JUSQU’AU 7 JANVIER 2017 AU MNBAQ : DERNIERS JOURS POUR VOIR UNE EXPOSITION INÉDITE DES OEUVRES DU COUPLE MITCHELL/RIOPELLE !

Présentée au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) depuis le 12 octobre 2017, l’exposition Mitchell | Riopelle Un couple dans la démesure prend fin le 7 janvier 2018. L’événement met en lumière la démarche professionnelle des deux artistes sur fond d’un parcours amoureux passionné de plus de trente-cinq ans. La relation houleuse de l’Américaine Joan Mitchell et de Jean-Paul Riopelle a été comparée déjà à celle d’une Frida Kahlo et d’un Diego Rivera. Commissariée par Monsieur Michel Martin, l’exposition comporte le plus grand nombre d’œuvres de Mitchell jamais rassemblées au Canada. Quant à celles de Riopelle, la moitié n’avait encore jamais été vue chez nous.

L’exposition est constituée de soixante œuvres, principalement des huiles grand format, mais aussi de quelques œuvres sur papier et de documents d’archives, le tout provenant d’une trentaine de prêteurs, collections privées et muséales, françaises, canadiennes et américaines. L’accrochage chronologique permet de voir, par opposition, la simultanéité des créations des deux artistes qui ont su conserver leur touche propre, tout en s’influençant l’un l’autre. Pour le commissaire Martin, la convergence des deux artistes s’observe principalement au niveau des triptyques où les panneaux latéraux viennent mettre en valeur le panneau central. La série « Canada » de Mitchell, caractérisée par ses tons froids, et celle des « Icebergs » d’un Riopelle s’orientant plutôt vers le noir et blanc peut a contrario illustrer certains aspects divergents de leurs démarches.

L’exposition couvre une période s’étendant de leur rencontre en 1955 au décès de Mitchell en 1992. C’est ce triste événement qui aurait déclenché chez Riopelle la fièvre créatrice ayant prévalu à la création de Hommage à Rosa Luxemburg. Ce triptyque monumental comportant pas moins de 30 tableaux se trouve en permanence au MNBAQ depuis 2000 et peut être apprécié dans le couloir menant au nouveau Pavillon Lassonde.

L’exposition quittera Montréal pour se diriger vers Toronto ainsi que Landergneau (Bretagne).

Texte : Robert Locas.

Pour en savoir plus : voir l’album photos souvenir qui suit. Vous pouvez de plus écouter la chronique de Robert Locas, qui s’est rendu pour In situ à Québec et diffusée dans le cadre  de l’édition du Magazine radio In situ des fêtes ( Spécial Musées ouverts durant les fêtes ), en cliquant le lien plus bas.

UNE FORTE RECOMMANDATION DE IN SITU !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s