique de joaillière actuelle et dans le passé, de sculpteure, sa participation à l’exposition en cours, ses sources d’inspiration et son processus en atelier.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Expo Animal/Vegetable/Mineral jusqu’au 25 février 2023

À la Galerie Noël Guyomarc’h, au 4836 Boul. Saint-Laurent, Montréal

http://www.catherinesheedy.com/

PHOTOS : L’artiste Catherine Sheedy(à gauche), invitée au Magazine radio In situ et la commissaire(Mélanie Egan) de l’expo collective de bijoux contemporains en cours Animal/Vegetable/Mineral à la Galerie Noël Guyomarc’h jusqu’au 25 février 2023, ainsi qu’un des bijoux de Catherine Sheedy exposé plus haut;

ENTREVUE AVEC CATHERINE SHEEDY, DIFFUSÉE SUR LES ONDES DE RADIO CENTRE-VILLE 102,3 :

ALBUM SOUVENIR/JUSQU’AU 15 JANVIER 2023 À LA MAISON DE LA CULTURE NOTRE-DAME-DE-GRÂCE : UNE ARTISTE, ISABELLE DEMERS, INSPIRÉE PAR LES ÉCOSYSTÈMES

En programmation du Magazine radio In situ du 7 janvier 2023, une entrevue avec l’artiste visuelle Isabelle Demers, hautement inspirée par les différents écosystèmes, allant jusqu’à les recréer en galerie. L’artiste présente une exposition titrée La Nuit des Anguilles à la Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce jusqu’au 15 janvier 2023

Isabelle Demers est domiciliée et oeuvre à Québec. Détentrice d’une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval, elle s’adonne à la pratique du dessin, de la sculpture et de l’installation, en plus de réaliser des oeuvres d’art public depuis 2017, au sein du duo Demers Ménard. Elle est représentée par la Galerie.a à Québec depuis le 25 octobre 2021.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter l’entrevue plus bas, diffusée sur les ondes de RADIO CENTRE-VILLE 102,3. isabelle Demers nous présente ses sources d’inspiration, en particulier la nature végétale et animale, les médiums et techniques explorés, en particulier la pyrogravure. Elle commente son exposition et nous informe sur ses oeuves d’art public.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Une expsosition à apprécier à la Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce jusqu’au dimanche 15 janvier 2023.

L’artiste visuelle Isabelle Demers, photographiée lors du vernissage de son exposition

ENTREVUE AVEC ISABELLE DEMERS DIFFUSÉE AU MAGAZINE RADIO IN SITU :

ALBUM SOUVENIR JUSQU’AU 15 JANVIER 2023 : DES OEUVRES DE L’ICONIQUE YAYOI KUSAMA PRÉSENTÉES À LA FONDATION PHI, À L’OCCASION DES 15 ANS DU LIEU DE DIFFUSION !

Dans le cadre de l’édition du Magazine radio In situ du 17 décembre 2023, une entrevue spéciale du chroniqueur Pierre Archambault de l’équipe In situ, sur la réputée Yayoi Kusama et sur l’exposition qui lui est consacrée actuellement à la Fondation PHI, soulignant en grand les 15 ans de la Fondation PHI pour l’art contemporain, établie dans le Vieux-Montréal.

Pierre Archambault s’est entretenue avec Cheryl Sim, à la direction générale de la Fondation PHI et commissaire des expositions. Une première exposition individuelle de l’artiste au Québec, titrée Dancing Lights, that Flew up to the Universe (Un ballet de lumières envolés dans l’espace), qui se poursuit jusqu’au 15 janvier 2023.

Le travail exploratoire de l’artiste multidisciplinaire, ludique et haut en couleurs, son obsession pour les motifs et petits points à répétition, ses interrogations sur la présence humaine dans le monde et dans l’univers, voire sa fascination pour la nature et les constellations, ses questions soulevées sur le statut de la femme et de l’artiste, en ont fait une artiste pionnière et très populaire, reconnue internationalement et toujours à l’oeuvre, à son âge avancé de 93 ans.

L’exposition en format réduit, dû à l’espace du lieu de diffusion, présente trois de ses fameuses citrouilles en bronze, deux nouvelles salles d’observation avec miroirs, une sélection de peintures et deux cubicules nommés Infinity Mirrored Rooms, parcelles d’espace qui émerveillent (voir la photo qui suit). À noter, que le fondation présente deux des vingt cubicules immersifs, en circulation dans le monde entier. Tout un cadeau offert au public et que s’offre l’établissement, à l’occasion de ses 15 ans. Une exposition gratuite malheureusement victime de la popularité de l’artiste et qui n’aura pu être aussi accessible que souhaité, au grand public.

Pour en savoir plus sur l’artiste et l’exposition en cours, vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue en direct diffusée sur les ondes de RADIO CENTRE-VILLE 102,3 le 17 décembre 2022.

Yayoi Kusama/Dancing Lights that Flew Up to the Universe

Jusqu’au 15 janvier 2023 à la Fondation PHI, 451 et 465 rue Saint-Jean, Vieux-Montréal

Photo Fondation PHI de l’artiste Yayoi Kusama
Photo In situ réalisée lors de la visite de presse.

Entrevue du chroniqueur Pierre Archambault, de l’équipe In situ, avec Cheryl Sim, Directrice générale de la Fondation PHI pour l’art contemporain et commissaire de l’exposition Yayoi Kusama/Dancing lights that flew up to the universe jusqu’au 15 janvier 2023.

JUSQU’AU 1ER JANVIER 2023 À LA TOHU : UN SPECTACLE QUI ENCHANTE, CELUI D’ACROBUFFOS, TITRÉ AIR PLAY !

En programmation du Magazine radio In situ du 17 décembre 2022, un compte rendu élogieux du chroniqueur Pierre Archambault sur le spectacle Air Play à la Tohu, jusqu’au 1e janvier 2023.

Un spectacle, décrit comme un poème visuel sans parole, qui émerveille et qui ne peut que ravir autant les petits que les grands enfants. Le duo d’artistes de cirque, Acrobuffos, qui réunit Seth Bloom et Christina Gelsonne, fait halte à Montréal, après une tournée dans plusieurs pays.

Un spectacle original, qui s’avère être l’aboutissement de tout un processus d’expérimentations, à partir de la puissance de l’air, du mouvement, de la technologie et de simples matériaux, transformés en objets éblouissants, avec la collaboration du sculpteur cinétique Daniel Wurtzel. À cette magie qui opère de tableau en tableau, s’ajoute la participation du public captivé, en cours de spectacle, qui procure des moments chaleureux inoubliables, bienvenus en cette période des fêtes.

Une forte recommandation du Magazine radio In situ !

Photo du spectacle prise par In situ

COMPTE RENDU DE PIERRE ARCHAMBAULT, DE L’ÉQUIPE IN SITU, DIFFUSÉ LE SAMEDI 17 DÉCEMBRE 2022 :

L’ARTISTE MATHIEU CARDIN, FABRICANT D’IMAGES !

En programmation de l’édition du Magazine radio In situ du 9 avril 2022, une entrevue avec Louis Cummins, le commissaire de l’exposition Haltes/Moments/Situation de l’artiste Mathieu Cardin au Centre d’exposition de l’Université de Montréal jusqu’au 16 avril 2022. L’entretien a eu lieu, juste avant un moment de présence de l’artiste et du commissaire au lieu de diffusion, samedi après-midi le 9 avril 2022.

La pratique artistique de Mathieu Cardin s’intéresse à la fabrication des images et la production d’illusions visuelles, et propose principalement des sculptures et des installations, réalisées d’une façon telle, que les oeuvres se situent sur la mince ligne entre la réalité et la fiction.

À expérimenter sur place la simulation d’une exposition d’oeuvres inspirées et de vidéos attractifs, attenant au laboratoire de fabrication des images de l’artiste, composée de machines et d’éléments qui étonnent et qui émerveillent. Cette section de l’exposition nous permet de faire une plongée dans le processus créatif et les questionnements soulevés par cet ingénieux artiste.

Artiste, philosophe, commissaire, historien de l’art et critique d’art, Louis Cummins est aussi enseignant et a fait la connaissance de Mathieu Cardin, alors qu’il était un de ses élèves, dans un cours de niveau CEGEP. Le commissaire nous informe des thèmes qui inspirent l’artiste et de son processus créatif. Il nous présente le parcours proposé au public, dans le cadre de cette exposition et nous fait part de sa réflexion transmise dans une publication rédigée pour l’exposition.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU

L’exposition Haltes/Moments/Situations se poursuit au Centre d’Exposition de l’Université de Montréal, localisé au  2940 Ch. de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal jusqu’au 16 avril 2022.

Mathieu Cardin participe aussi à l’expo collective Tromper l’oeil à la Galerie Art Mûr jusqu’au 23 avril 2022.

PHOTO: L’artiste Mathieu Cardin, photographié dans le cadre de son expo Haltes/Moments/Situations, au Centre d’exposition de l’Université de Montréal jusqu’au 16 avril 2022 et dont le commissaire Louis Cummins a été interviewé par In situ;

Entrevue avec le commissaire Louis Cummins :

LE MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS CÉLÉBRÉ À LA FONDATION GUIDO MOLINARI

La première partie de l’édition du Magazine radio In situ du 12 février 2022 souligne le MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS, avec une exposition rétrospective de l’oeuvre de R. Holland Murray, cinq ans après le décès de cet artiste et enseignant, qui a vécu à Détroit au Michigan jusqu’en 1967, alors qu’il quitte sa ville natale, après les émeutes.

Une exposition titrée Unpacking/Oeuvres choisies, en cours à la Fondation Guido Molinari et se poursuivant jusqu’au 3 avril 2022, dont le commissaire est le réputé artiste et enseignant David Elliot, qui a côtoyé R. Holland Murray, comme collègue universitaire et ami.

L’occasion se présente avec cette exposition, de découvrir différentes séries d’oeuvres de cet artiste accompli et pourtant peu connu dans son pays d’accueil, avec une sélection de dessins, peintures, gravures, sculptures et installations représentatives de plus de trois décennies de pratique artistique. Une exposition imprégnée de l’héritage afro-américain qui habitait l’artiste et un lieu de diffusion transformé pour accueillir des oeuvres vibrantes, libérées de leur entreposage.

Dans le cadre de cette entrevue, David Elliot nous informe de la genèse de cette exposition, le parcours de R.Holland Murray et ses principales expositions, à partir de son arrivée au Québec, ses différentes séries d’oeuvres, dont les plus récentes, constituées de bâtons en bois sculpté, évocateurs d’une tradition qui a débuté sur un bateau d’esclaves, pour citer les propos de l’artiste en 2003. Enfin, David Elliot nous présente l’exposition proposée par la Fondation Guido Molinari.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

La Fondation Guido Molinari est localise au 3290 rue Sainte-Catherine est, à Montréal.

Section haute en couleurs, en entrée de l’exposition à la Fondation Guido Molinari

L’EXPÉRIENCE DE LA SCULPTURE PROPOSÉE PAR GILLES MIHALCEAN AU 1700 LA POSTE !

En vedette au 1700 La Poste jusqu’au 16 janvier 2022, le sculpteur Gilles Mihalcean. Un lieu de diffusion exceptionnel qui rend hommage à l’artiste, avec une sélection de 30 oeuvres réalisées entre 1991 et 2021 et réunies sous le titre énigmatique Retournements et Détournements.

Le rez-de-chaussée fait place aux sculptures de grand format et nous invite dans l’atelier de l’artiste, exposé dans le coffre-fort de la galerie, qui est un ancien bureau de poste. Le sous-sol présente de petites sculptures et la mezzanine, inondée le jour de lumière, nous transporte, entre autres, dans l’univers cosmique qui inspire l’artiste.

Gilles Mihalcean est un sculpteur autodidacte depuis une cinquantaine d’années. Après avoir enseigné pendant sept ans à l’Université Laval, il s’est consacré par la suite entièrement à sa sculpture et s’adonne aussi à l’art de l’écriture, en tant que passionné des mots.

Le sculpteur étant aussi reconnu pour ses oeuvres d’art public et d’intégration à l’architecture, on peut apprécier les plus récentes au Quartier des Spectacles (Paquets de lumière, 2017) et au domaine Forget dans Charlevoix (Androïdes, 2021).

La carrière de l’artiste a été couronnée de plusieurs prix et bourses, dont le prestigieux prix Paul-Émile Borduas en 2011 et en 2019, il a obtenu un doctorat honoris causa de l’Université Concordia.

Gilles Mihalcean a innové en sculpture dans les années 80, de par son inventivité et l’exercice d’exploration de son oeuvre qu’il propose au public. Il a ainsi obtenu une reconnaissance nationale et internationale. On lui a consacré de grandes expositions, dont une rétrospective au Musée d’Art Contemporain de Montréal en 1995 et une exposition au Musée Régional de Rimouski en 2020. Il est représenté par la Galerie Laroche-Joncas, dans l’édifice Belgo à Montréal.

Vous pouvez écouter plus bas une entrevue avec le sculpteur Gilles Mihalcean diffusée au Magazine radio In situ du 5 janvier 2022, sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3. L’artiste nous présente sa démarche en sculpture, les thèmes abordés, sa vision et son rapport à la sculpture, l’exposition en cours et le catalogue l’accompagnant.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

L’exposition Retournements et Détournements est déployée au 1700 La Poste, 1700 rue Notre-Dame ouest jusqu’au dimanche 16 janvier 2022. L’artiste sera présent les samedis de 12h à 17h.

PHOTO : Une oeuvre de l’artiste Gilles Mihalcean qu’on peut apprécier à la galerie (L’homme/2017-2020/bois et peinture);

Giles Mihalcean et son oeuvre titrée Le nouveau paysage, 1991-2021, plâtre, peinture et sisal.

UNE RÉSIDENCE MONTRÉALAISE FRUCTUEUSE, À LA FONDATION PHI !

La Fondation Phi présente jusqu’au 9 janvier 2022, une exposition collective réunissant les cinq lauréats de la résidence inaugurale PHI Montréal, réalisée durant l’été 2021, autour d’une thématique inspirée de l’oeuvre de l’auteure de science-fiction Ursula K Le Guin et qui propose de réfléchir sur les conditions propices à rétablir des liens, après une période d’isolement social.

Le titre énigmatique de l’exposition …Et de la place dans le sac aux étoiles nous plonge dans l’univers de l’anthropologue Elizabeth Fisher, ayant inspirée Le Guin, qui considère que la survie de l’humain, tient davantage dans l’outil du sac de transport du grain et des fruits, que dans celui de l’arme de chasse. Cet angle permet de recadrer, pour ainsi voir l’histoire autrement et jeter un nouveau regard sur le futur.

À voir sur place, des installations multidisciplinaires de Dominique Sirois, intégrant des céramiques et des impressions d’images, autour de l’élément chimique du silicium; l’exploration par Santiago Tamayo Soler de l’univers des jeux vidéos, pour créer des mondes inédits, à travers la danse dans la communauté latine queer. Salima Punjami, quant à elle, nous invite à participer à une installation multisensorielle, réalisée avec 10 ménages montréalais et kimura Boyl-Nathalie Lemoine représente huit différents lieux de vie, en ayant recours à différentes graines et objets, disposés avec mesure dans l’espace.

La cinquième lauréate, Karen Trask, a été interviewée par le Magazine radio In situ, au sujet de l’oeuvre qu’elle expose, intitulée Ne tenir qu’à un fil et qui est un ravissement pour les yeux. L’artiste se démarque par sa pratique multidisciplinaire, exploratoire du langage et du papier. Elle a à son actif, tant au Québec, au Canada, qu’à l’international, plusieurs expositions d’installations, de livres d’artiste, vidéos, qui s’accompagnent de performances.

Détentrice d’une maîtrise en sculpture à l’Université Concordia obtenue en 1999, elle a participé à de nombreuses résidences au Québec, au Canada, en Europe, au Mexique et au Japon. Karen Trask est la conjointe de l’artiste Paul Litherland, avec qui elle a ouvert un espace projet locatif, nommé Produit rien, dans le secteur Alexandra-Marconi.

Vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue avec l’artiste Karen Trask qui nous présente la sculpture qu’elle a réalisée, dans le cadre de la résidence PHI Montréal, le processus de réalisation de son oeuvre, avec la technique de filage de papier japonaise ( shifu ), son exploration plus élargie du papier et du langage, ainsi que son vécu, pendant sa résidence montréalaise. Cet entretien a été diffusé, dans le cadre de l’édition du Magazine radio In situ du 18 décembre 2021 et sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Une exposition collective jusqu’au 9 janvier 2022 à la Fondation Phi, localisée au 451, rue Saint-Jean, Montréal. L’exposition se terminera par une performance le 9 janvier 18h, sur place et en direct sur Facebook.

Karen Trask, photographiée à côté de son oeuvre titrée Ne tenir qu’à un fil, crée à partir d’exemplaires significatifs filés de l’encyclopédie Grolier et du Petit Larousse illustré, solifiés avec du sucre et de l’eau.

JUSQU’AU 11 DÉCEMBRE 2021 : SOIRÉE MONDAINE À LA GALERIE B-312, EN COMPAGNIE DES OEUVRES DE L’ARTISTE STEFFIE BÉLANGER

En ouverture de l’édition du Magazine radio In situ du 4 décembre 2021, une entrevue du chroniqueur Pierre Archambault de l’équipe In situ, avec l’artiste Steffie Bélanger, qui propose une mise en scène ludique de sculptures de bois, nous transportant en pleine soirée mondaine, qui ne manque pas d’humour.

La galerie B-312, transformée en agréable salon, le temps de l’exposition, réunit des oeuvres sous le titre évocateur Servez à ce monsieur une bière et des kiwis, qui réfèrent à la couleur dont les murs sont peints. Ces oeuvres sont accessibles au grand public et sont conçues pour être manipulées, ce qui ajoute au plaisir de la visite.

L’artiste montréalaise Steffie Bélanger a obtenu un baccalauréat de l’Université de Concordia et complété une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal en 2018. Elle met de l’avant l’hypothèse de l’inutilité de l’objet de l’art, dans un sens désopilant et s’amuse de détournements de l’objet fonctionnel, Son exposition solo la plus récente, a eu lieu à la Maison des Arts de Laval en 2016 ( L’Utilité de l’Inutilité ) et elle a participé en 2020 à l’exposition Jeu et Détournement au Centre Lethbridge, grâce â une bourse du Conseil des Arts du Canada.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3

L’exposition se poursuit jusqu’au 11 décembre 2021, à la Galerie B-312, dans l’édifice Belgo.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Le chroniqueur Pierre Archambault et l’artiste Steffie Bélanger, photographiés lors de l’entrevue

ENTREVUE DU CHRONIQUEUR PIERRE ARCHAMBAULT DE L’ÉQUIPE IN SITU, AVEC L’ARTISTE STEFFIE BÉLANGER.