CHRONIQUE SPÉCIALE AU MAGAZINE RADIO IN SITU, SUR LA 58E BIENNALE DE VENISE EN COURS JUSQU’AU 24 NOVEMBRE 2019 :

L’édition du Magazine radio In situ du 26 juin 2019 a fait place à un compte rendu sur la 58e Biennale de Venise, que notre chroniqueuse  Camille Bourgeois a pu visiter et apprécier.

Une vaste exposition  collective orchestrée par  le commissaire Ralph  Rugoff et déployée à travers un nombre record, cette année, de 90 pavillons. Un événement d’ampleur au titre énigmatique Puissiez-vous vivre à une époque intéressante…

Une exposition éclatée qui invite à  une réflexion sur les différents aspects à considérer pour entrevoir la condition humaine dans sa globalité, au plan sociologique, politique et  artistique.

À l’approche de la fin de cet événement, qui s’avère être la plus ancienne des biennales d’art,  nous rediffusons ce compte rendu transmis sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

JUSQU’AU 17 NOVEMBRE 2019 À LA MAISON DE LA CULTURE CÔTE-DES-NEIGES : UN RETOUR À UNE ÉPOQUE MYTHIQUE !

La Maison de la Culture Côte-Des-Neiges propose une exposition spéciale organisée par François Gauthier de la Fondation Serge Lemoyne, qui recrée une période mythique :  le New York des années 60 et toute son influence, à travers les  oeuvres de deux artistes qui se sont cotoyés : Gilles Boisvert et Serge Lemoyne, décédé en 1998, d’où le titre Gilles Boisvert et Serge Lemoyne, l’influence de New York dans les années 60 jusqu’au 17 novembre 2019.

À voir sur place, des oeuvres  inédites et provenant de collections privées, ainsi que de nombreux documents d’archive (photos, articles de journaux, affiches d’expositions de l’époque, documents personnels) qui nous font revivre toute  l’effervescence de cette époque.

Serge Lemoyne et Gilles Boisvert ont étudié ensemble à l’École des Beaux-Arts de Montréal et ont marqué l’histoire récente de l’art, en collaborant étroitement à des projets collectifs, des happenings et des manifestations artistiques engagées.  Serge Lemoyne en particulier, s’est démarqué par ses performances sonores, visuelles et électroniques audacieuses, comme artiste, animateur, agitateur social.

UN ÉVÉNEMENT RECOMMANDÉ PAR IN SITU !

 

ALBUM SOUVENIR/JUSQU’AU 10 NOVEMBRE 2019 AU MBAM : UNE EXPOSITION D’AMPLEUR DE L’ARTISTE ENGAGÉ OMAR BA !

En programmation du Magazine radio In situ du 6 septembre 2019, une entrevue du chroniqueur Pierre Archambault avec Mary-Dailey Desmarais, conservatrice de l’art moderne et contemporain international au Musée des Beaux-Arts de Montréal et commissaire de la présentation montréalaise de l’exposition de Omar Ba, titrée Vision partagée, au MBAM jusqu’au 10 novembre 2019;

Une première exposition monographique en sol canadien, qui a été dédiée à cet artiste engagé de notoriété internationale et qui a été réalisée en collaboration avec la galerie d’art contemporain de Toronto The Power Plant.

L’artiste transmet à travers son oeuvre une critique de la tyrannie qui assaillent les pays en voie de développement, tout en souhaitant susciter un questionnement sur des problèmes et enjeux sociaux à l’échelle  planétaire, tels que la répartition inégale de la richesse et du pouvoir, la crise de l’immigration et  la question environnementale.

En contrepartie, cette oeuvre, imprégnée des couleurs et des textures des lieux où l’artiste a vécu ( à Dakar, au Sénégal, à Genève et en Suisse ), est un véritable ode aux forces vives présente dans ces mêmes pays. Omar Ba  a recours à des matériaux pauvres pour créer ses oeuvres percutantes sur fond noir, qui mettent de l’avant des personnages biomorphiques, entourés de nature exotique sénégalaise et parties intégrantes d’une plus large cosmogonie.

Pour en savoir plus, voir l’album photos d’une bonne partie de l’exposition et vous pouvez écouter l’entrevue de Pierre Archambault diffusée, en cliquant le lien plus bas.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

 

ÉCHANGE AVEC LA DIRECTRICE DE LA NOUVELLE GALERIE D’ART ARCHIVE CONTEMPORAIN :

Le Magazine radio In situ du 6 novembre 2019  a fait place à une entrevue avec Maela Ohana, directrice de la nouvelle galerie  d’art Archive contemporain, localisée depuis quatre mois dans un coquet espace, en plein coeur de Pointe St-Charles. Un quartier en développement artistique.

Maela Ohana a acquis une expertise et crée un réseau, grâce à son implication dans les magazines Earth Issue et Archives Collective, nom dont elle s’est inspirée pour sa propre galerie, ce qui l’amène à ouvrir les portes de son lieu de diffusion aux artistes dits environnementalistes. Maela Ohana souhaite toutefois, durant sa première année, rester ouverte à la diversité du milieu arts visuels et représenter des artistes émergents, au stade mi-carrière et établis, de façon collaborative.

La galerie a organisé quatre expositions depuis son ouverture, que la directrice a présenté à la radio, dont celle en cours réunissant plusieurs des oeuvres de Beaver Sheppard. Une exposition, dont le finissage aura lieu ce samedi 9 novembre 2019 de 13h à 16h. D’autres activités, tels que des ateliers et des conférences sont proposées dans cet espace artistique et convivial de la rue Centre.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3.

La galerie est située au 2471 rue Centre, dans le quartier Pointe St-Charles.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

 

JUSQU’AU 10 NOVEMBRE 2019 AU CENTRE DE DESIGN DE L’UQAM : RENCONTRE AVEC UN DUO D’ARCHITECTES HUMANISTES !

Le Magazine radio In situ du 30 octobre 2019 diffuse en ouverture d’émission, une entrevue de fond relative à l’exposition en cours au Centre de Design de l’UQAM, titrée Entre-Deux/Une Architecture de la Résonnance jusqu’au 10 novembre 2019.

Les architectes français Jacques Ferrier et Pauline Marchetti, une des deux commissaires (avec Philippe Lupien) de cette exposition spéciale, ont été rencontrés à  leur retour à Montréal, pour participer à une conférence, en lien avec l’exposition, qui a eu lieu le 30 octobre 2019.

Ce duo d’architectes nous transmet  tant leur vision globale et humaniste de l’architecture en milieu urbain, accompagnant leurs réalisations, que leur prise de position de placer l’humain et ses besoins, au coeur de leur processus, de là toute la signification du titre de l’exposition. Ils travaillent à ce que leur objectif de développement durable et d’intégration de nouvelles technologies, aillent de pair avec un bien-être et des plaisirs urbains.

Pour en savoir plus sur leur approche, leur réflexion et leur production au sein de Ferrier Marchetti Studio dans divers pays, vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE RECOMMANDATION DU MAGAZINE RADIO IN SITU !

Le Centre de Design de l’UQAM est situé au 1440 rue Sanguinet à Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 26 OCTOBRE 2019 AU MAI : UN PARCOURS EXPOSÉ MENANT À LA RÉSILIENCE !

En programmation du Magazine radio In situ du 16 octobre 2019, une entrevue avec un duo féminin complice, composée de l’artiste Julie Robinson et de la commissaire Fabienne Parisien, relativement à l’exposition titrée L’Exhumée, en cours au Mai jusqu’au 26 mai 2019

Celles-ci nous invitent à faire une plongée dans l’intimité d’un drame : une rupture d’anévrisme, que Julie Robinson a subie à l’âge de 18 ans et qui a laissé des séquelles. Au coeur de la démarche présentée : le corps affecté et sa mémoire.

Les oeuvres réunies « composent la généalogie d’un drame », selon les propos de la commissaire et tracent le parcours de la résilience, selon l’artiste. Tel un processus archéologique, Julie Robinson a choisi d’exhumer son drame enseveli depuis 20 ans, en déterrant des oeuvres significatives : des peintures, des sculptures, une installation, un tableau vivant et un film projeté, commenté par le duo.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter l’entrevue diffusée à Radio Centre-Ville 102,3, en cliquant le lien qui suit. L’exposition se terminera par un finissage, qui proposera une performance, accompagnée de théâtre et de danse, ce samedi 26 octobre à 15h.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Julie Robinson et son oeuvre L’Exhumée 23/Pièce finale, huile sur toile, 2017(photo tirée de la page Facebook de l’artiste et prise par Virginie Maltais).

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 20 OCTOBRE 2019 : DOUBLE EXPOSITION RECOMMANDÉE À LA MAISON DE LA CULTURE JANINE SUTTO !

L’édition du Magazine radio In situ du 9 octobre 2019 a fait place à la double exposition d’intérêt,  en cours jusqu’au 20 octobre 2019, à la Maison de la Culture Janine Sutto, attenante au métro Frontenac, dans le quartier montréalais Hochelaga-Maisonneuve ce, en diffusant deux entrevues de Pierre Archambault avec les quatre artistes qui exposent.

EXPO DE FRANCIS MONTILLAUD/FIGURES :

L’artiste multidisciplinaire propose un corpus de sculptures figuratives inspiré des procédés techniques classiques, auxquels les artistes et artisans ont eu recours dans l’histoire, allant jusqu’à emprunter  l’effet de distanciation employé dans le théâtre, tout en établissant un dialogue avec les nouvelles technologies contemporaines, telle que la reconnaissance faciale.

Ce parallèle vient susciter une réflexion sur les modes de présentation de l’art statuaire dit traditionnel et le processus de réalisation des oeuvres, qui fascine particulièrement l’artiste. Il faut de plus mentionner que Francis Montillaud a mené une recherche sur la communication non verbale qu’on associe à l’espace urbain et à l’intimité du quotidien. En intégrant la grimace et la caricature, il démocratise ainsi le portrait.

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec l’artiste réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPO DU TRIO D’ARTISTES GEORGES AUDET, DAVID GAGNON ET PIERRE GAUVIN/TRAVAUX DOMESTIQUE :

Une exposition réjouissante qui se caractérise d’une part,  par son hétérogénéité et une abondance d’oeuvres, de matériaux et d’archives et  d’autre part,  par  trio d’artistes troubadours inspirés par la sphère domestique, dans laquelle les oeuvres peuvent être disposées librement, sans  contrainte de thématiques, à la façon d’un babillard.

Les trois artistes ont toutefois travaillé à une cohabitation significative et anonyme de leurs oeuvres, dans le lieu de diffusion et à insuffler une touche de poésie, voire des relents du mouvement dadaiste,  à tout ce foisonnement domestique qui émerveille !

Pour en savoir plus, vous pouvez écouter plus bas l’entrevue avec les artistes réalisée par Pierre Archambault de l’équipe In situ, transmise à Radio Centre-Ville 102,3.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE SITU, DANS LE CAS DE CES DEUX EXPOSITIONS !

De gauche à droite : le chroniqueur Pierre Archambault, ex-réalisateur de l’émission Espace Visuel à Radio Centre-Ville, Georges Audet, David Gagnon et Pierre Gauvin, lors de leur entrevue, dans le cadre du Magazine radio In situ, à Radio Centre-Ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

ZOOM SUR LE FNC ET SA 48E ÉDITION, EN COMPAGNIE DE LA NOUVELLE DIRECTRICE DE PROGRAMMATION ! !

En programmation du Magazine radio In situ et de l’émission Montréal Pluriel Le Retour sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3, des extraits d’entrevue avec Zoé Protat, la nouvelle directrice de la programmation du Festival du Nouveau Cinéma, qui en est à sa 48e édition et qui proposait au départ 318 oeuvres, en provenance de 72 pays et 63 premières. Un trio de chroniqueurs(Pierre Archambault, Corinne Bénichou et Chantal L’Heureux) a aussi fait un retour sur des films vus et fait des recommandations, dans le cadre de l’émission Montréal Pluriel Le Retour.

À  mi-chemin de ce festival, qui est devenu une institution montréalaise, écoutez l’entrevue intégrale avec Zoé Protat, qui nous présente le mandat du FNC, la contribution qu’elle souhaite apporter au festival, en particulier celle de voir à la diversité de la programmation, sans oublier la 48 édition du FNC : les thématiques de cette année, les activités spéciales proposées jusqu’à dimanche, des suggestions de films et le volet arts visuels du FNC qui nous revient d’année en année.

 

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 13 OCTOBRE 2019 ET AU DELÀ : DÉPLOIEMENT DE MOMENTA DANS PLUSIEURS LIEUX DE DIFFUSION À MONTRÉAL !

En programmation du Magazine radio In situ du 9 octobre 2019, la  16 édition du Mois de la Photo, portant une nouvelle appellation depuis 2017, celle de Momenta/Biennale de l’image qui se poursuit jusqu’au 13 octobre 2019 et au-delà, dans quelques endroits de diffusion, dans le cadre de deux grandes expositions collectives et plusieurs solos.

Un événement titré La vie des choses, ralliant 12 lieux d’exposition et tout autant de galeries satellites,  ainsi  que 39 artistes en provenance de 20 pays, qui s’intéresse à la culture matérielle et les enjeux associés, plus spécifiquement à l’objet issu de la société de consommation, des pratiques artisanales, rituelles et identitaires, qui se place au centre, voire de plus en plus au coeur de la relation humaine, selon la vision de la commissaire invitée Maria Wills Londono, première commissaire d’origine latino-américaine, dans l’histoire de cet événement.

Pour nous présenter cette biennale d’envergure qui fait place à bien d’autres médiums que la photo,  ce qui peut irriter les puristes, In situ est allé  à la rencontre de la co-commissaire Maude Johnson. Album photos détaillé à venir,  d’abord sur la page Facebook du Magazine radio In situ ce samedi.

UNE RECOMMANDATION DE IN SITU, pour la  thématique riche et inspirante, de même que pour plusieurs des propositions artistiques d’intérêt, qu’on peut apprécier dans le cadre de Momenta !

La co-commissaire Maude Johnson qui a présenté l’expo de Hannah Doerksen/Making a religion out of one’s loneliness au Centre Clark le 24 septembre dernier.

 

 

 

 

 

 

 

JUSQU’AU 12 OCTOBRE 2019 À LA GALERIE C.O.A. : L’UNIVERS EN MINIATURE DE L’ARTISTE ISAAC CORDAL !

Le Magazine radio In situ du 18 septembre 2019 a fait place à une entrevue spéciale avec un duo autant enjoué que  critique : l’artiste engagé  Isaac Cordal et son galeriste, fort conscientisé, Jean-Pascal Fournier, à la direction de la Galerie C.O.A.

Un artiste espagnol qui nous revient après 4 ans d’absence sur la scène montréalaise, avec une autre exposition confrontante titrée Ego Monuments, qui nous renvoie une image de la nature humaine dérangeante, à travers un déploiement et des mises en scènes ludiques et intimes de figurines. Un format de personnage que l’artiste affectionne particulièrement pour augmenter l’impact de son point de vue critique, crée avec des sculptures et des photos.

Cette nouvelle exposition a été enrichie par une réflexion écrite de l’artiste et par une section consacrée à son processus de travail, présentant plusieurs croquis.

Pour en savoir plus, voir l’album photos qui suit et vous pouvez écouter plus bas, l’entrevue diffusée sur les ondes de Radio Centre-Ville 102,3. La galerie est située au 6405 boul. St-Laurent à Montréal !

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

%d blogueurs aiment cette page :