1E DE DEUX RECOMMANDATIONS DE FILMS À VOIR DURANT LES FÊTES : THE SQUARE AU CINÉMA BEAUBIEN

En programmation de l’émission Montréal Pluriel/ Le retour du  20 décembre 2017, a été diffusée une chronique de cinéma recommandant le film The Square, mais avec certaines réserves. Le congé des fêtes étant une belle occasion pour faire le plein de films à domicile et en salle de cinéma.

Voilà une comédie qui propose une vision très caustique du cinéaste suédois Ruben Ostland, fruit d’une collaboration  entre la Suède, les États-Unis, la France et le Danemark. Cette fable gagnante d’une palme d’or à Cannes, en nomination pour un oscar dans la catégorie du meilleur film étranger et dont les critiques sont pour la plupart élogieuses, s’avère être pourtant un phénomène qui peut décevoir un certain public.  Le film est certes fort intéressant, pique la curiosité le plus souvent, mais devient  déroutant.

La première partie du film  en compagnie d’un directeur d’un musée reconnu qui se prépare à recevoir une grande exposition humaniste, laisse entrevoir un film  à la critique grinçante du milieu de l’art contemporain et du milieu muséal. Survient alors un revirement de taille, après que ce directeur vedette ait été victime d’un vol de son portefeuille et de son téléphone cellulaire. Il en vient à perdre ses points de repère, voire sa morale. Par la suite, le propos ambitieux  et critique du film perd de son impact dans différentes histoires secondaires, à travers lesquelles, aucun acteur du film, ni aucune classe sociale suédoise n’est épargnée. Il aurait mieux valu faire un choix et intensifier cette critique du milieu muséal, qui occupe pourtant une bonne partie du film.

Un film d’humour noir néanmoins recommandé  pour l’originalité du sujet, pour l’excellent jeu des acteurs, pour certaines  réflexions qu’il suscite,  et pour les moments forts du film, dont une scène de performance en musée (voir l’affiche du film) qui  vaut à elle seule le déplacement et qui nous fait basculer quelques instants dans notre réalité humaine soumise à la loi de la jungle. Ce film nous a permis de plus d’entrevoir le film remarquable qu’il aurait pu être, avec un scénario plus resserré, une durée moins longue et des histoires secondaires en moins ou du  moins abrégées.

À voir au cinéma Beaubien et faisant partie de la  programmation des fêtes jusqu’au 3 janvier 2018.

Ne manquez pas la critique de In situ du prochain film : Au revoir là-haut à l’affiche depuis peu au Cinéma Beaubien.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s