Archives pour la catégorie Sculpture

JUSQU’AU 22 MARS 2020 : L’ART CONTEMPORAIN EN MILIEU URBAIN SOUTERRAIN, QUI SUSCITE UN QUESTIONNEMENT D’ACTUALITÉ !

Le Magazine radio In situ du 11 mars 2020, a fait place à la 12e édition du Festival Art Souterrain qui propose cette année 5 km de circuit souterrain du centre-ville montréalais, 7 lieux de diffusion, 55 artistes locaux et internationaux. On avait organisé 60 activités, dont les dernières ont été annulées, en raison de la crise du coronavirus. Un événement ayant débuté lors de la Nuit Blanche le 29 février 2020 et qui se poursuit jusqu’au 22 mars 2020.

À la direction générale de ce festival dédié à l’art contemporain, Frédéric Loury, qui a invité un quatuor de commissaires d’ici et d’ailleurs : Marie Perreault et Lynn Bannon du Canada, Dulce Pinzon du Mexique et Juliette Bibasse de la France, interviewée par le Magazine radio In situ.

Une édition qui explore la riche thématique du renouveau (RESET). Un titre qui apparaît maintenant prémonitoire, représentatif de la situation actuelle, avec une société forcée de prendre une pause et en attente d’un renouveau, au sortir de la crise.

Une exposition qu’on peut visiter en solo et qui respecte relativement les directives médicales, car les oeuvres sont distancées et disposées sur un long trajet, en plus d’être présentées dans un vaste lieu public ouvert, plutôt que dans un lieu de diffusion clos, ce qui minimise les regroupements.

À apprécier en particulier, la grande salle du Palais des congrès et son aménagement convivial (accès par l’entrée Bleury/St-Antoine ou Bleury/Viger). Parmi les oeuvres incontournables, une sculpture de bois de Arkadi-Lavoie qui s’intègre au mobilier. Il s’agit d’un banc de style artisanal,  crée dans le but de favoriser l’échange, dans une société de plus en plus individualiste.

Tout près de cette salle du Palais des congrès, à voir les quatre oeuvres féériques de Sabrina Ratté, réunies sous le titre Undream et sous forme d’installation multimédia qui nous fait visualiser un futur imaginaire et ondulant, inspiré du design radical de la fin des années 60.

À ne pas manquer, l’installation géante du sculpteur et photographe Daniel Corbeil, qui suscite une réflexion sur les conséquences des perturbations environnementales, causées par l’industrialisation et l’urbanisation intenses. L’artiste nous propose un laboratoire spectaculaire, installé en plein Complexe Guy Favreau.

La chroniqueuse Lena Ghio y va aussi de ses suggestions d’oeuvres d’art numérique(segment qui sera intégré sous peu à l’article).

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec Juliette Bibasse diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

Infos pratiques : artsouterrain.com, (438)385.1955, info@artsouterrain.com

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

ENTREVUE AVEC LA COMMISSAIRE JULIETTE BIBASSE :

JUSQU’AU 1E MARS 2020 À LA MAISON DE LA CULTURE JANINE SUTTO : LE CORPS VIEILLISSANT INSPIRANT !

En programmation du Magazine radio In situ du 29 janvier 2020 et rediffusée dans la même émission le 26 février 2020, une entrevue avec l’artiste Pascale Archambault, très active sur la scène locale et internationale depuis1992 et qui s’intéresse à la représentation du corps et son esthétique, particulièrement le corps vieillissant, de même que son impact au plan physique, psychologique et social.

Pascale Archambault présente à la Maison de la Culture Janine Sutto jusqu’au 1e mars 2020, une série d’oeuvres réunies sous le titre ironique Bientôt hors d’usage, porteuses d’un foyer de tensions entre l’état physique et mental. L’artiste propose des sculptures et bustes,  intégrés dans des installations significatives. Les corps, dans leur intégralité ou fragmentés et de surface contrastantes, viennent souligner les marques laissées par le vécu et les épreuves humains.

Pour en savoir plus sur la pratique artistique, les différentes séries d’oeuvres  exposées  et sur le parcours  de l’artiste  qui réside à L’Avenir, dans le Centre-du-Québec , voir l’album photos et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 29 FÉVRIER 2020 À ART MÛR : UN ARTISTE DE LA DIVERSITÉ CONFRONTANT !

En programmation du Magazine radio In situ du 5 février 2020, une entrevue de Pierre Archambault  de l’équipe In situ, avec Eddy Firmin dit Ano, originaire de La Guadeloupe et en vedette actuellement au premier étage de la Galerie Art Mûr, avec une exposition titrée Carillon décolonial/Une histoire de famille, prévue jusqu’au 22 février 2020 et prolongée jusqu’au 29 février 2020 !

Un artiste visuel profondément inspiré par son ancrage familial, à l’époque de la colonie française esclavagiste des Antilles, devenue par la suite département d’outre-mer français. Descendant d’une bossale, c’est-à-dire d’une esclave née en Afrique et non dans la colonie, cet aspect de son histoire nourrit sa réflexion, dans le cadre de sa quête d’identité et de  son travail d’artiste, d’activiste et de penseur.

L’entrevue nous informe sur les études et la réflexion  de l’artiste, qui s’est intensifiée au stade du doctorat, tout en survolant son parcours accompli en Guadeloupe et au Québec. L’artiste nous présente de plus l’exposition en cours à la Galerie Art Mûr, en commentant les oeuvres sélectionnées par le chroniqueur Pierre Archambault et ex-réalisateur de l’émission Espace Visuel durant plus de 15 ans à Radio Centre-Ville 102,3

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit, incluant des images d’une exposition récente l’été dernier au Quai 5160 à Verdun. Et pour écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, cliquer le lien plus bas

UNE FORTE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

JUSQU’AU 8 DÉCEMBRE 2019 À LA FONDERIE DARLING : UNE SÉLECTION D’ARTISTES D’INTÉRÊT SOULIGNENT LES 10 ANS DE LA RÉSIDENCE DES AMÉRIQUES !

En programmation du Magazine radio In situ du 4 décembre 2019, une entrevue avec Milly-Alexandra Déry assignée à la programmation de la Fonderie Darling, qui est l’hôte actuellement de deux expositions présentées par deux ex-résidents, dans le cadre de l’événement Archipel des Invisibles jusqu’au 8 décembre 20119, soulignant les 10 ans du programme formateur, qu’est la Résidence des Amériques.

Il s’agit  de l’artiste chilienJavier Gonzalez Pesce (résident en 2014) qui présente sa première exposition personnelle en  Amérique du Nord dans la grande salle et titrée Two Ways to Disappear Without  Losing the Physical Form, dont la commissaire est Ji-Yoon Han et de l’exposition Resisting Paradise  de la commissaire Marina Reyes Franco(résidente en 2016) qui réunit trois artistes(Deborah Anzinger et Leasho Johnson de la Jamaique et de Joiri Minaya de la République Dominicaine).

Deux expositions percutantes qui nous plongent dans l’histoire et l’actualité, notamment chilienne, ainsi que dans la réalité vécue dans ces pays ayant été colonialisés, devenus très touristiques et cherchant parallèlement à s’affranchir des stéréotypes persistants, qui biaisent le regard de l’autre.  Des artistes et commissaires proposant des réflexions pertinentes sur la question de l’heure, celle de l’identité, ainsi que sur le manque et l’excès de visibilité actuelle, qui caractérise la situation de la diversité.  L’exposition de Javier Gonzales Pesce, empreinte de poésie, est particulièrement recommandée.

Pour en savoir plus, voir l’album photo qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

JUSQU’AU 26 OCTOBRE 2019 AU MAI : UN PARCOURS EXPOSÉ MENANT À LA RÉSILIENCE !

En programmation du Magazine radio In situ du 16 octobre 2019, une entrevue avec un duo féminin complice, composée de l’artiste Julie Robinson et de la commissaire Fabienne Parisien, relativement à l’exposition titrée L’Exhumée, en cours au Mai jusqu’au 26 mai 2019

Celles-ci nous invitent à faire une plongée dans l’intimité d’un drame : une rupture d’anévrisme, que Julie Robinson a subie à l’âge de 18 ans et qui a laissé des séquelles. Au coeur de la démarche présentée : le corps affecté et sa mémoire.

Les oeuvres réunies « composent la généalogie d’un drame », selon les propos de la commissaire et tracent le parcours de la résilience, selon l’artiste. Tel un processus archéologique, Julie Robinson a choisi d’exhumer son drame enseveli depuis 20 ans, en déterrant des oeuvres significatives : des peintures, des sculptures, une installation, un tableau vivant et un film projeté, commenté par le duo.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, en cliquant le lien qui suit. L’exposition se terminera par un finissage, qui proposera une performance, accompagnée de théâtre et de danse, ce samedi 26 octobre à 15h.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Julie Robinson et son oeuvre L’Exhumée 23/Pièce finale, huile sur toile, 2017(photo tirée de la page Facebook de l’artiste et prise par Virginie Maltais).

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 20 OCTOBRE 2019 : DOUBLE EXPOSITION RECOMMANDÉE À LA MAISON DE LA CULTURE JANINE SUTTO !

L’édition du Magazine radio In situ du 9 octobre 2019 a fait place à la double exposition d’intérêt,  en cours jusqu’au 20 octobre 2019, à la Maison de la Culture Janine Sutto, attenante au métro Frontenac, dans le quartier montréalais Hochelaga-Maisonneuve ce, en diffusant deux entrevues de Pierre Archambault avec les quatre artistes qui exposent.

EXPO DE FRANCIS MONTILLAUD/FIGURES :

L’artiste multidisciplinaire propose un corpus de sculptures figuratives inspiré des procédés techniques classiques, auxquels les artistes et artisans ont eu recours dans l’histoire, allant jusqu’à emprunter  l’effet de distanciation employé dans le théâtre, tout en établissant un dialogue avec les nouvelles technologies contemporaines, telle que la reconnaissance faciale.

Ce parallèle vient susciter une réflexion sur les modes de présentation de l’art statuaire dit traditionnel et le processus de réalisation des oeuvres, qui fascine particulièrement l’artiste. Il faut de plus mentionner que Francis Montillaud a mené une recherche sur la communication non verbale qu’on associe à l’espace urbain et à l’intimité du quotidien. En intégrant la grimace et la caricature, il démocratise ainsi le portrait.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec l’artiste réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPO DU TRIO D’ARTISTES GEORGES AUDET, DAVID GAGNON ET PIERRE GAUVIN/TRAVAUX DOMESTIQUE :

Une exposition réjouissante qui se caractérise d’une part,  par son hétérogénéité et une abondance d’oeuvres, de matériaux et d’archives et  d’autre part,  par  trio d’artistes troubadours inspirés par la sphère domestique, dans laquelle les oeuvres peuvent être disposées librement, sans  contrainte de thématiques, à la façon d’un babillard.

Les trois artistes ont toutefois travaillé à une cohabitation significative et anonyme de leurs oeuvres, dans le lieu de diffusion et à insuffler une touche de poésie, voire des relents du mouvement dadaiste,  à tout ce foisonnement domestique qui émerveille !

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec les artistes réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE SITU, DANS LE CAS DE CES DEUX EXPOSITIONS !

De gauche à droite : le chroniqueur Pierre Archambault, ex-réalisateur de l’émission Espace Visuel à Radio Centre-Ville, Georges Audet, David Gagnon et Pierre Gauvin, lors de leur entrevue, dans le cadre du Magazine radio In situ, à Radio Centre-Ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 12 OCTOBRE 2019 À LA GALERIE C.O.A. : L’UNIVERS EN MINIATURE DE L’ARTISTE ISAAC CORDAL !

Le Magazine radio In situ du 18 septembre 2019 a fait place à une entrevue spéciale avec un duo autant enjoué que  critique : l’artiste engagé  Isaac Cordal et son galeriste, fort conscientisé, Jean-Pascal Fournier, à la direction de la Galerie C.O.A.

Un artiste espagnol qui nous revient après 4 ans d’absence sur la scène montréalaise, avec une autre exposition confrontante titrée Ego Monuments, qui nous renvoie une image de la nature humaine dérangeante, à travers un déploiement et des mises en scènes ludiques et intimes de figurines. Un format de personnage que l’artiste affectionne particulièrement pour augmenter l’impact de son point de vue critique, crée avec des sculptures et des photos.

Cette nouvelle exposition a été enrichie par une réflexion écrite de l’artiste et par une section consacrée à son processus de travail, présentant plusieurs croquis.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3. La galerie est située au 6405 boul. St-Laurent à Montréal !

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

JUSQU’AU 10 AOÛT 2019 À L’ATELIER-GALERIE ALAIN PIROIR : L’ ARTISTE HUMANISTE STELLA PACE EXPOSE !

Le Magazine radio In situ du 24 juillet 2019 a fait place à une entrevue de fond avec un duo composé de l’artiste  humaniste Stella Pace, au nom prédestiné ( signifiant Étoile de la paix) et de la commissaire Nathalie Roy, qui suit l’artiste de près depuis qu’elle a vu une exposition marquante de celle-ci.

L’artiste Stella Pace expose  actuellement une série d’oeuvres  bi-dimensionnelles et des sculptures, réunies sous le titre Passage vers l’humanité, à L’atelier-Galerie Alain Piroir jusqu’au 10 août 2019. Le lieu de diffusion étant habité de l’univers aux larges horizons de Stella Pace. À apprécier sur place une profusion de matière organique qui fait émerger l’émotion et la considération humaine.

L’artiste nous présente non seulement son exposition, son rapport à la matière et son parcours artistique, mais aussi toute son estime de la commissaire Nathalie Roy, qui détient l’art de mettre en mots sa réflexion sous-tendant sa démarche approfondie tant en atelier, qu’ au contact de la matière et de ses défis à relever.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et écoutez plus bas l’entrevue réalisée à Radio Centre-Ville 102,3.

L’Atelier-Galerie Alain Piroir est situé au 5333 Avenue Casgrain #802, Montréal.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

JUSQU’AU 28 JUILLET 2019 À LA MAISON DES ARTS DE LAVAL : HOMMAGE RENDU À DES OEUVRES MARQUANTES !

L’artiste et commissaire Lisa Tognon propose une exposition réunissant trois femmes qui ont crée des oeuvres marquantes à ses yeux, allant jusqu’à provoquer en elle un tel retentissement, qu’elle aurait voulu les avoir réalisées elle-même, d’où le choix de ce titre d’exposition.

La chroniqueuse Sophie Pardo de l’équipe In situ a vu et photographié pour nous cette exposition lavalloise, en plus de transmettre un compte rendu, dans le cadre de l’édition du Magazine radio In situ  du 10 juillet 2019 diffusé sur les ondes de Radio Centre-Ville, qu’on peut entendre plus bas.

UNE RECOMMANDATION DE NOTRE CHRONIQUEUSE SOPHIE PARDO !

PHOTOS PRISES PAR LA CHRONIQUEUSE SOPHIE PARDO :

COMPTE RENDU TRANSMIS AU MAGAZINE RADIO IN SITU :

JUSQU’AU 21 JUILLET 2019, DANS LE CADRE DU FINA : L’ENVOÛTANT MARCHÉ TOMBOUCTOU À EXPLORER ET APPRÉCIER !

Le Magazine radio In situ du 17 juillet 2019 souligne la 33e édition du Festival International Nuit d’Afrique qui bat son plein jusqu’au 21 juillet 2019, avec un spécial incluant le volet musical de l’émission et des entretiens diffusés.

Plusieurs spectacles sont proposés en salles jusqu’au dimanche 21 juillet, principalement au Théâtre Fairmount, au Ministère et au Club Ballatou et depuis le 16 juillet, le public peut apprécier une programmation musicale  intense à l’extérieur, sur le parterre du Quartier des Spectacles de 17h à 23h.  In situ a donc diffusé des musiques représentatives des spectacles en salle, en plus de diffuser un entretien, accompagné de musique, avec Blaise Le Bamba, qui était en spectacle à l’extérieur mercredi  soir 17 juillet 2019 à 20h.

À ceci s’ajoute le féérique et accueillant Village des Nuits d’Afrique, aussi situé dans l’enceinte du parterre du Quartier des Spectacles,  qui offre des ateliers de danse et de découverte d’instruments de musique en après-midi, des boissons, des mets tropicaux et où on peut aussi visiter l’envoûtant marché Tombouctou. In situ est allé à la rencontre de deux exposants du marché Tombouctou : Mikael Kouanda/Le P’tit coin d’Afrique et Abdoulay Sané.

Pour en savoir plus sur ces exposants, artistes/artisans, voir l’album photo qui suit et vous pouvez écouter plus bas, les entretiens transmis à Radio Centre-Ville 102,3/ la radio de la diversité.

Entretiens avec Mikael Kouanda/Le P’tit coin d’Afrique et Abdoulay Sané.