Archives pour la catégorie Biennale

CHRONIQUE SPÉCIALE AU MAGAZINE RADIO IN SITU, SUR LA 58E BIENNALE DE VENISE EN COURS JUSQU’AU 24 NOVEMBRE 2019 :

L’édition du Magazine radio In situ du 26 juin 2019 a fait place à un compte rendu sur la 58e Biennale de Venise, que notre chroniqueuse  Camille Bourgeois a pu visiter et apprécier.

Une vaste exposition  collective orchestrée par  le commissaire Ralph  Rugoff et déployée à travers un nombre record, cette année, de 90 pavillons. Un événement d’ampleur au titre énigmatique Puissiez-vous vivre à une époque intéressante…

Une exposition éclatée qui invite à  une réflexion sur les différents aspects à considérer pour entrevoir la condition humaine dans sa globalité, au plan sociologique, politique et  artistique.

À l’approche de la fin de cet événement, qui s’avère être la plus ancienne des biennales d’art,  nous rediffusons ce compte rendu transmis sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

JUSQU’AU 13 OCTOBRE 2019 ET AU DELÀ : DÉPLOIEMENT DE MOMENTA DANS PLUSIEURS LIEUX DE DIFFUSION À MONTRÉAL !

En programmation du Magazine radio In situ du 9 octobre 2019, la  16 édition du Mois de la Photo, portant une nouvelle appellation depuis 2017, celle de Momenta/Biennale de l’image qui se poursuit jusqu’au 13 octobre 2019 et au-delà, dans quelques endroits de diffusion, dans le cadre de deux grandes expositions collectives et plusieurs solos.

Un événement titré La vie des choses, ralliant 12 lieux d’exposition et tout autant de galeries satellites,  ainsi  que 39 artistes en provenance de 20 pays, qui s’intéresse à la culture matérielle et les enjeux associés, plus spécifiquement à l’objet issu de la société de consommation, des pratiques artisanales, rituelles et identitaires, qui se place au centre, voire de plus en plus au coeur de la relation humaine, selon la vision de la commissaire invitée Maria Wills Londono, première commissaire d’origine latino-américaine, dans l’histoire de cet événement.

Pour nous présenter cette biennale d’envergure qui fait place à bien d’autres médiums que la photo,  ce qui peut irriter les puristes, In situ est allé  à la rencontre de la co-commissaire Maude Johnson. Album photos détaillé à venir,  d’abord sur la page Facebook du Magazine radio In situ ce samedi.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU, pour la  thématique riche et inspirante, de même que pour plusieurs des propositions artistiques d’intérêt, qu’on peut apprécier dans le cadre de Momenta !

La co-commissaire Maude Johnson qui a présenté l’expo de Hannah Doerksen/Making a religion out of one’s loneliness au Centre Clark le 24 septembre dernier.

 

 

 

 

 

 

 

DU 25 AU 28 SEPTEMBRE 2019 : LES ATELIERS JEAN-BRILLANT OCCUPÉS PAR LA 7E ÉDITION DE LA BIENNALE D’ART ACTION VIVA !

 

 

 

 

 

Le Magazine radio In situ  du 25 septembre 2019 a fait place à la 7e édition de la Biennale Viva ! Art Action  qui sévit du 25 au 28 septembre 2019 aux Ateliers Jean-Brillant et  dans d’autres lieux satellites. Plus de 20 artistes québécois, canadiens et étrangers sont réunis le temps de ce festival de pratiques vivantes et indisciplinées, qu’il s’agisse de performance, d’intervention publique, d’art relationnel et d’infiltration. Une expérience intense à vivre !

Pour en savoir plus sur les différentes pratiques d’art action et sur ce festival convivial, qui braque les projecteurs sur un groupe d’artistes visuels à apprécier, qui bénéficierait d’une visibilité suffisante, vous pouvez écouter l’entrevue en direct avec la directrice de l’événement Michelle Lacombe diffusée à Radio Centre-Ville 102,3.

 

ENTREVUE AVEC LA DIRECTRICE DE VIVA ! : MICHELLE LACOMBE :

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 5 AOÛT 2018 À L’ARSENAL : UNE EXPOSITION COLLECTIVE FASCINANTE QUI EXPLORE LE LIEN À LA TECHNOLOGIE!

En programmation du Magazine radio In situ du 18 juillet 2018 et de Montréal Pluriel Le Retour du 5 juillet 2018, la 4e Biennale Internationale d’Art Numérique qui a débuté le 30 juin 2018 avec un événement performatif intense titré Elektra, qui en était à sa 19e édition.

Une démarche exploratoire qui s’inscrit depuis trois ans dans le cadre du cycle AUTOMATA, proposant une réflexion sur le rapport de la technologie à son entourage humain, à travers l’art contemporain numérique.  Cette question est posée, à savoir celle de se demander si la robotique pourrait être bénéfique pour l’humain, au contraire des scénarios négatifs de science-fiction.

Pour cette édition qui  clôturera la cycle Automata et dont la thématique est Chante le corps électrique, la BIAN a invité Peter Weibel, directeur du ZKM Centre d’art et de technologie des des médias de Karlsruhe(Allemagne).

Le spécial BIAN à Radio Centre-ville inclut aussi une entrevue de Pierre Archambault avec  l’artiste autochtone Caroline  Monnet qui nous présente sa démarche artistique et son oeuvre Like ships in the night qui fait partie de l’exposition collective  de la BIAN à L’Arsenal.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue et le retour diffusés dans le cadre du Magazine radio In situ à Radio Centre-ville.

ENTREVUE AVEC CAROLINE MONNET :

RETOUR SUR L’EXPO EN COMPAGNIE DE PIERRE ARCHAMBAULT, ROBERT LOCAS ET CHANTAL L’HEUREUX DE L’ÉQUIPE IN SITU :

UNE QUATRIÈME ÉDITION DE LA BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN AUTOCHTONE CONVERGEANT VERS LA SOLIDARITÉ FÉMININE!

Le Magazine radio In situ du 6 juin 2018 fait place à la quatrième édition de la Biennale d’Art Contemporain Autochtone qui, d’édition en édition, prend de plus en plus d’envergure et élargit son réseau de partenaires, au nombre de sept cette année.

Au programme de l’émission, une entrevue spéciale avec Rhéal Olivier Lanthier, à la direction de la Galerie Art Mûr et de la quatrième Biennale d’Art Autochtone déployée cette année, dans plusieurs lieux de diffusion, dont quatre situés à Montréal(Art Mûr, La Guilde, Galerie Stewart Hall et Musée McCord).

Avec en toile de fond, les commissions amérindiennes sur la situation de la femme, telle que la Commission d’enquête sur les femmes autochtones au fonctionnement difficile, cet événement artistique s’avère d’autant plus significatif et devient l’occasion d’exprimer  une solidarité toute féminine dans la diversité des communautés, voire dans l’adversité, à travers la thématique de la sororité.

Cette thématique suscite en fait une réflexion sur le lien, la collaboration et la rencontre, particulièrement dans le travail artistique. La priorité des commissaires est de créer un espace artistique qui permet de prendre connaissance des voix, des intérêts et des communautés et ainsi, d’aller au-delà de l’opinion, encore trop répandue sur les femmes autochtones, qui sont  perçues comme victimes, traumatisées et marginalisées.

L’entrevue avec Rhéal Lanthier concerne l’histoire de la BACA, l’exposition en cours dans le cadre de la 4e BACA et les développements entrepris par la Galerie Art Mûr à Berlin. Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-ville 102,3 plus bas.

La 4e Biennale Internationale d’Art Contemporain de Montréal est /était en cours dans les lieux suivants:

-Du 3 mai au 22 juillet 2018 à La Guilde

-Du 4 mai au 16 juin 2018 à Art Mûr

-Du 5 mai au 22 juin 2018 à la Galerie Stewart Hall(finissage le 21 juin prochain, journée amérindienne).

-Du 5 mai au 9 septembre 2018 au Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke

-Les 9 mai(projection vidéo) et 19 mai(table ronde) au Musée McCord

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU!

 

JUSQU’AU 10 SEPTEMBRE 2017: L’INSPIRANTE BIENNALE INTERNATIONALE D’ESTAMPES CONTEMPORAINES À TROIS-RIVIÈRES!

Le Magazine radio In situ du 9 août 2017 fait place à la Biennale Internationale d’Estampes Contemporaine de Trois-Rivières visitée par un duo de chroniqueurs arts visuels de Radio Centre-ville (Pierre Archambault et Chantal L’Heureux).

Une dixième édition à grand déploiement dans quatre lieux de diffusion à Trois-Rivières et divers lieux satellites, en plus d’un pied à terre pour la Biectr à Montréal à la Galerie Robert Poulin à Montréal.  Un événement d’ampleur qui propose quelques 300 oeuvres abstraites ou figuratives, crées par 51 artistes de 19 pays. Une proposition qui souligne en grand les 20 ans de la Biennale Internationale d’Estampes de Trois-Rivières.

Un événement qui prouve à quel point l’estampe se renouvelle, en présentant des univers variés empreints de la culture  et de la génération de l’artiste, en se faisant aussi de plus en plus exploratoire et disposée à intégrer les nouvelles technologies .

Pour en savoir plus, voir la sélection d’estampes de In situ dans  l’album  photos qui suit. Et vous pouvez écouter l’entrevue de madame Élisabeth Mathieu, présidente et directrice artistique de la BIECTR, qui nous présente la 10e édition, ainsi que les artistes primés cette année, accompagnée d’un retour par les chroniqueurs concernés.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

Entrevue :

Retour sur l’événement  :

JUSQU’AU 15 JANVIER 2017 : DERNIERS JOURS DU MÉGA -ÉVÉNEMENT DE LA BIENNALE DE MONTRÉAL!

À un mois de la fin de la Biennale de Montréal, le  Magazine radio In situ du 14 décembre 2016 à Radio Centre-ville  a été consacré à un retour en équipe sur ce méga-événement  qui réunit 56 artistes et  collectifs de 25 pays, dont 16 artistes canadiens, incluant à peine 8 artistes du Québec. La BNLMTL, c’est 15 lieux de diffusion d’expos jusqu’au 15 janvier 2015,  ainsi que des concerts et conférences qui ont eu lieu avant les fêtes. Les deux grands pôles de diffusion, sont le Musée d’Art Contemporain de Montréal et le Complexe de Gaspé.

Le commissaire belge Philippe Pirotte a proposé une thématique ambitieuse Le Grand balcon, titre qui s’inspire librement de la pièce subversive Le Balcon de Jean Genest se déroulant dans un bordel. Lieu qui devient métaphore sociale. Le grand balcon créant ainsi en quelque sorte un espace mental et théâtral permettant de s’adonner à des remises en question de notre mode de fonctionnement social et des valeurs qui nous guident. Un espace qui incite à s’orienter vers une résistance et qui met de l’avant le potentiel libérateur de l’art, voire l’établissement d’une politique hédoniste inspirée de Genet et même de Sade !

Pour en savoir plus, voir la sélection des oeuvres de In situ dans l’album photos (accompagnées des descriptifs) qui suit et vous pouvez écouter l’échange en équipe des trois chroniqueurs (Pierre Archambault/animateur de l’émission Espace visuel, Geneviève Breuleux et Chantal L’Heureux) diffusé plus loin. À venir sous peu,  la diffusion de l’entrevue de Pierre Archambault avec l’artiste David Gheron Tretiakoff qui présente deux oeuvres au MACM dans cet article.  Et aussi à venir, un article, incluant un long extrait d’entrevue de Chantal L’Heureux avec Michael Blum, qui expose une trilogie d’oeuvres vidéo ECOPOL ayant eu lieu le mercredi 11 janvier 2017.

JUSQU’AU 26 NOVEMBRE 2016: PLACE À UNE BIENNALE INTERNATIONALE DE CÉRAMIQUE PERCUTANTE À LA GALERIE McCLURE!

En programmation du Magazine radio In situ du 23 novembre 2016, une entrevue spéciale avec Linda Swanson,  artiste, professeure  et commissaire invitée  de  la 2ième Biennale de céramique Virginia McClure, titrée Épisode, à la Galerie McClure jusqu’au 26 novembre 2016.

Une exposition d’artistes qui font dans l’innovation et l’exploration en céramique  et qui présentent des oeuvres surtout de grand format à la fois pertinentes, captivantes et séduisantes.  Des artistes qui ne sont pas pour autant en rupture avec l’approche historique de la discipline. Tout un déploiement d’oeuvres généreuses et  de facture baroque qui sont un ravissement pour les yeux et qui suscitent un questionnement sur l’expérience humaine contemporaine.

Trois artistes sélectionnées par la commissaire de l’événement ont particulièrement retenu l’attention de In situ.  Meghan Smythe ( de Los Angeles ) expose un corps avec des viscères et des membres en floraison, telle une offrande. Une plongée dans l’intimité externe et interne du corps et à travers une sculpture faite d’argile et de techniques mixtes saisissante . L’émotion ressentie à la vue de cette gisante est vive.

Les oeuvres choc de Janet Macpherson ( de Toronto ) confrontent notre nature humaine à travers notre rapport à l’animal et à la religion.  Les petites  et multiples formes animales attendrissantes et puisées dans la culture populaire, portent néanmoins un bandeau, un bandage ou un masque exprimant une situation de violation de la nature. Une nature qui en vient à réagir et se manifester de façon envahissante. La vierge marie (trouvée par l’artiste et abandonnée sur une autoroute) a été  transformée et semble porter tout le poids des maux dont l’humanité est affligée.  Une humanité en dérive, en quête de sens à son existence. À noter, que les animaux ont été moulées,   ainsi que légèrement modifiées et reconfigurées.

Quant à Phoebe Cummings ( de Stafford en Angleterre ), fidèle à son approche de créer des installations éphémères et in situ, tout en tenant compte de l’histoire du lieu, elle a utilisé des objets trouvés au Centre d’art visuels pour en faire une oeuvre suspendue avec élégance et qui s’apparente à un lustre d’ampleur et débordant d’ornementations dans le style baroque.

Une exposition à voir et fortement recommandée par In situ. La Galerie McClure est située au 350 Victoria à Westmount.

Entrevue avec madame Linda Swanson diffusée au Magazine radio In situ du 16 novembre 2016 à Radio Centre-ville:

Leonard Cohen ~ Dance Me To The End Of Love

LE PRINTEMPS 2016 À MONTRÉAL EST AUTOCHTONE!

Montréal est emporté par une vague d’événements d’art autochtone en ce printemps 2016!

PHOTO: Nadine St-Louis des Productions Feux sacrés interviewée à La chronique du conseil/Les contes à rendre.
PHOTO: Nadine St-Louis des Productions Feux sacrés interviewée à La chronique du conseil/Les contes à rendre.

Du vendredi 17 juin au dimanche 19 juin 2016,  aura lieu la 4ième édition des rendez-vous d’arts métissés à L’Espace culturel Ashukan dans le Vieux Montréal situé au 431 Place Jacques-Cartier, incluant un volet arts visuels, avec des performances de peintures en direct et des artisans sur place, en provenance de plusieurs régions du Québec. Nadine Saint-Louis des Productions Feux sacrés présente cet événement à La chronique du conseil(Les contes à rendre) à Radio Centre-ville ce jeudi 16 juin 2016. Auparavant,  le Festival d’arts vivants OFFTA jusqu’au 8 juin 2016  a fait une bonne place à la scène contemporaine autochtone.

Et jusqu’au 18 juin 2016, la troisième Biennale d’art contemporain autochtone se déploie dans quatre lieux de diffusion  jusqu’au 18 juin 2016 à Art Mûr, le quartier général, au Musée McCord, à la Guilde canadienne des métiers d’art et à la Galerie Stewart Hall à Pointe-Claire (jusqu’au 26 juin à cet endroit). Un événement percutant, titré Révolution culturelle, qui propose une expérience à vivre sur place et des réflexions, entre autres identitaires. L’événement, commissarié par Mike Pattern, a fait le choix de transmettre l’évolution et la transformation culturelle actuelle, à travers les productions artistiques autochtones, avec en toile de fond les événements de l’actualité et le désir certain d’imaginer un rapprochement et une cohabitation des peuples autochtones et non autochtones. L’émission Espace visuel à Radio Centre-ville, a reçu Réal Lanthier, directeur de Art Mûr au sujet de cet événement d’ampleur il y a quelques semaines. Le Magazine In situ a plutôt opté pour donner la parole à une artiste multidisciplinaire, celle de Caroline Monnet exposant, dans la cas de cette Biennale, à Art mûr et au Musée McCord.

Pour en savoir plus, voir la sélection d’oeuvres de In situ, exposées à Art Mûr, dans l’album photos qui suit et vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour écouter l’entretien avec l’artiste Caroline Monnet au Magazine radio In situ le lundi 13h30 et l’entretien avec Nadine St-Louis des Productions Feux sacrés à la Chronique du conseil(incluse dans Les contes à rendre) le jeudi matin à Radio Centre-ville.

Programmation

ÉVÉNEMENT JUSQU’AU 11 0CTOBRE 2015: SPÉCIAL MOIS DE LA PHOTO À RADIO CENTRE-VILLE!

Un spécial MOIS DE LA PHOTO DE MONTRÉAL à Radio Centre-ville a eu lieu  dans le cadre de deux émissions consacrées aux arts visuels(Espace visuel et Magazine radio In situ) le jeudi 10 septembre 2015.  L’occasion de diffuser deux entrevues.

Une biennale d’ampleur qui proposait cette année une centaine d’oeuvres de 29 artistes, dont huit inédites, de 11 pays dans 16 lieux de diffusion à Montréal. C’est dire que cette 14ième édition de l’événement a occupé le territoire artistique montréalais!

Le commissaire Joan Foncuberta a opté pour le thème de la condition post-photograhique qui suscite un questionnement sur le phénomène de l’abondance d’images sur internet, créant ainsi une nouvelle ère de culture visuelle et ayant un impact certain sur les valeurs sociales et le fonctionnement social. On assiste de plus à une transformation du rôle de l’image.

Dans le cadre de ce spécial, In situ a interviewé Roberto Pellegrinuzzi au sujet de son installation photographique titrée Mémoires au quartier général du MPM à Parisian Laundry et Espace visuel a reçu en entrevue le commissaire du méga-événement Juan Fontcuberta.

Voici donc les deux entrevues en question accompagnées de photos:

Voici de plus un album photos proposant quelques autres recommandations d’expos vues par In situ, dans le cadre du MOIS DE LA PHOTO DE MONTRÉAL 2015: