ÉMISSION 9-08-15: RETOUR DU VOLET LITTÉRATURE ARTS VISUELS AU MAGAZINE RADIO IN SITU!

Dans le cadre du Magazine radio In situ qui reprend les ondes durant l’été, le volet LITTÉRATURE ARTS VISUELS prévu à l’émission est inauguré en grand avec un spécial consacré à l’écologie:

-Le dernier numéro de la Revue Espace Art Actuel/no 110/Formes de l’écologie présenté par notre chroniqueuse Geneviève Breuleux;           Le dossier spécial de la  revue s’intéresse notamment à l’exposition d’ampleur qui a eu lieu récemment à la Galerie Leonard & Bina Ellen et organisée par le groupe interdisciplinaire World of Matter constitué d’artistes et de chercheurs qui s’intéressent à la mise en circulation des matières premières. Un retour est fait aussi sur une exposition d’intérêt et d’actualité Cuts make the country better ayant eu lieu au Centre d’artistes Articule à l’hiver 2015 et réalisée par Édith Brunette, en collaboration avec François Brunette. On y présentait les résultats préliminaires d’une enquête menée aux Pays-Bas, où des coupes  majeures ont été imposées dans le budget des arts et de la culture en 2011. À ceci s’ajoute, un article sur l’exposition percutante de l’artiste engagée Aude Moreau nommée La ligne bleue. Un projet d’illuminer des fenêtres d’immeubles du quartier des affaires à New York à la hauteur d’une éventuelle fonte de tous les glaciers du globe terrestre(voir article sur la double expo récente de Aude Moreau sur le blog Magazine In situ). Des expositions d’importance sélectionnées dans le cadre du spécial Formes de l’écologie et pour vous informer du commentaire de Geneviève Breuleux, vous pouvez réécouter en différé/télécharger l’émission au lien suivant(case horaire 13h, en remplacement de Portrait danse):

http://radiocentreville.com/wp/programmation/

102_9538
Photo prise lors du lancement de la revue à la Librairie Port de tête. À droite , André-Louis Paré, directeur et rédacteur en chef de la revue ESPACE ART ACTUEL depuis 2013 et à gauche, son nouvel assistant, Éric Legendre, aussi chroniqueur à l’émission radio Montréal s’expose à CIBL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

normal_12_fene_tre_18x24_printWEB
Expo La ligne bleue de Aude Moreau
100_3703
Une des oeuvres de l’expo World of Matter.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-Compte rendu par Chantal L’Heureux transmis en ondes de la monographie sur Dominique Gaucher aux Éditions Plein sud et Expression/Centre d’exposition de Sainte-Hyacinthe:

La monographie dédiée à Dominique Gaucher aux Éditions Plein sud et  Expression/Centre d’exposition de St-Hyacinthe avec des textes percutants de Éveline Boulva et André-Louis Paré, directeur et rédacteur en chef de la revue Espace est recommandée et commentée à l’émission .

Un artiste marquant Dominique Gaucher qui fait dans la démesure et que j’ai eu le plaisir de découvrir à L’Arsenal fin 2014. La monographie présente différentes séries d’oeuvres, dont celles qui s’inspire d’images des médias, de photographies qu’il prend lui-même et du hasard. Dans le cas de ses immenses paysages jusqu’à récemment exposés à l’Arsenal, il a laissé la peinture s’écouler au hasard et par la suite à ajouter sa touche. Il a ainsi procédé pour son oeuvre gigantesque titrée Delta qu’on pouvait observer autant de loin avec des lunettes d’approche placée sur un socle que de près. On pouvait voir de loin un paysage chaotique et de près, on pouvait distinguer tout l’apport de l’artiste, de nombreux petits détails, tels que des maisons déplacées, englouties, des voitures, camions, bateaux emportés.

Dominique Gaucher transmet à travers certaines séries d’oeuvres ses préoccupations écologiques sur l’environnement. Certaines oeuvres sont alarmistes et c’est alors qu’il fait intervenir des secouristes, en plein paysage nordique et muséal. Il fait ainsi se cotoyer parfois deux univers dans une même toile. C’est donc dire qu’il fait appel à la réflexion du public, d’ou l’importance de lire les textes de la monographie pour apprécier pleinement son oeuvre. Ses toiles tout de même n’ont pas absolument besoin d’être analysées, car on peut les apprécier d’emblée au premier regard. Les tableaux intégrant des secouristes sont inspirées de photographies et ont une facture cinématographique d’impact.

À travers une autre série d’oeuvres, Dominique Gaucher revisite l’histoire de l’art et transmet sa réflexion sur le sujet, de même que son point de vue critique sur la situation de l’art contemporain, allant jusqu’à se questionner sur le rôle de l’artiste face aux questions environnementales qui préoccupent l’artiste. Dans le cas de ses grandes oeuvres, il travaille avec des assistants, comme au temps des grands maîtres.

Notez que Dominique Gaucher bénéficie d’une notoriété internationale.Il a conçu des sculptures monumentales pour les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver et de Scotchi. Il oeuvre dans le milieu du cinéma et a répondu à des commandes de clients de prestige, tels que Martin Scorcese, Metropolitan Opera et Le Cirque du soleil.

Réécouter en différé/télécharger l’émission au lien suivant(case horaire 13h, en remplacement de Portrait danse):

http://radiocentreville.com/wp/programmation/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s